Boutique

Pour avoir accès à la boutique,
clique sur le panier!

Bon shopping!






 

Partagez | .
 

 Hunter Wright: A woman knows the face of the man she loves as a sailor knows the open sea.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




avatar
■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 262
■ J'ai : 40 ans
■ Boulot/Études : Mécanicien

■ Célébrité : Norman Reedus
■ © Avatar : Shiya
■ © Signature : Athena
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Hunter Wright


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Hunter Wright: A woman knows the face of the man she loves as a sailor knows the open sea. Mer 16 Aoû - 22:30:09





Hunter Wright


Carte d'identité
Nom: Wright Prénom: Hunter Diminutif: Hunt.
Date de naissance: 11 juin Age: 40 ans  Nationalité: Américaine
Orientation sexuelle: Hétérosexuel État civil: En couple avec Willow
Emploi/Études: Mécanicien et propriétaire de son garage
Groupe: Guys like me

Avatar: Norman Reedus Crédits: Athena.
Personnage: Personnage Inventé Scénario

«When everything goes to hell, the people who stand by you without flinching -- they are your family.»



Questions en vrac
Plat préféré: crêpes accompagné d'un tas de bacon. Parfum de glace préféré: Vanille
Couleur préférée ce n'est pas une couleur, mais noir. Chanson préférée: Life is a Highway
Film préféré: The Godfather Série préférée: Game Of Throne
Jour ou nuit? Peu lui importe. Semaine ou  week-end? Même chose.





Derrière l'écran, il y a...
Pseudo: Jason Prénom: Jason Age: Ne désire pas le dire.
Fréquence de connexion: 3 a 4 fois semaines
Code du Règlement:
Revenir en haut Aller en bas




avatar
■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 262
■ J'ai : 40 ans
■ Boulot/Études : Mécanicien

■ Célébrité : Norman Reedus
■ © Avatar : Shiya
■ © Signature : Athena
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Hunter Wright


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: Hunter Wright: A woman knows the face of the man she loves as a sailor knows the open sea. Mer 16 Aoû - 22:30:48


Parce que tout le monde a son histoire...


Sa jeunesse avait ressemblé à un champ de bataille pour lui. Son premier souvenir réel, venait de ses quatre ans. Oui, le début de l'histoire, le plus loin qu'il se rappelait. Il avait quatre ans, c'était son grand jour, son anniversaire. Il s'en souvenait, car les bougies dansaient devant ses yeux, leur lueur illuminant le glaçage bleu, il regardait goûter la cire des chandelles sur son gâteau. Elles fondaient tellement vite, ils allaient devoir arrêter de se disputer très vite sinon il ne resterait plus de chandelle sur son gâteau. Était-ce vraiment la pensée qu'il avait eue à ce moment-là? Peut-être que oui, peut-être que non, il était confus, mais il se souvenait d'avoir observé la fonte des chandelles et d'entendre les cris de sa mère pendant son observation. Sans doute qu'il ne voulait pas regarder ce qui se passait vraiment, ou peut-être qu'à quatre ans son esprit se protégeait déjà en le faisant se concentrer sur autre chose que la réalité. Tellement de si et de peut-être avaient parsemé sa vie, il était remplit d'incertitude à chaque moment de sa vie, mais pourtant il laissait paraître une telle attitude de confiance, à la limite de l'arrogance, alors qu'il se sentait comme un petit garçon perdu à l'intérieur.

C'était stupide de repenser à tout ça, ce n'était pas le moment. Mais il avait vu l'ourson en pluche, il avait vu la chaussure d'enfant près de cette femme qui venait d’être happé mortellement, il voyait les images à la télé alors qu’il avait les deux mains dans la graisse de moteur, cette nouvelle faisait remonter des souvenirs. Cette femme avait probablement tenté de sauver sa fille, la protégeant de son corps alors que la voiture fautive fonçait sur elles, et cette femme en était morte, c'était ce que l’annonceur indiquait. Était-ce cette histoire qui faisait en sorte que la sienne à la surface? Était-il jaloux que sa mère à lui n'est pas pu le protéger, n'est pas accepté qu'il la protège non plus? Il avait soudainement cette image, il avait quoi, sept ans peut-être? Il se pensait si fort, prêt à faire face à son père pour aider sa mère. Mais à quoi avait-il pensé? Qu'elle le prendrait pour son héros? Il s'était montré fort, avait presque réussit à repousser son papa, du moins il l'avait fait s'arrêter de frapper sa mère et il était parti en les laissant seul tous les deux. Il s'était retourné vers sa mère, tout content de lui lorsqu'il avait reçu une gifle magistrale de celle qui était sa mère.  Il n'avait pas compris, il avait demandé pourquoi et pour toute réponse elle l'avait giflé une deuxième fois en lui criant qu'il la faisait passer pour faible aux yeux de son mari.

