Boutique

Pour avoir accès à la boutique,
clique sur le panier!

Bon shopping!






 

Partagez | .
 

 Everybody need a second chance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




avatar


■ En ville depuis le : 10/08/2016
■ Messages : 36
■ J'ai : 22 ans
■ Boulot/Études : Pâtissier et artiste

■ Célébrité : Samuel Larsen
■ © Avatar : Athena
■ © Signature : Inconnu
■ © Photo identité : Inconne

■ Multicomptes : nope
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Zackary Blackstone

Message(#) Sujet: Everybody need a second chance Mer 16 Aoû - 20:30:35




Zackary Blackstone


Carte d'identité
Nom: Blackstone. Prénom: Zackary. Diminutif: Zac, Z.  
Date de naissance: 20 Janvier Age: 22 ans Nationalité: Américaine
Orientation sexuelle: Hétérosexuel État civil: Célibataire Emploi/Études: Employé au Riley's Sweets et étudiant en informatique.
Groupe: Guys like me

Avatar: Samuel Larsen. Crédits: Malheureusement je l'ignore.
Personnage: Personnage Inventé Scénario

«You got to lose to know how to win»



Questions en vrac
Plat préféré: Dessert en tout genre Parfum de glace préféré: Praline.
Couleur préférée vert. Chanson préférée: Dream on
Film préféré: Avatar. Série préférée: Game of throne
Jour ou nuit? L'entre deux, le nuit laissant la place au jour est toujours très inspirant. Semaine ou  week-end? Tous



Parce que tout le monde a son histoire...


Je suis Zackary. J’ai vingt-deux ans et mon histoire peut vous semblez commune, mais pour moi, elle n’a rien d’ordinaire. Ma mère s’est fait la malle alors que je n’avais que cinq ans. Elle est partie sans se retourner et nous a laisser seul mon père et moi. Pourquoi? Je ne sais pas. Elle en a eu marre sans doute. Ce que je me demande à ce jour, c’est si elle en a eu marre de moi, de mon père ou simplement de nous deux. Nous n’avions pas la vie de riche, mais nous étions bien. Du moins, dans mon souvenir moi j’étais bien. Deux ans plus tard, mon père s’est remarié avec une femme que j’étais loin d’aimer et qui me le rendait bien. Elle avait un fils plus jeune que moi et une fille plus vieille. Je m’entendais bien avec le gamin, mais la fille était… trop fille pour moi. Bon, j’avais sept ans quand même, elle en avait treize. Nous avons grandi sous le même toit.  Les deux premières années se sont bien passées. C’était tranquille et tout, mais l’été de mes neuf ans, quelque chose à changer. Une nuit particulièrement chaude et humide, la porte de ma chambre s’est ouverte. Mon père était sur la route, il était camionneur. Ce n’était pas rare que je reste avec ma belle-mère et ses enfants à la maison. Mais cette nuit-là, quelqu’un est entré dans ma chambre. J’étais jeune et impressionnable. Quand j’ai finalement eu le courage d’ouvrir les yeux, j’ai vu celle qui était ma sœur par alliance. Elle a mis un doigt sur ses lèvres, elle ne voulait pas que je parle. Elle s’est assise sur mon lit et m’a montré quelque chose. Elle avait un petit canif. Elle le posa sur ma table de chevet. J’avais demandé à mon père de me l’offrir pour mon anniversaire, c’était un cadeau que je voulais plus que tout. Mon père avait refusé, disant que j’étais trop jeune et trop immature pour l’avoir.

