Boutique

Pour avoir accès à la boutique,
clique sur le panier!

Bon shopping!






 

Partagez | .
 

 Because I'm only a crack in this castle of glass - Linkin Park

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




avatar


■ En ville depuis le : 26/04/2015
■ Messages : 232
■ J'ai : 24 ans
■ Boulot/Études : Éditrice

■ Célébrité : Jennifer Lawrence
■ © Avatar : Athena
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Amy Wright


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Because I'm only a crack in this castle of glass - Linkin Park Mer 16 Aoû - 13:54:56





Amy Wright


Carte d'identité
Nom: Wright. Prénom: Amy. Diminutif: Aucun
Date de naissance: 13 juin Age: 24 ans Nationalité: Américaine
Orientation sexuelle: Hétérosexuelle État civil: Mariée avec Raffael
Emploi/Études: Éditrice
Groupe: Girl on fire

Avatar: Jennifer Lawrence Crédits: Athena
Personnage: Personnage Inventé Scénario

«the hardest thing in this world is to live in it - Joss Whedon»



Questions en vrac
Plat préféré: Les pâtes Parfum de glace préféré: Praline
Couleur préférée Mauve Chanson préférée: Castle Of Glass - Linkin Park
Film préféré: Annie Série préférée: Buffy contre les vampires
Jour ou nuit? Peu importe Semaine ou  week-end? Les jours se suivent...



Parce que tout le monde a son histoire...


Dire qu'Amy n'avait pas grand souvenir de ses parents biologiques était un peu ironique, en fait, elle n'avait aucun souvenir du tout. Elle avait un an lorsque ses parents s'étaient vus retirer sa garde. Elle avait grandi avec sa sœur Mackenzie dans une famille d'accueil qui les avait accueillit. Elle savait qu'elle avait un frère, mais elle ne l'avait jamais vu. Enfin, c'est ce qu'elle croyait jusqu'à ce qu'il se présente à elle le jour de ses vingt-et-un ans. En le voyant entrer dans le bar où Mackenzie l'avait amené pour fêter l'occasion, elle s'était dite : Tiens, mais c'est le mec que je voyais souvent à la sortie des cours. En effet, elle l'avait remarqué à plusieurs reprises, il était là quand Mac et Amy sortaient de l'école. Oh il essayait de ne pas se faire voir, c'était presque devenu un jeu pour l'enfant de le trouver dans la foule. Il était souvent dans une voiture, toujours une différente d'ailleurs ou bien caché derrière un poteau, derrière l'arbre dans la cours d'école. Il jouait toujours les discrets, Amy s'amusait autant que lorsqu'elle cherchait, dans les livres de sa sœur. Ses livres où elle devait trouver le Charlie à chandail rayé rouge et blanc, mais là il s'agissait de l'homme en noir, car il était presque toujours vêtu de noir ou très sombrement. Un parent qui l'avait aussi remarqué l'avait signalé au directeur qui l'avait fait fuir. Elle ne l'avait plus revu à l'école, mais elle l'avait recroisé quelquefois. Elle se souvenait, elle le croisait d'autant plus souvent quand Mackenzie était en mission d'ailleurs. Mais bon, cet homme aurait pu habiter le même quartier qu'elle, fréquenter simplement les mêmes commerces qu'elle non? Elle ne lui avait jamais parlé, lui avait adressé quelques saluts polis, mais sans plus. Mais pourquoi cet homme en particulier l'avait marqué? Elle ne le savait pas, mais quand elle l'avait vu venir vers elles au bar, elle n'avait pas eu peur, elle avait ressentit de la méfiance, comme avec chaque étranger, mais pas de peur.

