Boutique

Pour avoir accès à la boutique,
clique sur le panier!

Bon shopping!






 

Partagez | .
 

 Ayana - Life is a bitch.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




avatar
■ En ville depuis le : 27/06/2015
■ Messages : 174
■ J'ai : 18 ans
■ Boulot/Études : Étudiante et femme d'entretien au garage de Hunter

■ Célébrité : Maisie William
■ © Avatar : Athena
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Ayana Masson

Message(#) Sujet: Ayana - Life is a bitch. Mer 16 Aoû - 19:49:55





Ayana Masson


Carte d'identité
Nom: Masson Prénom: Ayana Diminutif: Ay, Aya.
Date de naissance: 25 décembre Age: 18 ans Nationalité: Américaine
Orientation sexuelle: Est-ce si important? État civil: Célibataire Emploi/Études: Étudiante et employé au garage de Hunter
Groupe: Girls on fire

Avatar: Maisie William. Crédits: Athena.
Personnage: Personnage Inventé Scénario

«Our greatest glory is not in never falling, but in rising every time we fall.»



Questions en vrac
Plat préféré: Poulet frit Parfum de glace préféré: vanille
Couleur préférée Rouge Chanson préférée: Welcome to my life
Film préféré: Annie (1982) Série préférée: Supergirl
Jour ou nuit? Le jour Semaine ou  week-end? Aucune importance



Parce que tout le monde a son histoire...


On m’avait dit que je n’étais pas obligé d’être là. Kaleb, le patron de ma mère l’avait déjà identifié. Mais j’avais demandé à la voir. Il avait fini par accepter disant que c’était mon choix. Je sentais qu’il n’était pas d’accord, mais à dix-huit ans, je pouvais prendre mes propres décisions. Il retira le drap blanc, dévoilant les cheveux de ma mère, sa couleur naturelle masqué par les mèches blondes qu’elle adorait tant. Ma main s’éleva comme par automatisme. Je lui caressai les cheveux doucement, comme si je pouvais tous les lui arracher en l’espace d’une caresse. Ils ne tombèrent pas comme je m’y attendais. Je lui caressai la joue, son visage était intact. Je savais que Kaleb avait abaissé le drap juste assez pour que je ne voie que son visage, sans me dévoiler le reste. On ne m’avait pas donné tous les détails, on ne le voulait pas. Je relevai les yeux vers le légiste.

- Dis-le-moi. Ce sera dans tous les journaux demain matin.

Il hésitait, je pouvais le sentir. Kaleb était un homme juste, direct habituellement, mais là, il hésitait. Ce devait être monstrueux. Il en avait vu des choses dans son métier, ma mère aussi en tant que son assistante. Je secouai la tête et lui donnai un ultime argument.

-Kal, j’aimerais que quelqu’un qui se préoccupait d’elle me dise ce qu’elle a subit. Je ne veux pas avoir la version déformé des autres… ceux qui vont émettre des jugements sans la connaître, ceux qui vont dire des choses affreuses parce qu’ils la connaissent et croient savoir ce qu’elle était… Ou même ceux qui croyaient la connaître… s’il-te-plaît.

Il savait que j’avais raison. Il connaissait déjà plusieurs rumeurs sur elle. Plusieurs de ses rumeurs étaient de ma faute, j’en étais consciente. J’avais eu mon lot de problème depuis ma plus tendre enfance. J’avais aussi vu beaucoup de chose. J’avais passé du temps dans la rue, deux fois plutôt qu’une. La première fois, au départ de mon père. J’avais huit ans et j’avais la naïve impression que c’était la faute de ma mère s’il était partie. J’avais tord bien sur, mais j’avais passé six mois dehors. Six mois à vivre dans la rue, à me cacher des policiers, à fréquenter le danger tous les jours. J’avais rencontré à ce moment un adolescent. Il avait douze ans. Je l’avais trouvé sur le trottoir malade comme un chien, on lui avait refilé une mauvaise dose de drogue. Heureusement, il put être sauvé. J’ai dû l’emmener à l’hôpital et  pour mon bon geste, j’ai été prise et on m’a ramené à la maison, mais il était sauf c’était ça l’important. J’avais compris à ce moment que personne ne l’aurait aidé, moi je ne pouvais pas passer mon chemin sans rien faire. Je reviens au moment présent, me pinçant l’arrêt du nez, je sentais la migraine commençant à pointer. Je fixai mon regard à nouveau sur ma mère, avant de regarder Kaleb à nouveau. Le légiste n’avait toujours pas ouvert la bouche. Il semblait réfléchir, ou me laisser le temps de changer d’idée, mais c’était hors de question que je change d’avis. Il dû le comprendre à ce moment.

-Ce n’est pas joli en dessous.  Elle a été égorgée et ouverte du sternum au pubis.

J’hochai la tête sentant les larmes me piquer les yeux, je dû faire un grand effort pour les ravaler.