Heaven, ma « sœur », me fit comprendre en silence qu’il était à moi si je faisais ce qu’elle voulait. C’est là qu’on commencé les « jeux ». Elle se glissait dans ma chambre et m’offrait des cadeaux, surtout ceux que mon père m’avait refusé et en échange, je devais faire ce qu’elle voulait. Elle avait quinze ans, j’en avais neuf, je ne comprenais pas que ce qu’elle faisait n’était pas bien. Je ne comprenais pas que je n’avais pas à faire ça. J’y voyais un échange équitable, même si ça me dégoûtait de mettre ma main dans sa culotte. Je détestais ça en fait en y repensant, vraiment. Mais je le faisais parce que je voulais mes cadeaux. Puis, les cadeaux se sont faits plus rare, les actes plus précis et violent aussi. Heaven a remplacé les beaux cadeaux par les claques et les coups. À onze ans, je connaissais l’anatomie féminine sans aucun détour et je savais exactement ce que ma « sœur » aimait et détestait que je lui fasse. Un jour, j’en ai eu assez. J’ai tout dit à mon père. Ma belle-mère et Heaven m’ont traité de menteur. Mon accusé de mauvaise foi et d’être vraiment dégoûtant. J’ai été puni. Mon père m’a battu à coup de ceinture ce soir-là. C’était la première fois qu’il levait la main sur moi. Le lendemain à l’école, j’avais de la difficulté à m’asseoir sur ma chaise, mais je l’ai fait. Je me suis fait gronder par mon professeur car je n’avais pas fait mes travaux scolaires. J’étais là, perdu et totalement à la dérive quand mon copain est venu me sauver. Il m’a offert un joint ce jour-là.  Ma première porte de sortie vers l’oubli, vers la sortie de mon corps pour ne pas sentir les attaques répétées de cette adolescente folle qu’était Heaven, le mépris constant de ma belle-mère et le dégoût devenu évident, de mon père.  

L’herbe devant obsolète ou sans effet si vous préférez, j’ai monté d’un cran passant à l’ecstasy. Et j’ai continué, alcool, médicaments, cocaïne. Mon père m’a mis à la porte en trouvant ma réserve. J’avais onze ans à ce moment-là. J’ai dormi sous les ponts, fait la manche pour manger et avoir ma dose. Ça faisait à peu près huit mois que j’étais dans la rue, j’y avais « fêté » mon douzième anniversaire de naissance. Mais un matin, alors que j’avais pris ma dose matinale, je me suis senti mal. J’ai demandé de l’aide, mais on m’a repoussé comme un mal propre, j’avais les yeux fermé tentant de réprimé la nausée qui me prenait encore lorsque je sentis une main sur mon front. Quand j’ai finalement ouvert les yeux, j’ai vu cette gamine. Elle était sale, j’étais probablement dans le même état qu’elle en fait. Elle était si petite, elle avait l’air d’avoir six ans, j’ai su plus tard qu’elle en avait huit. Je me souviens m’être demandé ce qu’elle faisait là. Quand elle a ouvert la bouche pour la première fois.

-Tu dois aller à l’hôpital.

Je secouai la tête, non, je ne pouvais pas y aller. Je ne voulais pas.

-Merci, mais non merci.

J’essayais de faire mon dur à cuire, mais j’avais la trouille. On m’avait parlé d’un type de drogue qui rendrait si malade qu’on pouvait en mourir. L’enfant était toujours là, elle me regardait de façon insistante.

-Tu dois aller à l’hôpital, maintenant.

Ce n’était pas une demande, c’était un ordre. Elle s’approcha de moi et m’aida à me relever. Le chemin fût ardu, je lui vomis même dessus pendant le trajet. Elle ne dit pas un mot, continuant à avancer sans relâche. Puis, elle aperçu une voiture de police. Elle leur fit signe. Je jurai tout bas, mais elle fit comme si elle ne m’avait pas entendu. Les deux patrouilleurs s’approchèrent, elle expliqua la situation, ils appelèrent une ambulance. Elle resta là jusqu’à ce que l’ambulance arrive.  Juste avant que les portes de l’ambulance ne se referment sur moi, j’ai vu les policiers arrêté l’enfant comme une criminelle pour la faire assoir à l’arrière de l’auto-patrouille. Alors que j’étais en détention juvénile, elle vient me voir. Elle avait eu l’autorisation de sa mère. J’étais plutôt surpris. Elle était propre et semblait bien aller. Moi je devais avoir une sale tête, j’avais d’abord suivi une cure de désintoxication et maintenant, on me gardait en détention comme délinquant. Sa mère était restée en retrait pendant que l’enfant prenait place, face à moi. Elle avait fait le tour des yeux avant de braquer son regard sur le mien.

-Alors? Comment tu vas?

J’avais alors haussai les épaules.

-Ça va.

Elle avait secoué la tête vivement.

-Tu mens.