De plus, Mac était là avec elle, alors pourquoi aurait-elle eu peur? Sa sœur, tireuse d'élite était à ses côtés, elle n’avait peur de rien dans ces moments-là. De toute façon, rien ne pouvait lui arriver quand sa sœur était dans les parages. Mackenzie avait toujours été sa protectrice, son héroïne personnelle. Elles ne pouvaient compter que l'une sur l'autre et personne d'autre, la vie le leur avait bien apprise. Mac s'était toujours bien occupé d'elle, Amy avait tremblé pour elle chaque fois qu'elle l'avait vu partir pour ses missions avec l'armée, mais Mackenzie lui était toujours revenue. Bon, elle détestait que sa sœur soit de retour avec des cicatrices et surtout qu'elle lui raconte des bobards sur comment elle s'était faite ces cicatrices, car Amy n'était pas bête, elle savait bien que sa sœur lui mentait pour la rassurer. Elle détestait ça, détestait la voir partir et ne pourrait que se réjouir lorsqu'elle quitterait enfin cette vie de danger. De plus, elle avait rencontré son mec dans l'armée et après avoir reçu une blessure alors c'était bien non? Mackenzie était forte, tellement forte, elle lui avait appris à se défendre, elle lui avait appris à tirer avec une arme, Amy avait ensuite apprise l'arc, elle avait appris à chasser, elle aimait ce genre d'activité, même si sa sœur, elle détestait ça. Mais bon, une flèche bien placée faisait en sorte que l'animal ne souffrait pas trop longtemps. Mac elle pensait que tant que l'animal ne pouvait pas se défendre, ce n'était pas du sport, qu'une simple mise à mort. Mais bon, elles ne pouvaient quand même pas être pareilles en tout non? Et puis, son grand sens de l'observation l'aidait beaucoup pour traquer ses proies. Ce qui ne changeait pas chez les sœurs, c'est qu'elles pouvaient avoir un côté autant très féminin et avoir ce côté fonceur et impulsif très caractéristique aux hommes. Amy avait toujours voulu se montrer aussi forte que sa grande sœur, voulait se montrer aussi courageuse pour être à la hauteur de ce que sa sœur lui avait appris.

Mais bref, pour en revenir au sujet du départ, ce fût à ce moment que Hunter est entré dans leur vie et à bousculer beaucoup de choses dans leur vie autant pour elle que Mackenzie. Ce soir-là, soulignait son passage à l'âge adulte et elle rencontrait pour la première fois son aîné, son frère, Hunter. Leur grand-frère disait avoir tenté de les voir, avoir tenté de les garder avec lui après s'être émancipé lui-même, mais que les « Grandes Personnes » n'avaient rien voulut savoir, le trouvant trop jeune et instable pour prendre ses sœurs à sa charge ou même pour pouvoir simplement les côtoyer. Les gens de la famille d'accueil avaient soi-disant peur que le jeune homme soit atteint par les mêmes pulsions violentes que son père. Dans tout ça, Amy se posait souvent la question, dans les débuts de sa relation avec son frère, si ces gens avaient peut-être eu raison de ne pas lui confier deux fillettes? Amy ne savait pas trop, elle ne pouvait pas croire que son frère l'aurait blessé ou aurait blessé sa sœur de façon intentionnelle, mais après tout c'était une grande charge pour un jeune homme d'élever deux fillettes non? Étrangement, elle ne doutait pas qu'il ait voulu les protéger, que ce soit de près ou de loin. Hunter n'avait-il pas dénoncé ses propres parents pour pouvoir mettre ses sœurs à l'abri de leurs maltraitances? Il avait aussi tenté de les prendre avec lui non? C'était une preuve qu'il avait voulu faire pour elles ce que leurs parents n'avaient pas su faire. Ce qui amenait Amy à se dire qu'elle n'était pas sortie du bois avec ses deux là. Oh non! S'il était un tant soit peu comme Mackenzie, elle n'aurait pas fini. Elle ne pourrait pas faire un pas devant sans que les deux ne le sachent. Sa sœur n'était pas du genre contrôlant non, jamais. Mais elle aimait savoir ce qui se passait dans la vie d'Amy et cherchait sans cesse à la protéger. Mais non, Hunter se révéla moins présent, lui laissait plus de place, plus de manœuvre tout en étant très protecteur.