Ce jour-là avait marqué le début des hostilités, par la suite sa vie était devenue un enfer. Son père avait compris qu'il était devenu assez fort et était capable d'encaisser, alors il l'avait frappé lui aussi autant que sa mère en fait. Sa mère elle, se vengeait maintenant sur lui. Chaque fois que son mari la battait, elle se retournait vers son fils et le frappait à son tour. Ses parents étaient des magiciens, ils arrivaient à faire croire à tout le monde dehors à quel point ils étaient amoureux et aimant avec leur fils unique, mais à l'intérieur des murs de leur belle maison, l'histoire était tout à fait différente. Il y a eu une période plus tranquille pour sa mère, quand elle est tombée enceinte en fait. Son père la laissé tranquille passant ses nerfs sur son fils à la place. Il savait exactement où frapper pour que les marques ne se voient pas sous les vêtements et comment frapper pour que ce soit douloureux, mais ne nécessite pas d'aller à l'hôpital. Il disait qu'il endurcissait son fils, qu'il ne serait pas une « lavette » comme sa bonne à rien de mère. Quand Mackenzie fût née, le champ de bataille à reprit rapidement. Combien de fois Hunter a-t-il pris sa sœur dans son berceau et a-t-il caché le bébé dans sa chambre pour qu'elle ne soit pas victime de la colère de ses parents. Combien de fois s'est-il pris des coups qui étaient destiné à l'enfant qui était soi-disant trop bruyant. Il avait treize ans à la naissance de sa petite sœur et il avait toujours tout fait pour la protéger. Malheureusement, il devait aussi aller à l'école, alors elle n'était pas toujours à l'abri de leur mère ou de leur père.

Il se rappelait une journée en particulier, Mackenzie devait avoir maximum huit mois, ce matin-là, il était parti de la maison en mettant la petite fille dans son porte-bébé et l'avait amené avec lui à l'école. Il était devenu un as menteur, comme son père et sa mère. Il fallait bien sauver les apparences non? Il avait dit que sa mère ne s'était pas sentie bien et il avait décidé d'amener le bébé avec lui pour qu'elle puisse se reposer.  Bien sûr, les professeurs avaient réagi, il s'était vite retrouvé dans le bureau du directeur qui avait posé mille et une questions. Non, sa mère n'était pas au courant qu'il avait amené sa sœur, il devait la déposer chez la voisine qui la gardait à l'occasion. Il avait décidé de désobéir et de faire voir l'école à sa sœur. Un adolescent qui avait une idée folle ce n'était pas rare non? Il adorait sa petite sœur, tous le savaient ou presque, il était encore plus « gaga » que ses parents. Il parlait toujours de Mackenzie alors il allait de soit qu'il pouvait bien prendre la relève de sa mère pour une journée, la pauvre n'allait vraiment pas bien ce matin-là, il n'avait voulu que lui rendre service en prenant sa sœur avec lui au lieu de l'emmener à la voisine comme elle avait demandé.

Le directeur avait tout avalé, Hunter était devenu un champion lorsqu'il s'agissait de cacher ses émotions, ils étaient une famille parfaite, il ne fallait pas déjouer cette image. Alors, il garda le sourire lorsque le directeur annonça qu'il devait prévenir son père de la situation. Hunter ne pouvait pas garder sa sœur avec lui en cours, sa mère ne pouvant pas s'en occuper, il devait contacter le paternel. Hunt hocha la tête, signifiant ainsi qu'il comprenait. Son père arriva trente minutes plus tard tout sourire. Il ébouriffa les cheveux de Hunter expliquant à quel point l'adolescent aimait prendre soin de sa sœur. Il gronda gentiment son fils devant le directeur expliquant à quel point sa mère aurait été horrifiée de ne pas trouver sa fille chez la voisine. N'avait-il pas pensé à ça? Hunter y avait pensé, mais il pensait aussi que sa mère n'aurait rien remarqué avant son retour, car elle lui aurait demandé de reprendre Mackenzie chez la voisine. Il n'était pas rare que Hunt laisse la fillette à la voisine en disant que sa mère avait la migraine ce matin-là, sa mère allait la récupérer quand elle se levait ou lui allait la chercher. Sa pauvre mère faisait tellement pitié aux yeux des voisins d'avoir de migraines si intense qu'elle ne pouvait pas s'occuper de sa fille elle-même et quel enfant adorable qui prenait soin de sa mère et de sa petite sœur.