Je n’avais pu que lui démontrer un petit sourire et j’avais haussé les épaules à nouveau.

-Tu dois savoir qu’il y a bien pire qu’ici non?

Elle avait semblé m’étudier un instant. Sa petite tête s’était penchée sur le côté, touchant presque son épaule droite.

-Tu as deux bleus superposés sur la joue gauche, des griffures dans le cou, ta lèvre à été fendue aussi, mais elle a guérit presque. Tu étais presque en meilleur état quand je t’ai trouvé dans la rue.

J’avais bien tenté de dissimuler mon étonnement, rester neutre était ma meilleure défense.  Comment pouvait-elle savoir ça? Je l’avais détaillé, mais elle n’avait rien. Elle était propre, ses vêtements ne démontrait aucun accro, sa mère semblait gentille. Mais Heaven aussi semblait gentille aux yeux des gens. J’avais haussé à nouveau les épaules, ne sachant quoi lui répondre. Je m’étais battu, je n’avais pas eu le choix. C’était répondre aux coups ou alors me retrouver mort dans un coin. Je ne cherchais pas la bagarre, mais la bagarre semblait savoir me trouver. Les autres gamins s’attaquaient à moi de façon répétitive pour une raison que j’ignorais.

-Est-ce que tu prends encore ta cochonnerie?

Elle était directe, je l’apprenais à mes dépends aujourd’hui. Elle m’avait donné un ordre lorsque j’allais mal, mais là… elle était sérieuse et s’attendait à rien de moins qu’une réponse. Je n’avais pas à lui mentir. Je ne le fis donc pas.

-Non. C’est difficile, mais je n’en prends plus.

Elle avait hoché la tête.

-C’est bien, continue comme ça. Ma mère à autorisé à ce que tu m’appelles. Si tu trouves ça trop dur, appelle-moi.

J’avais secoué la tête.

-Tu as huit ans, tu vivais dans la rue et maintenant que tu es retourné chez ta mère tu veux m’aider? Pourquoi?

Elle avait haussé les épaules.

-Peut-être qu’en t’aidant je m’aide aussi.

Elle s’était ensuite levée et était allée retrouver sa mère. Cette dernière m’avait fait un sourire et dit un merci muet avant de partir avec sa fille.  Étrangement, on m’avait transféré dans une aile à sécurité minimale et plus aucun adolescent ne m’avait cherché des ennuis. Je n’avais jamais su ce qui s’était passé. Aujourd’hui, c’était mon tour d’être là pour elle. Ayana avait perdu sa mère. Elle avait été assassinée par ce tueur qui copiait Jack l’éventreur. Elle m’avait envoyé un message texte, me disant qu’elle était à la morgue, elle allait voir le corps de sa mère. Ce n’était pas une bonne idée selon moi, mais je ne pouvais pas la contraindre à ne pas le faire. J’étais partit du refuge où je faisais du bénévolat pour la rejoindre. J’attendais depuis cinq minutes à peine lorsqu’elle sortie. J’ouvris les bras sans un mot et elle me rejoignit acceptant mon réconfort. Je la laissai pleurai tout soul. Perdre sa mère dans ses circonstances n’était pas rien. Elle me remercia, elle n’avait pas eu besoin de mille mots pour me faire comprendre ce qu’elle voulait dire, ce simple merci me traduisait toute sa gratitude.

-Je ne te laisserais pas vivre ça tout seul. Impossible.

Elle me fit un léger sourire triste. Elle était si forte. Je la sentais vulnérable et pourtant, elle arrivait à sourire et être reconnaissante seulement parce que j’étais là et que je ne désirais pas la voir souffrir seule dans son coin. Elle avait perdu son pilier, sa mère. Ayana n’avait pas été une enfant facile selon ce qu’elle m’avait dit et elle m’avait foutu une trouille bleue lorsqu’elle avait fugué de chez elle sans même me donner de ses nouvelles. Mais elle était dans la bonne voie et se voir arracher la personne la plus importante dans sa vie ne devait pas être facile. Le légiste sortit de la salle de la morgue, cet homme forçait le respect par sa stature, mais aussi par son empathie. Il indiqua qu’il était heureux qu’Ayana ne soit pas partie et lui tendit un médaillon. Je le connaissais, c’était celui de la maman de mon amie. Elle le prit doucement et le légiste se retira en nous saluant de la tête. Je la regardai passer la chaîne par-dessus sa tête.  Une ombre passa sur son visage alors qu’elle regarda le bijou prendre place sur sa poitrine. Elle me regarda ensuite et je sus qu’elle était ailleurs… sa tête devait rouler sans arrêt à ce moment-ci.