Enfin, c'était sa petite famille. Son frère et sa sœur, deux personnes des plus importantes dans sa vie. Il y en avait une troisième, une troisième très importante qui avait aidé Amy jusqu’à ce que Mackenzie se décide enfin à quitter les rangs de l’armée un an et demi plus tôt. Raffael Birmingham. Il s’était rencontré grâce à Mackenzie et Kaleb, ils étaient ensembles et ils fêtaient généralement Noël et les autres fêtes de ce genre ensembles. Elle avait rencontré Raffael et les jumelles. Ils étaient tous très gentils avec elle. Raff passait souvent lorsque Mac était en mission et que Kal n’était pas disponible. Ils discutaient, l’aidait lorsqu’elle n’était pas en mesure de réalisé une tâche par elle-même, c’était rare… mais il lui arrivait de ne pas être assez forte pour déplacer un meuble ou trop petite pour changer la pile du détecteur de fumée. Malgré que rendu au détecteur de fumée, elle l’appelait simplement pour le plaisir de le voir débarquer. Elle avait seize ans lorsqu’elle avait rencontré le militaire pour la première fois. C’était jeune, très jeune. Il avait vingt-neuf ans à ce moment-là. Il veillait sur elle comme un grand frère veillait sur sa petite sœur. Mais rapidement, la relation changea. Elle ne désirait pas être sa petite sœur. Elle désirait être beaucoup plus que cela. Ils s’étaient côtoyés sagement jusqu’à ses dix-huit ans. Ensuite, elle lui avait fait comprendre qu’elle attendait plus de lui. Raffael avait peur, il se trouvait beaucoup trop vieux. Puis, quand Kaleb et Mackenzie se sont séparés, il a compris quelque chose. La vie est courte et même s’ils avaient une grande différence d’âge, ce qu’ils ressentaient l’un pour l’autre ne s’effaceraient pas. Il était arrivé chez elle juste après avoir appris la séparation de son frère et de la sœur d’Amy. Il n’avait rien dit, il était entré, elle avait pu voir la tristesse sur son visage, il avait ensuite pris le visage de la jeune femme dans ses mains avant de l’embrasser. Plus tard, il lui avait expliqué que la séparation de Kaleb et Mackenzie lui avait fait comprendre que la vie était déjà assez compliqué et trop courte pour qu’il se permette de passer à côté de ce qu’ils ressentaient. Un an plus tard, il lui faisait la grande demande et l’année suivante ils se mariaient. Mackenzie avait tenté de faire en sorte que ce soit une soirée spéciale autant pour sa sœur que son beau-frère, elle espérait qu’ils reviendraient ensembles tous les deux. Mais Mackenzie était bien trop têtue pour admettre l’erreur qu’ils avaient faite en se laissant et ne voulait pas reprendre là où ils avaient laissé. Elles en étaient là, Amy était mariée et Mackenzie allait repartir pour ce qui devait être sa dernière mission. Amy ne pouvait être plus heureuse, mais elle avait peur pour sa sœur aussi. Elles étaient assises sur le balcon chez Amy, Mackenzie profitait d'un dernier moment avec sa cadette. Amy était contente qu'elle soit venue, qu'elle ait accepté de passé un moment avec elle avant de repartir à la base. C'était le moment idéal aussi pour lui parlé de quelque chose qu'elle avait vu la veille. Elle regarda sa sœur par dessus sa tasse de thé.

-Dis-moi Mac, qu'Est-ce qui s'est passé après que je t'ai vu partir avec Kaleb. Juste avant tu avais ta langue enfoncée dans sa gorge et après "pouf", vous êtes disparus. C'est pour ça que tu fais cette tête? Ou ta prochaine mission t'embête?