Tout le monde autour d'eux était assez imbécile pour tout avaler. Sa mère jouait le jeu admirablement, il devait l'avouer. Ce soir-là, il s'était pris une raclée comme jamais il n'en avait eu. Son père avait dit à l'école, que son fils avait attrapé un virus très contagieux, preuve d'un médecin à l'appuie. Qui était donc ce médecin d'ailleurs? Hunter ne le su jamais, mais reste que Hunter a eu congé de l'école pendant plus d'une semaine le temps que ses blessures s'amoindrissent, pendant cette semaine là, il fût enfermé dans sa chambre avec aucun contact avec sa petite sœur. Sa mère lui apportait de l'eau et un peu de nourriture, mais sans plus. Il eut l'interdiction formelle d'emmener sa sœur où que ce soit à l'avenir.

Ce souvenir mena à un autre, le souvenir du jour où ses sœurs avaient été sorties de l'enfer où ils vivaient tous. Seigneur, ce jour-là avait été tellement difficile à vivre pour lui, s'il pouvait, il ferait les choses différemment cette fois, il se battrait beaucoup plus fort pour avoir ses petites sœurs, il avait faillit, il avait abandonné Mackenzie et Amy aux mains d'étranger alors que c'était à lui de les protéger. Il avait essayé, mais une chose qu'il ne dirait jamais, surtout pas devant Mac, il n'avait pas essayé assez fort. Il aurait dû faire tellement plus. Il avait bien faillit y rester, son père était allé trop loin dans ces coups et il n’avait pas pu faire avaler au médecin que son fils avait fait une très mauvaise chute. Le fait qu’il passe près de mourir était la cause qui avait fait en sorte qu'il se retrouve séparé de ses sœurs et aujourd'hui quand il regardait ça, il aurait dû faire mieux, faire autrement. Mackenzie lui en avait tellement voulu et elle avait eu raison, il n'avait pas pu tenir sa promesse, il avait voulu pourtant, Dieu qu'il l'avait voulu. Mais on le lui avait refusé les visites et il avait attendu trop longtemps … revenir en arrière, il ferait les choses autrement, mais il ne le pouvait pas, alors maintenant il leur collait aux basques à toutes les deux, autant Amy que Mac et le premier à vouloir faire du mal à ses sœurs goûterait à sa colère trop longtemps retenu. Le souvenir de leur séparation était trop douloureux pour qu’il laisse quiconque faire vivre le moindre mal aux deux jeunes femmes.



Il regarda Mackenzie  qui était assise sur une chaise, elle ne semblait pas du tout confortable, ses pieds pendaient dans le vide. Il la voyait serrer son ourson en pluche contre elle, c’était lui qui le lui avait offert à sa naissance. Il savait qu’elle essayait d’être forte, elle était comme ça sa petite sœur. Il regarda Amy dans son siège d’auto, elle dormait paisiblement. Elle n’aurait pas conscience de tout ça, elle en avait de la chance.  Il était nerveux, il essayait de ne rien laisser paraître, mais il savait que sa sœur l’avait compris, il le voyait dans ses yeux. Elle comprenait que quelque chose de grave était en train de se produire, elle le savait.

- On est où? demanda la fillette en regardant frère droit dans les yeux.