-Elle a souffert?

C’était une drôle de question. Kaleb n’avait pas mentionné qu’elle avait été étranglée ou quoi que ce soit, la cause de la mort était qu’on l’avait ouvert en grand.

-Je ne sais pas, je ne peux qu’espérer que l’état de choc lui ait évité la souffrance du reste.

Je hochai la tête à mon tour priant pour qu’elle n’ait pas eu à ressentir le reste. Je chassai d’un geste les larmes qui roulaient sur mes joues, ce n’était pas le temps d’être faible.

-Qu’est-ce qu’ils vont faire des jumeaux? Est-ce que je peux demander la garde?

Kaleb haussa les épaules une expression triste sur le visage.

-Je ne sais pas, pour le moment la protection de l’enfance va les prendre en charge.  Je vais être honnête avec toi, le fait que ta dernière fugue remonte à un peu moins de deux ans n’aidera pas ta cause. Je vais quand même faire tout ce que je peux pour t’aider, Mackenzie aussi. Elle sait tous les efforts que tu mets pour reprendre le contrôle des événements.

Je hochai la tête.

-Merci. Je sais que j’ai déconnée … si j’avais su …

Je vis Kaleb secouer la tête.

-On ne peut pas prévoir ceci Ayana. Jamais, au grand jamais j’aurais pu prévoir ceci. Toi encore moins. C’est ta mère, elle devait être là pour toujours. Du moins, c’est comme ça que je pensais moi aussi à ton âge. Je pouvais faire les conneries que je voulais, ma mère serait toujours là.

Je ne savais pas grand-chose de sa vie, mais je savais que Kaleb n’avait plus ses parents, il avait bien un frère et deux sœurs, mais je ne lui connaissais pas d’autre famille a part eux. Je hochai à nouveau la tête, j’avais l’impression de ne plus savoir faire autre chose comme mouvement depuis que l’on m’avait annoncé la nouvelle. Je touchai une dernière fois la joue froide et sans vie de ma mère, lui promettant de mettre tout en œuvre pour faire en sorte que les jumeaux aient une belle vie, de veiller sur eux coûte que coûte. Je lui promis aussi de ne plus faire de bêtises et réussir mes études, de faire en sorte qu’elle serait fière de moi, peu importe là où elle se trouvait à présent. Je remerciai Kaleb d’un geste de la tête, il me retourna le mouvement avant de remettre délicatement le drap sur la tête de ma mère. Je pris le chemin de la sortie de la pièce, dehors, appuyé sur le mur m’attendait Zackary. Il avait reçu mon texto. Comme j’approchais de lui, il ouvrit les bras, je m’y réfugiai volontiers. Tout ce que j’avais retenu l’autre côté sorti en vague, silencieusement. Rapidement, le t-shirt de mon ami se retrouva trempé de mes larmes. Ce ne semblait pas le gêner. Il était vrai que lui avait fait bien pire, il m’avait vomit dessus pendant que je tentais tant bien que mal de l’emmener à l’hôpital.  Après l’avoir bien détrempé, je le serrai contre moi très fort avant de le relâcher légèrement pour le regarder.

-Merci.

C’était un seul mot, mais il était lourd de sens pour moi.  Je me lovai à nouveau contre lui, l’oreille contre sa poitrine, entendre un cœur battre après avoir vu ma mère sans vie était un réconfort étonnant. Je soupirai avant de finalement mettre fin à l’étreinte. Il me donnait la force nécessaire de mettre un pied devant l’autre pour continuer.

-Je ne te laisserais pas vivre ça tout seul. Impossible.

J’eus un sourire et hochai la tête. Je suis sur que mon visage, malgré le sourire exprimait autant ma tristesse que ma gratitude. Kaleb sortit de la salle.

-Je suis content que tu sois encore là. Je me demandais si tu voulais récupérer son médaillon. Les policiers ont dit qu’ils n’en avaient pas besoin pour les pièces à conviction.

Il me tendit le bijou de ma mère, celui qui lui venait de sa mère et qu’elle portait toujours. Je le pris comme s’il était une chose fragile qui allait se désagréger si je ne faisais pas attention. Kaleb attendit que je ferme les doigts ce sur ce bien et nous laissa seul, nous saluant de la tête. Je passai la chaîne par-dessus ma tête et laissé le bijou prendre place, il me descendait jusqu’à la pointe du sternum, ce fait me fit penser à ce que ma mère avait subit. Je regardai Zackary.