Mackenzie s'étouffa avec sa gorgée de thé et se mit à tousser.

- Hein? Non! Rien!

Amy regarda sa sœur, un petit sourire aux lèvres.

-Arrête Mac, ce n'est pas rien... et tu as été dans ta tête pendant tout le souper, ne fait pas semblant avec moi.

- Tu t'imagines des choses! Pour hier au mariage avec Kaleb, j'avais un coup dans le nez. Il m'a tout simplement raccompagnée.

Est-ce qu'Amy va gober ce beau gros mensonge?

- Tu le connais, il ne pouvait pas me laisser prendre un taxi dans l'état qui était le mien.

Elle hocha la tête. Elle ne croyait vraiment pas les propos de sa soeur. Elle savait très bien ce qu’elle avait vu avant que sa sœur ne monte dans la voiture du légiste.


-En effet, c'est le genre de Kaleb de te reconduire, mais si tu pense que je suis aveugle au point d'avoir manqué le baiser que tu lui as collé avant d'embarquer dans la voiture... vous vous dévoriez littéralement des yeux tous les deux. Et puis, qu'est-ce qu'il y aurait de mal à ça Mac? Tu sais aussi bien que moi que tu l'aimes toujours. Lui aussi d'ailleurs.

Amy vit sa sœur rougir. Elle semblait vraiment gênée, comme si Amy l’avait prise la main dans le sac.

- Ok! Une petite rechute de rien, ce n'est pas la mer à boire! Et de là à dire qu'on s'aime toujours, faut pas pousser non plus.

Amy regarda sa sœur, l'air sceptique.

-Une rechute, rien d'autre. Tu veux convaincre qui Mac? Toi ou moi?

- Je n'ai pas besoin de me convaincre, Amy! On s'est laissés parce que lui rêve de se marier et d'avoir des gamins. Pas moi. Fin de l'histoire.

-Je ne vois pas ce qui a d'irréparable dans cette histoire, et ce n'est pas parce que vous avez un différent que vous ne pouvez pas vous aimer pour autant. Tu ne veux pas plier, lui non plus, vous êtes borné et vous gâchez ce qui aurait pu être la plus belle relation.

Elle soupira.

-Mac, tu ne penses pas que tu pourrais saboter cette relation parce que tu as peur qu'il t'abandonne? Tu l'abandonnes avant que lui, ne le fasse?

Mac pris une profonde inspiration et expira lentement, Amy savait qu’elle était en train d’outrepasser ses limites de sœur et si elle n’avait pas été sa sœur, Mac l’aurait déjà envoyé paître.

- Imaginons qu'il renonce au mariage et aux enfants et qu'on revient ensembles. Dans 5 ans, il regrette de ne pas avoir eu d'enfants... il aura perdu 5 ans de sa vie où il aurait pu rencontrer quelqu'un avec qui fonder la famille que je refuse de faire. Et hors de question qu'il finisse par me le reprocher.

Amy regarda sa sœur et secoua la tête.

-Il a déjà perdu deux ans à t'attendre.

Elle soupira

-Il n'a eu personne depuis toi Mac, tout comme toi.

- Moi, je n'ai pas le temps. Et ça fout la trouille aux hommes une femme sniper. Vas savoir pourquoi, quand ils savent que je fais partie de l'armée, ils ne rappellent jamais!

Elle s'adossa contre la balançoire et poussa un soupir de lassitude.

- Quant à Kaleb, dès qu'il aura trouvé la femme qui voudra lui donner des enfants, tu verras, il ne restera pas sur les rangs des célibataires très longtemps. C'est juste qu'il n'a pas cherché, pas parce qu'il me verrait encore dans sa soupe.

Amy soupira et eut un sourire triste, sa sœur se trompait. Kaleb l’avait toujours dans la peau, c’était évident pour tout le monde, sauf pour Mackenzie.