Il n’avait pas osé la regarder avant, il avait trop peur de voir son regard accusateur. Il n’était pas bien avec la décision que ces gens avaient prise pour eux. Maintenant qu’il le faisait elle lui posait cette question. Où étaient-ils? Dans un endroit où on pourrait les aider à ne plus jamais retourner vivre chez ceux que l’on appelait leur parent, mais qui était loin d’en mériter le titre. Il réfléchissait, Mackenzie attendait une réponse, il le savait, mais il voulait choisir ses mots. Il toucha sa sœur, mis sa main sur ses petits bras. Seigneur, elle était si petite qu’avec une seule main il arrivait à prendre ses deux bras. Et dire que son père avait souvent pris ses deux mains pour faire du mal à cette belle petite fille si pétillante de vie. La vérité, voilà ce qu’elle méritait. Il se lança donc tentent de garder un ton et une expression neutre.

- En sécurité Mac, ne t'en fais pas. Ici, personne ne te veut du mal. Ces gens vont bien prendre soin de toi et d'Amy.

Il pouvait voir passer tellement de choses dans le regard de la petite fille, elle était trop intelligente pour son âge. Elle avait dû grandir tellement vite la pauvre. Il regrettait de ne pas avoir agi avant, pourquoi avoir attendu aussi longtemps? Il se sentait stupide. Ses parents ne méritaient pas d'avoir des enfants et encore moins des enfants comme Mackenzie qui était une pure merveille comme bébé et comme petite fille. Ils ne méritaient pas plus Amy qui était un bébé tellement facile. Elle ne pleurait pratiquement jamais. Il revient les deux pieds dans la réalité avec la question crève-cœur de sa petite sœur.

- Et toi? Tu restes avec nous, hein?

Lorsque qu'elle vit son frère qui secouait la tête, Mackenzie eut les larmes aux yeux. Il aurait voulu la serrer dans ses bras, la garder avec lui. Il pouvait presque entendre le petit cœur de l'enfant se débattre dans sa poitrine, il voyait à quel point elle avait peur à ce moment-ci. Il devait lui dire, on ne voulait pas de lui dans cette famille d'accueil, il était trop vieux. Ils n'avaient pas voulu de lui …

- Je ne peux pas, tu sais que je le ferais si je pouvais ma belle.

- Non! Pars pas! Tu l'avais promis! cria la petite fille en faisant les gros yeux comme son papa le faisait aussi.

Hunter pris sa petite soeur dans ses bras et la blottit contre lui avant de s'asseoir sur sa chaise, la petite Mack sur ses genoux.

- Écoute-moi Macky, ces gens, ils veulent prendre soin de toi et Amy. Moi, pour pouvoir m'occuper de vous deux, je dois travailler et faire des sous. Tu comprends? On ne peut pas acheter à manger sans sous. Et puis, je dois aussi me trouver un logement et faire une demande pour qu'un juge permette que je vous garde avec moi.

- Pourquoi tu viens pas avec nous, d'abord? demanda la petite fille en sanglotant, elle avait la tête baissée comme lorsque leur père était fâché et qu'elle avait peur d'être frappé. Il avait le cœur qui saignait de la voir ainsi.

- Parce que je suis trop vieux pour une famille d'accueil Macky et si je veux faire des sous, je dois travailler beaucoup, donc je ne pourrai pas m'occuper de vous. Mais je vais venir vous voir Macky, Amy et toi, j'irai vous voir là où vous serez.

- Non! Je ne veux pas! cria la fillette en frappant la poitrine de son frère de ses petits poings. Tu avais promis que tu resterais avec moi! Tu avais promis! Et tu dis tout le temps qu'une promesse c'est sar.. sac... sacré!

Il resserra son étreinte sur sa petite sœur, elle ne cessa pas de le frapper, il aurait voulu la prendre et partir très vite en courant. Mais il ne pouvait pas, il aurait dû laisser Amy derrière pour ça et c'était hors de question, il ne pouvait les laisser tomber ni l'une ni l'autre, il devait travailler et faire ses preuves pour qu'on les lui laisse. Un enlèvement ne ferait que leur donner raison, qu'il n'était pas assez mature pour s'occuper de deux fillettes.

- Je ne te laisse pas Macky tu comprends? Je vais préparer tout ce qui faut pour vous garder avec moi. Je vais rester avec toi et être là pour toi, Macky, Macky regarde-moi.

Fâchée, Mackenzie refusa de regarder Hunter et eu une moue boudeuse. D'habitude, elle obtenait ce qu'elle voulait quand elle faisait ça parce que Hunter ne voulait pas lui faire de la peine. Elle devait croire que ça fonctionnerait encore. Mais il ne pouvait pas se permettre de craquer, il ne le pouvait pas.