-Je… je dois trouver quelqu’un qui prendra soin des jumeaux. Je ne peux pas les laisser prendre sans savoir où ils iront. Je ne peux pas les perdre eux aussi …

Après avoir énoncé cette situation, son regard se perdit dans la brume de son esprit à nouveau. Elle était loin, je pouvais presque voir passer les images qui défilaient dans sa tête. Les jumeaux étaient sa priorité, mais elle avait aussi des coins sombres qui lui rappelaient sans doute qu’elle ne serait pas jugé apte à les prendre avec elle. Je glissai ma main dans la sienne, ce geste eu pour effet de la ramener vers moi. Je l’entrainai vers la porte lorsqu’elle me stoppa dans mon geste. Elle fit la dernière chose à laquelle j’aurais pensé, elle m’embrassa, doucement. Elle dû lire ma surprise, mais je ne lui laissai pas le temps de la prendre de façon négative. Je lui rendis son baiser, refusant de laisser sa main, je me servis de mon bras pour la serre contre moi. C’était la première fois que nous avions un geste aussi « intime » entre nous. Lorsque nos lèvres se séparèrent, je posai mon front sur le sien. Nous aurions à rediscuter de tout ceci, mais pas maintenant, nous avions plus important à faire pour le moment. J’ouvris la porte de l’établissement et nous sortîmes du bâtiment main dans la main.




Derrière l'écran, il y a...
Pseudo: Amiral Prénom: no comment Age: 26 ans
Fréquence de connexion: 2-3 jours semaine.
Code du Règlement:

__________________________________



Revenir en haut Aller en bas




avatar


■ En ville depuis le : 30/11/2014
■ Messages : 766
■ J'ai : 35 ans
■ Boulot/Études : Médecin légiste

■ Célébrité : Jason Momoa
■ © Avatar : Athena
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Kaleb Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: Everybody need a second chance Mer 16 Aoû - 21:16:52


Bottin d'avatarsDemandes de liensLiens en vracScénariosDemande de lieuxSujets utilesAnnexesImage HTML map generator
En supplément...
→ Penses à compléter le carnet d'adresses pour avoir un endroit où vivre. C'est ici.
→ Et pour terminer, consulte la boutique, afin de comprendre comment elle fonctionne et à quoi elle sert!

Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t250-mac-being-in-a-relationship-is-a-full-time-job-so-don-t-apply-if-you-re-not-ready#4358
avatar


■ En ville depuis le : 29/11/2014
■ Messages : 1035
■ J'ai : 27 ans
■ Boulot/Études : j'ai quitté l'armée pour intégrer la police où j'ai le grade de LIEUTENANT ^^

■ Célébrité : Adrianne Palicki
■ © Avatar : Athéna
■ © Photo identité : Trouvé sur le net, j'ai pas le créateur, sorry!

■ Multicomptes : Nope!
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Mackenzie Wright


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: Everybody need a second chance Mer 16 Aoû - 21:55:44

Rebienvenue! Trop contente de te voir de retour!
A bientôt pour le rp!
Revenir en haut Aller en bas




avatar
■ En ville depuis le : 27/06/2015
■ Messages : 174
■ J'ai : 18 ans
■ Boulot/Études : Étudiante et femme d'entretien au garage de Hunter

■ Célébrité : Maisie William
■ © Avatar : Athena
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Ayana Masson

Message(#) Sujet: Re: Everybody need a second chance Jeu 17 Aoû - 17:18:00

Oh mon petit chéri!!

J'adore les gifs que tu as trouvé et le nouvel avatar que Athena t'a fait!!

Et j'ai déjà ouvert notre premier sujet, trop impatiente de te retrouver en rp!!!
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Everybody need a second chance

Revenir en haut Aller en bas
Everybody need a second chance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Réponse Rapide
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Veuillez vous identifier :: Présentations :: Fiches acceptées

-