-J'espère ma beauté que tu te réveilleras avant qu'il ne soit trop tard.

Elle prit une gorgée de thé avant de poursuivre.

-Lui, il n'a jamais eu peur que tu sois un sniper, il n'a jamais eu peur de ton caractère, ni de tes frasques quand Hunter est revenu dans nos vies l'an dernier. Il était là pour toi malgré vos problèmes. Les autres mecs qui ont peur de s'engager avec toi sont stupides. Kaleb ne l'est pas, voilà tout.

- Je sais qu'il n'est pas stupide!

Mac commençait vraiment à s'énerver. Amy n’aurait pas du dire ça, bien sur que Mac savait que Kaleb n’était pas un idiot. Elle avait simplement peur que sa sœur passe à côté de l’homme de sa vie.

- Tu as eu la chance de tomber sur quelqu'un qui aspire à la même chose que toi dans la vie. Kaleb et moi, on n’était pas sur la même longueur d'ondes. Je ne veux pas me forcer à me marier et à avoir des enfants pour le regretter plus tard. Et le lui reprocher. Tout comme je ne veux pas le forcer à faire une croix sur son désir de fonder une famille juste pour me plaire et qu'il me le reproche éventuellement. Si on est incapables d'être d'accord pour des trucs aussi importants, on ne part pas sur de bonnes bases.

Tout ceci était relié à leur enfance, Amy en avait conscience. Leurs parents avaient fait un mariage de merde, Mackenzie et elle, elles avaient été placé dans des familles d’accueilles ballottées d’une famille à l’autre. Mac avait toujours été le point d’ancrage d’Amy. Elle était le pilier de leur famille depuis si longtemps, qu’elle avait oublié qu’elle aussi méritait d’être heureuse.

-Tes années avec lui ont été les plus heureuse que tu es connue, je le sais. Tu n'arrêtais pas de sourire, tu étais moins inquiète de me laisser seul quand il a quitté l'armée pour retourner à la vie civile, tu lui as fait confiance pour veiller sur moi.

Elle secoua la tête.

-Je voudrais juste que tu retrouves ce bonheur.

- Ok, j'étais bien avec lui. Ça ne veut pas dire que je ne suis pas bien célibataire. Que je ne rencontrerai personne qui me fera sentir tout aussi bien, voire mieux encore. Je ne suis pas malheureuse, Amy. Mais on ne peut pas tous avoir de la chance comme toi et tomber tout de suite sur le bon.

Mac ferma les yeux et appuya sa tête contre le montant de la balançoire.

- C'est peut-être juste moi qui ne suis pas faite pour être en couple. Cherche, le célibat, c'est peut-être ce qu'il y a de mieux pour moi. Comme ça, pas besoin de faire confiance à qui que ce soit. Et encore mieux, plus de crainte de se faire abandonner.

Amy prit la main de sa sœur dans la sienne.

-Tu dis ne pas être malheureuse, je n'en suis pas aussi sur. Et cesses tes âneries sur le célibat, tu es faites pour aimer et être aimer, je le sais, je te connais. C'est pour ça que tu as si peur de l'abandon.

Elle approcha la main de sa sœur de sa bouche et embrassa le dessus de sa main.

-Mais je comprends ce que tu dis, tu ne veux pas l'empêcher d'être heureux et de fonder une famille... mais je ne peux pas m'empêcher de voir que vous êtes malheureux chacun de votre côté.

- Je t'adore Amy, mais je préfère quand on est sur le cas d'Hunter que quand tu te mets sur le mien.

La jeune femme eut un sourire triste.

-Très bien, je vais te demander une dernière chose avant de laisser "ton cas". Promet-moi que c'est vraiment ta dernière mission. Je n'en peux plus de te voir partir si loin.