- T'es pas gentil! Tu tiens pas ta promesse! gronda la fillette en tentant de se dégager comme elle le faisait quand il la chatouillait. Mais là, elle ne jouait pas. Elle ne le trouvait pas gentil du tout. Il avait promis de rester avec elle et il ne tenait pas sa promesse. Elle lui en voulait beaucoup. Tu peux pas être avec nous et être parti en même temps, ça se peut pas, bon! ajouta Mackenzie en reniflant.

Sa petite moue boudeuse encore une fois, il aurait presque sourit si le moment n'était pas aussi grave. Elle l'avait habituellement à chaque fois, il craquait dès qu'elle lui faisait cet air. Mais cette fois il ne pouvait pas.


- Je sais que je te l'ai promis Macky, je ne veux pas briser ma promesse, mais je ne suis pas un adulte, je ne peux pas encore vous prendre avec moi. Puis les familles ne veulent pas de grand garçon comme moi tu sais, ils ne veulent que les belles petites filles gentilles comme toi et Amy, ou des petits garçons plus petit. Moi, on m'enverrait dans un centre pour les garçons méchants alors que je n'ai pas été méchant. Alors, je dois aller voir un juge pour pouvoir vivre tout seul, je dois travailler et ensuite, quand j'aurai l'âge d'être un adulte, j'irai vous reprendre.

- C'est beaucoup de dodos, ça! protesta une Mackenzie peu convaincue par les dires de son frère. Tu promets de venir me voir, hein? Tu as promis qu'on irait manger une glace ensemble pour mon ani... anif.... anniversaire. Tu vas t'en rappeler, hein? Parce que moi, je t'aimerai pas beaucoup si tu oublies.

Il lui sourit et hocha la tête.

- Bien sûr que je viendrai pour ton anniversaire, je vais t'offrir la plus grosse glace que tu n'auras jamais vue. Tu en auras mal au ventre après l'avoir mangé ma petite gourmande.

- Mais non, c'est même pas vrai! répondit la fillette en retrouvant peu à peu le sourire. Mais tu vas revenir avant, hein? Tu le promets? C'est important les promesses, tu sais Hunter.

- Je te promets de faire tout ce que je peux pour revenir le plus vite possible Macky.

L'assistante sociale vient chercher Mackenzie et Amy pour les emmener dans leur nouvelle famille d'accueil. Juste avant de sortir, Mackenzie lança à Hunter :

- Oublie pas, tu m'as promis. Moi, j'oublie jamais, tu le sais!

Il regarda la fillette, hocha la tête. Non, elle n’oubliait jamais, elle avait bien raison. Lorsque ses deux petites sœurs furent hors de vue, il laissa couler deux seules larmes sur ses joues. Il les essuyait rapidement et remit son masque impassible. Ne pas se laisser atteindre par la situation, même quand ça fait mal à vouloir crever. Voilà résolution.

Cette journée restait à jamais graver dans sa mémoire. Il essayait si fort. Mackenzie ne le savait pas, mais il s'était présenté cette journée-là chez la famille d'accueil. Mais ils avaient refusé de le laisser entrer et voir sa sœur, ils avaient peur qu'il ne puisse lui faire du mal. Jamais, jamais il n'aurait pu faire comme son père, pas à Mackenzie. Mais il était reparti la tête basse, se demandant comment il pourrait se faire pardonner un jour. Mackenzie n'avait jamais oublié, elle n'oubliait pas encore, elle ne lui faisait pas totalement confiance et il le savait. Il avait réussi à regagner un peu d’estime le jour de ses vingt-cinq ans. Il était arrivé au souper d'anniversaire avec la plus grosse glace qu'elle pourrait manger, il avait mis la main à la poche, payé un prix de fou, mais il s'en fichait. Il avait apporté la plus grosse quantité de crème glacée « pâte de biscuit » qu'il avait pu trouver. Il avait offert ce cadeau à sa sœur avec une carte, une carte qui ne disait pas grand-chose, mais en même temps qui voulait tout dire.  On pouvait lire dans cette carte :


« 21 ans trop tard, mais je n'ai jamais oublié, Hunter. »

Mackenzie avait été émue, elle avait bien essayé de le cacher, mais s'était très évident. Et maintenant, il tentait tous les jours de regagner sa confiance. Ce n’était pas chose facile, mais il était têtu.  Amy l’aidait beaucoup pour reconquérir leur sœur. Heureusement qu’elle était là, qu’elle n’avait pas eu conscience de toute l’histoire avec leurs parents, qu’elle n’avait pas été victime de cette promesse qu’il avait fait et qu’il n’avait pas pu tenir. Mackenzie n’était pas la seule femme problématique dans sa vie. Il avait fait la rencontre d’une charmante jeune femme, charmante mais avec un caractère épouvantable. Il l’avait rencontré pour la première fois à l’épicerie, la rencontre ne s’était pas très bien déroulée.