-Je… je dois trouver quelqu’un qui prendra soin des jumeaux. Je ne peux pas les laisser prendre sans savoir où ils iront. Je ne peux pas les perdre eux aussi …

Mes deux petits frères… ils étaient si jeunes, dix-huit mois à peine. Ils n’étaient pas nés lors de ma dernière fugue, ils allaient voir le jour quelques mois plus tard.  Mais ce n’était pas parce que ma mère était enceinte que j’étais partie. C’était parce que son deuxième mari était un monstre, un véritable monstre. Elle ne voulait pas le laisser. Je ne pouvais pas rester. Je ne lui avais jamais dit pourquoi, elle était morte sans savoir. Le seul qui savait vraiment la raison était Zackary. Quand Robert avait tenté de m’agresser, je m’étais enfui de la maison. Il avait mis mon t-shirt préféré en pièce. J’avais réussi à me sortir de là et j’étais parti. Zackary m’avait reproché de ne pas être allé le voir. Il risquait la prison s’il aidait une fugueuse. Il avait plus de dix-huit ans. Je ne pouvais me résoudre à ce moment-là de lui créer de tels ennuis. Je savais trop bien qu’il m’aurait aidé à tout prix, sans tenir compte des risques pour lui.

J’étais revenue six semaines plus tard et par bonheur ma mère s’était rendue compte qu’il était un salop et l’avait foutu à la porte. Il était mort deux semaines avant la naissance des jumeaux, abattu par un père furieux de le trouver dans le lit de sa fille de seize ans. Ma mère n’avait rien dit, mais elle s’était posé des questions. Elles lui avaient brûlés les lèvres plus d’une fois. Mais voyant que je ne réagissais pas à ses « pièges » elle avait dû abandonner l’idée qu’il m’est touché. C’était mieux ainsi, elle aurait cru que c’était sa faute et c’était loin de l’être. Alors que j’étais perdu dans mes pensées, Zackary prit ma main dans la sienne. C’était comme s’il avait compris à quoi tout ceci m’avait ramené ou alors il avait simplement sentit que j’avais besoin d’être ramené à la réalité. Il me connaissait par cœur. Alors qu’il allait franchir la porte, je l’arrêtai dans son mouvement. Je plaçai ma main libre sur sa joue et l’embrassai, pas sur la joue comme j’avais l’habitude de le faire. Non, je l’embrassai doucement, il sembla surpris, mais de sa main libre il m’attira à lui pour me rendre mon baiser. Lorsque ce fût terminé, il posa son front sur le mien sans rien dire, avant de s’éloigner doucement. Il ouvrit la porte et nous sortîmes à l’extérieur. Il n’avait pas lâché ma main.




Derrière l'écran, il y a...
Pseudo: Mimi. Prénom:    Age:  
Fréquence de connexion: 2-3 jours semaines
Code du Règlement:
Revenir en haut Aller en bas




avatar


■ En ville depuis le : 30/11/2014
■ Messages : 766
■ J'ai : 35 ans
■ Boulot/Études : Médecin légiste

■ Célébrité : Jason Momoa
■ © Avatar : Athena
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Kaleb Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: Ayana - Life is a bitch. Mer 16 Aoû - 20:04:31


Bottin d'avatarsDemandes de liensLiens en vracScénariosDemande de lieuxSujets utilesAnnexesImage HTML map generator
En supplément...
→ Penses à compléter le carnet d'adresses pour avoir un endroit où vivre. C'est ici.
→ Et pour terminer, consulte la boutique, afin de comprendre comment elle fonctionne et à quoi elle sert!

Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t250-mac-being-in-a-relationship-is-a-full-time-job-so-don-t-apply-if-you-re-not-ready#4358
avatar


■ En ville depuis le : 29/11/2014
■ Messages : 1035
■ J'ai : 27 ans
■ Boulot/Études : j'ai quitté l'armée pour intégrer la police où j'ai le grade de LIEUTENANT ^^

■ Célébrité : Adrianne Palicki
■ © Avatar : Athéna
■ © Photo identité : Trouvé sur le net, j'ai pas le créateur, sorry!

■ Multicomptes : Nope!
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Mackenzie Wright


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: Ayana - Life is a bitch. Mer 16 Aoû - 22:05:24

Dis, je peux toujours t'adopter?
En tout cas, contente de te savoir de retour!
A bientôt en rp!
Revenir en haut Aller en bas




avatar
■ En ville depuis le : 27/06/2015
■ Messages : 174
■ J'ai : 18 ans
■ Boulot/Études : Étudiante et femme d'entretien au garage de Hunter

■ Célébrité : Maisie William
■ © Avatar : Athena
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Ayana Masson

Message(#) Sujet: Re: Ayana - Life is a bitch. Jeu 17 Aoû - 16:28:47

lol mon personnage à 18 ans, mais si tu peux toujours la recueillir lol!! Elle va assurément vendre la maison, c'est pas avec le salaire que Hunter lui donne et l'école qu'elle va pouvoir payer hihihihihi

Et très contente d'être de retour!
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Ayana - Life is a bitch.

Revenir en haut Aller en bas
Ayana - Life is a bitch.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."
Réponse Rapide
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Veuillez vous identifier :: Présentations :: Fiches acceptées

-