Mackenzie parut immédiatement soulagée, le sujet devait lui peser lourd et qu’Amy en change semblait lui faire disparaître une certaine tension. Amy comprit cependant que si le sujet dérangeait tant sa sœur, c’était qu’elle avait mis le doigt sur quelque chose. Mac aimait toujours Kaleb, elle en avait la certitude. Mais bon, comme elle avait déjà poussé trop loin, elle avait préféré laisser sa sœur respirer et changer de sujet. De plus, elle avait vraiment hâte que Mackenzie cesse les missions pour l’armée. Elle tremblait de peur à chaque fois et détestait répondre au téléphone et à la porte lorsque sa sœur était hors du pays, par crainte qu’on lui annonce qu’elle est morte.

- Je ne voulais pas en parler avant que ça ne soit officiel, mais comme tu en parles... J'ai appliqué pour devenir flic à Houston. J'attends des nouvelles pour savoir si je réintègre la vie civile ou si je reste dans l'armée. Ça va dépendre de leur réponse et s'ils sont acceptent aussi de me laisser terminer mon engagement. Je ne promets rien, mais je l'envisage. Je ne veux pas quitter l'armée sans rien devant moi.

Amy hocha la tête, elle ne voulait pas démontrer trop de joie. Il y avait une condition à son retour à la vie civile.

-Je peux comprendre que tu es besoin d'avoir quelque chose, j'avoue que je serais très soulagé de savoir que tu resterais ici. Service de police, c'est dangereux aussi, mais tu seras ici.

Être ici, ça impliquait tellement de chose pour Amy, s'il arrivait quelque chose à sa sœur, elle serait là... pas à des milliers de kilomètre.

- Kaleb a quitté l'armée en étant médecin, il avait quelque chose de solide, il pouvait se trouver un job n'importe où. Moi... à part le SWAT à cause de mon job de sniper, je ne vois pas trop. Suivre les ordres, je suis douée là-dedans. Flic, ça m'irait bien je trouve.

Amy ne put s'empêcher d'avoir un sourire en coin.

-Kal est devenu légiste, Raffael qui était spécialiste en déminage et bombe en tout genre est devenu propriétaire d'un night club. Ils ont fait leur chemin. Raffael a pris un risque. Heureusement, il a la bosse des affaires. Mais flic, c'est vrai que ça t'ira bien. Ce ne sera qu'un changement d'uniforme et puis tu seras ici avec moi.

La conversation dévia sur le mariage de la veille, et le voyage de noce d’Amy à venir. Et maintenant, un an et demi plus tard, sa sœur était de retour à la vie civile, leur frère avait réussi à reprendre une partie de sa place dans la famille et elle était plus heureuse que jamais dans son ménage avec Raffael. Ils avaient commencé des démarches pour l’adoption. Ils étaient tous deux en bonne condition et pourrait avoir des enfants de façon naturelle, mais elle savait ce qu’était de vivre en famille d’accueil, elle voulait donner une chance à certains de ses enfants d’avoir une bonne famille. Et maintenant, un an et demi plus tard, sa sœur était de retour à la vie civile, leur frère avait réussi à reprendre une partie de sa place dans la famille et elle était plus heureuse que jamais dans son ménage avec Raffael. Ils avaient commencé des démarches pour l’adoption. Ils étaient tous deux en bonne condition et pourrait avoir des enfants de façon naturelle, mais elle savait ce qu’était de vivre en famille d’accueil, elle voulait donner une chance à certains de ses enfants d’avoir une bonne famille. Elle ne pensait pas avoir une réponse aussi vite après que le processus ce soit enclenché, mais des jumeaux de dix-huit mois avaient besoin d’une famille et la plupart des gens sur la liste d’attente ne voulaient pas deux enfants de cet âge. Amy elle, elle les voulait. Elle ne savait pas si Raffael serait d’accord. Elle avait donc dit à la dame qu’elle en parlait à son époux et qu’il lui donnerait une réponse le plus rapidement possible. Deux petits garçons. Elle ne voulait pas se montrer trop heureuse, il y avait quand même une possibilité pour que Raffael dise non. Il pouvait refuser. Il était dans son bureau, elle entra doucement dans la pièce et s’appuya sur le cadrage de la porte.