Hunter était d’une humeur massacrante. C’était une très mauvaise journée. Premièrement, une panne d’électricité au garage l’avait obligé à fermé pour la journée. La compagnie qui s’occupait du problème ne savait pas s’il serait en mesure d’ouvrir le lendemain. Ensuite, il s’était pris la tête avec Mackenzie pour la centième fois depuis son retour dans leur vie. Elle était têtue cette petite, mais lui aussi. Puis, le bouquet final, un connard de première avait foncé dans le côté de son Chevrolet SS Nova 1969. Il avait enfoncé l’aile arrière, il y aurait un gros travail de débosselage à faire et la peinture devrait être refaite au grand complet.  Il était donc déjà dans un état de rage avancé lorsqu’une jeune femme trop occupé à regarder son cellulaire lui fonça dessus. Il ne put faire autrement que de s’emporter contre la pauvre jeune femme, elle paya pour tous les autres cette journée là.

- Hey, non mais ça va pas? Regarde un peu où tu vas bon sens!

Adieu les plates excuses. Ce goujat n’en méritait pas!

- Et toi, déboule pas comme un fou furieux! C'est une allée d'épicerie, pas une piste de course! A se demander où tu as eu ton permis de conduire! rétorqua aussitôt Willow.

Lui, déboulé comme un fou? Elle l’accusait de ne pas savoir conduire en plus. Pour un mécano qui adorait conduire une voiture, c’était presque l’insulte utilme.

- Tu sauras minette que je ne «déboulais» pas comme tu dis. Je conduisais mon chariot pénard, c'est toi qui est débarquée comme une folle furieuse de cette allée sans même regarder.

Bon, d’accord. Il avait peut-être un peu poussé avec le « minette », mais la réponse que lui fit la jeune femme ne faisait qu’empirer les choses.

- Pardon? Minette! J'espère que c'est pas ton approche préférée quand tu veux aborder une femme! Quoique... mal engueulé comme tu l'es, elles ne doivent pas faire la queue!

Mal engueulé lui? Il n’utilisait pas ce genre de terme avec les gens civilisés, elle, elle ne l’était pas à ses yeux. Il prit un air arrogant, feignant la désolation.

- Oh quoi, j'ai heurté ta sensibilité? Désolé, Princesse si tu préfères, de toute façon à l'âge que tu as, c'est tout ce que tu peux être, une petite princesse prétentieuse et gâtée.

Il l’avait vexé, c’était évident. Il en était presque content. Ceci lui fit réaliser à quel point la journée avait été merdique pour qu’il s’en prenne à une jeune femme de cette façon. Une fois qu’il eut compris qu’elle n’était que l’exutoire de sa colère accumulé, il commença à ce calmé. Mais la jeune femme ne savait pas ce qui se passait dans la tête de l’homme et elle continua.

- Avoir le choix entre être une princesse ou être une pauvre cruche comme tu l'es, le choix est vite fait.

Il  releva un sourcil  à la remarque et la regarda, son regard indiquait clairement que son commentaire n’était pas pertinent dans leur conversation. Limite puéril. Il vit le teint de la jeune femme devenir plus foncé.

- Une cruche hein? C'est tout ce que tu as trouvé princesse pour m'insulter? Ce serait plutôt un compliment. Retourne jouer avec tes poupées, tu ne peux pas être dans la cours des grands ma jolie.

Il était plutôt content de sa réplique, mais surtout satisfait de voir qu’il retrouvait son calme et réfléchissait avec plus de clarté. Il avait même servit un petit sourire malicieux à la jeune femme avec sa réponse.