-Nous avons eu un appel. Ils ont deux petits garçons, des jumeaux à placer. Ils ne désirent pas les séparer, mais à ce moment, aucune famille n’a manifesté d’intérêt à les prendre tous les deux.

Il était à faire les comptes de la boîte de nuit qu’il gérait lorsqu’il entendit sa femme derrière lui dire qu’ils avaient eu un appel et que deux petits garçons, des jumeaux, avaient besoin d’un endroit. Il ne pouvait cacher qu’il était surpris. Ils venaient d’être accepté, les procédures avaient été enclenché, ils avaient subit tous les tests et compagnie, ils venaient d’être accepté et on leur offrait de prendre deux enfants. Il se tourna vers sa femme. Il devait voir qu’elle était emballée, mais Amy savait avant même qu’il ouvre la bouche qu’il la ramènerait sur terre. Elle était l’émotive, il était le rationnel. Ils se complétaient bien.

- Et qu'est-ce qu'on sait d'eux?

Amy se tendit, elle avait l’impression que Raffael dirait non et elle n’aimait pas cette sensation. Elle haussa les épaules.

-Ils ont 18 mois, orphelins, je n'en sais pas plus.

Elle vit Raffael relever un sourcil.

- Et ils n'ont pas de famille prête à les recueillir?

Elle répondit, légèrement sur la défensive.

-Si c'était le cas, on ne nous aurait pas appelés.

Raffael sembla comprendre quelque chose qu’Amy elle-même ne semblait pas comprendre. Il balaya son commentaire du revers de la main, comme pour l’effacer et lui donna la raison de sa question.

- Je le demande parce que si la mère a encore de la famille, même s'ils ne sont pas prêts à prendre les petits, ils pourraient vouloir continuer à faire partie de leurs vies malgré tout. C'est à prendre en considération. Est-ce qu'on est prêts à prendre des enfants et à peut-être voir des étrangers débarquer avec eux? Des gens qui voudront peut-être mettre leur grain de sel dans l'éducation qu'on donnerait aux enfants?

Elle haussa à nouveau les épaules.

-Si nous avons un intérêt à les prendre tous les deux, ils nous donneront les détails, mais si nous ne sommes pas intéressé, ils ne nous donneront pas de détails.

Raffael hocha la tête, elle se sentait dépassé, elle aurait cru que son mari aurait été content. Elle avait de la difficulté à faire face à la réalité : elle sentait que Raff allait dire non.

- C'est hypothétique, Amy. Je te demande juste si tu es prête à faire face à ce genre de situation dans le cas où ça se produirait. C'est quand même une décision importante, faut se poser toutes les questions même si au final, ça ne servira peut-être à rien.

Elle allait répondre lorsqu’il continua.

- Et dans le pire des cas, toujours s'ils ont encore de la famille, serait-on prêt à refuser que les enfants fréquentent ces gens? Un peu comme ça vous est arrivé à toi et Mac quand votre famille d'accueil à refusé qu'Hunter fasse partie de vos vies.

Amy, qui était toujours appuyé au mur se redressa.

- Ce que je sais Raffael, c'est que ce sont deux êtres qui ont grandit dans le même utérus, en même temps. Qu'ils ont vu le jour à quelques minutes près et que l'on veut les séparer. S'ils sont rendus à nous, qui débutons le processus, c'est qu'ils n'ont personne d'autre. Je n'aurais pas accepté qu'on me sépare de Mac, je ne veux pas qu'ils soient séparés. Et j'aurais aimé que l'on permette à Hunter de nous visiter au moins. J'aurais aimé que ma famille ne soit pas éclater car d'autres ont pris la décision pour moi. Et si je vois que la ou les personnes sont néfastes, vraiment, pour les enfants, je n'aurais aucun mal à prendre les mesures nécessaires.

Elle le vit hocher la tête.

- Ok. Si tu en es sûre, on les prend chez nous. Je ne m'attendais juste pas à ce que ça soit deux en même temps! Et qui sait combien de temps on devra attendre sinon...

La jeune femme n’osait pas y croire, il disait oui? Mais allait-il avoir des regrets? Elle avait tellement cru qu’il dirait non que maintenant, elle avait l’impression de lui avoir forcé la main.

-Je ne veux pas que tu te sentes obligés. Comprends-moi bien, je ne veux pas les voir séparé, mais je ne veux pas non plus que tu regrettes d'avoir dis oui parce que je sais que je le veux alors que pour toi ça semble trop. Si tu préfères que nous attendions, je comprendrai.

Il secoua la tête à la négative avant de répondre.

- Quand on a entrepris les démarches d'adoption, je savais dans quoi je m'embarquais et si j'ai accepté c'est parce qu'on veut tous les deux des enfants. Certes, je ne pensais pas qu'on en aurait deux pour le prix d'un, mais ce n'est pas important ça. Ça nous fera deux enfants au lieu d'un, ça nous prendra un peu plus d'organisation, mais c'est un détail rendu là.

Elle s’avança vers l’homme et une fois rendu à lui, elle l’embrassa passionnément.

-Merci. Je sais que ce ne sera pas de tout repos au début, mais je sais qu'à nous deux, nous allons y arriver.

L’homme lui rendit son baiser avant de la ramener sur terre une dernière fois. Pour une bonne raison.

- Faudrait contacter les services sociaux avant qu'un autre couple change d'idée. Et après, viendra le casse-tête de choisir les marraines. Parce que niveau parrains, c'est réglé: Kal et Hunter. Mais les marraines, elles...

La jeune femme ne put s’empêcher de sourire.

-Pour les services sociaux, je m'en occupe. Pour ce qui est des marraines... on verra, on arrivera peut-être à trouver une brillante idée. Qui sait.

Elle était pleine d’enthousiasme. Elle pourrait s’assoir avec les trois femmes de leur vie. Elles seraient en mesure de trouver une idée, quitte à ce qu’elles soient marraines toutes les trois. Amy ne savait pas comment elle ferait ça, mais elle trouverait bien. Elle rappela la femme et celle-ci confirma qu’ils auraient les enfants chez eux dès le lendemain. Elle retourna voir Raffael pour lui annoncer qu’ils devaient aller faire du shopping. L’homme laissa son travail en plan pour accompagner son épouse.





Derrière l'écran, il y a...
Pseudo: Pokerface. Prénom: Préfère ne pas le donner Age: ouf...
Fréquence de connexion: 4/7 environ plus si possible
Code du Règlement:

__________________________________

The enemy is anybody who's going to get you killed, no matter which side he is on.

Revenir en haut Aller en bas




avatar
■ En ville depuis le : 27/06/2015
■ Messages : 174
■ J'ai : 18 ans
■ Boulot/Études : Étudiante et femme d'entretien au garage de Hunter

■ Célébrité : Maisie William
■ © Avatar : Athena
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Ayana Masson

Message(#) Sujet: Re: Because I'm only a crack in this castle of glass - Linkin Park Jeu 17 Aoû - 17:13:27

Bonjour maman adoptive de mes petits loups!

Bienvenue, au plaisir de se retrouver en rp!
Revenir en haut Aller en bas
Because I'm only a crack in this castle of glass - Linkin Park
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Former Crack Cocaine User to the Second Round of Haiti’s Fraudulent Election
» *Boum* *crack* *poui poui*
» Question pour un crack en informatique..
» Crack FM16 enfin disponible avec succès !
» Le dessin-animé de Ralph Bakshi
Réponse Rapide
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Veuillez vous identifier :: Présentations :: Fiches acceptées

-