- Ohhh... tu vas me faire pleurer, papy. Je veux bien retourner jouer à la poupée, mais toi, tes lego doivent t'attendre aussi! Maintenant, si ça ne te dérange pas trop, j'ai autre chose à faire de mon temps que de le perdre avec un crétin dans ton genre. Je plains ta femme si tu en as une!

Elle avait levé les yeux au ciel avant de pousser son chariot hors de son chemin. La jeune femme semblait vraiment furieuse. Heureusement pour lui – ou pour elle – Will ne le vit pas secouer la tête, pas davantage qu’elle ne vit un sourire flotter sur ses lèvres. La fin de leur échange l’avait amusé et il avait retrouvé une meilleure humeur. Il aurait peut-être dû retourner la voir pour lui dire merci.
C’était un drôle de souvenir, mais il avait apprécié cet échange tordu qu’ils avaient eu. Il l’avait ensuite rencontré une deuxième fois lorsque son chien, Dunk, s’était fait mordre par une bête inconnue. Il avait seulement entendu la bagarre de la maison, mais lorsqu’il était sorti, l’animal avait pris la fuite et Dunk était revenu vers lui en boitant. Il l’avait tout de suite conduit chez le vétérinaire et avait fait la connaissance de cette beauté. Ils s’étaient revus à plusieurs reprises pour le suivi des blessures de Dunk. Ils avaient appris à mieux ce connaître et s’étaient même trouvés des points communs.  Cette femme le rendait fou. Dans tous les sens du terme.  Ils avaient échangés pas mal, elle était venue faire réparer sa voiture quelques fois aussi au garage. Il avait fini par l’inviter à prendre un café et à son grand étonnement, elle avait accepté. À partir de là, ils s’étaient rencontrés dans des contextes hors du travail à quelques reprises. Ce petit jeu avait duré un an avant qu’ils ne se décident deux mois plus tôt à ce jeté à l’eau. Elle était jeune, sans aucun doute trop jeune pour lui. Mais sa sœur était heureuse avec Raffael et ils avaient un grand écart d’âge, alors pourquoi pas eux? C’était ce qui l’avait motivé à prendre sa décision. Il ne restait qu’à la présenter à la famille… ça c’était une autre histoire.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t250-mac-being-in-a-relationship-is-a-full-time-job-so-don-t-apply-if-you-re-not-ready#4358
avatar


■ En ville depuis le : 29/11/2014
■ Messages : 1035
■ J'ai : 27 ans
■ Boulot/Études : j'ai quitté l'armée pour intégrer la police où j'ai le grade de LIEUTENANT ^^

■ Célébrité : Adrianne Palicki
■ © Avatar : Athéna
■ © Photo identité : Trouvé sur le net, j'ai pas le créateur, sorry!

■ Multicomptes : Nope!
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Mackenzie Wright


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: Hunter Wright: A woman knows the face of the man she loves as a sailor knows the open sea. Mer 16 Aoû - 23:00:25

Toute heureuse d'être contente que tu sois revenu!
J'ai déjà hâte de me chamailler avec toi, des heures de plaisir en vue!


Bottin d'avatarsDemandes de liensLiens en vracScénariosDemande de lieuxSujets utilesAnnexesImage HTML map generator
En supplément...
→ Penses à compléter le carnet d'adresses pour avoir un endroit où vivre. C'est ici.
→ Et pour terminer, consulte la boutique, afin de comprendre comment elle fonctionne et à quoi elle sert!

Revenir en haut Aller en bas




avatar
■ En ville depuis le : 27/06/2015
■ Messages : 174
■ J'ai : 18 ans
■ Boulot/Études : Étudiante et femme d'entretien au garage de Hunter

■ Célébrité : Maisie William
■ © Avatar : Athena
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Ayana Masson

Message(#) Sujet: Re: Hunter Wright: A woman knows the face of the man she loves as a sailor knows the open sea. Jeu 17 Aoû - 17:14:22

Hey patron!

Bienvenue et au plaisir de se retrouver en rp!!
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Hunter Wright: A woman knows the face of the man she loves as a sailor knows the open sea.

Revenir en haut Aller en bas
Hunter Wright: A woman knows the face of the man she loves as a sailor knows the open sea.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le pasteur Wright serait-il un vendu ?
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?
» Combat 4: Annie Villeneuve vs Rachel Hunter
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
Réponse Rapide
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Veuillez vous identifier :: Présentations :: Fiches acceptées

-