Boutique

Pour avoir accès à la boutique,
clique sur le panier!

Bon shopping!






 

Partagez | .
 

 #319: Night after night... [Lisa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage




avatar


■ En ville depuis le : 30/11/2014
■ Messages : 811
■ J'ai : 35 ans
■ Boulot/Études : Médecin légiste

■ Célébrité : Jason Momoa
■ © Avatar : Athena
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Kaleb Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: #319: Night after night... [Lisa] Mer 20 Juil - 20:07:03

Deux semaines qu’il tentait sans succès d’entrer en communication avec Lisa. Elle ne lui retournait pas ses messages, ne lui ouvrait pas la porte lorsqu’il frappait. Elle n’avait même pas daigné lui répondre lorsqu’il lui avait dit qu’elle serait protégée jour et nuit. Ou alors elle avait accepté cette protection, après tout, elle avait pu mesurer l’ampleur de la force des vampires et du danger qu’elle encourait. C’était possible, il ne savait pas. La jeune femme devait être en colère contre lui, ça aussi c’était possible. Si elle, elle ne l’était pas, Mackenzie l’était elle et il n’avait même pas joué avec la mémoire de la jeune femme Wright alors qu’il l’avait fait avec Lisa une fois, même deux la même soirée. Il l’avait fait pour la protéger la première fois et pour la sauver la deuxième craignant qu’elle soit victime d’une hémorragie cérébrale. Ce soir, il s’était installé bien en vu sur son balcon. Il ne pouvait entrer chez elle sans sa permission, mais il pouvait camper sur son balcon sans problème. Que l’endroit ce trouve au rez-de-chaussée ou au 17e étage, il n’avait pas de problème avec ça, après tout, il pouvait se téléporter et avec les vêtements sombres qu’il portait, il n’était pas à la vu de tous. Mais Lisa saurait qu’il était là. Elle était flic. Il l’avait déjà dit le soir du souper de charité, il avait eu tord de choisir de leur cacher la vérité, mais il avait cru que c’était le bon choix à faire. Il était donc installé, le dos contre la barrière de protection, les jambes étendues devant lui, les bras croisé sur la poitrine. Tous ses sens étaient en éveille. C’était son tour de garde avec Lisa, le lendemain ce serait avec Mackenzie. Il le faisait le plus souvent possible avec les deux jeunes femmes. S’assurant lui-même qu’elles étaient en sécurité. Lisa était comme une fille pour lui, il la protégeait de près depuis la mort de John. John avait plusieurs bonnes idées et le génie pour les réaliser, mais elles avaient causés sa perte malheureusement et pour une raison qui échappait encore à Kaleb, il avait mêlé sa fille à cette histoire en lui faisant savoir qu’il avait été vivant tout le temps qu’elle l’avait cherché et qu’il venait de mourir de façon criminel. Il ne comprenait pas les raisons de l’homme, possible qu’il ne comprendrait jamais. Mais le résultat était là, Lisa était en danger et maintenant plus que jamais. Il ferait tout en son possible pour qu’elle vive et qu’elle ne soit pas obligée de se terrer dans la peur. Il voulait qu’elle soit libre de faire ce qu’il voulait. Mais il avait besoin de reprendre contacte avec elle. Si elle ne voulait vraiment pas, il respecterait se choix, mais elle aurait à le lui dire en face. Ce soir, elle devait lui parler. Il l’espérait du moins. Il l’entendait se déplacer dans son appartement. Elle était venue plusieurs fois près de la porte, il le savait juste au craquement du plancher près de la porte. Il ne l’avait pas regardé. Il ne voulait pas qu’elle croit qu’il jouait avec sa tête pour qu’elle sorte. Elle le ferait par elle-même et non pas parce que lui en aurait décidé ainsi.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 516
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa] Jeu 21 Juil - 18:42:32

La nuit était tombée depuis plusieurs heures déjà. J’avais quitté le commissariat bien plus tard que prévu après une journée harassante. J’avais l’impression d’être passée sous un rouleau compresseur, tous mes muscles étaient endoloris. Je laissai échapper un discret soupir d’aise lorsque ma clé pivota dans ma serrure et que ma porte s’ouvrit. Je franchis le seuil de mon appartement et me laissai tomber lourdement sur mon sofa. Alors que j’envisageais d’aller ouvrir une bouteille de vin rouge, il me sembla déceler du mouvement sur mon balcon, derrière le rideau que j’avais désormais coutume de laisser tiré. Je tendis l’oreille, aux aguets. Depuis la sanglante soirée de charité, j’avais l’impression d’être constamment épiée, surveillée. Birmingham, le légiste avait confirmé mes soupçons en m’apprenant par répondeur interposé que j’avais été « mise sous protection ». Cela faisait plusieurs semaines que ce cinéma durait. J’avais préféré feindre l’ignorance dans un premier temps, fuir la confrontation et rester terrée chez moi de peur qu’on joue à nouveau avec mon esprit. Je m’étais contentée de tirer mes rideaux et de m’enfermer dans le noir. J’avais eu besoin de m’isoler, de reprendre tous les éléments dont je disposais et de faire le point sans influence extérieure. J’avais également disséminé aux quatre coins de mon appartement des traces écrites relatant mes découvertes, au cas où mes souvenirs me soient à nouveau dérobés.

Je fronçai les sourcils et me relevai, tirant mon pistolet de mon sac à main et le gardant contre moi. Je savais que ce type d’armes était de peu d’utilité face aux vampires mais les bonnes vieilles habitudes étaient difficiles à perdre. Je jetai un bref regard autour de moi, j’avais retiré des murs toutes les traces des travaux d’investigation qui m’avaient accaparés la semaine précédente. Je me levai avec précautions et me rapprochai de l’origine du mouvement. Je tirai brusquement le rideau et fis coulisser la porte vitrée menant au balcon. Kaleb se tenait en face de moi, adossé contre la barrière, l’air stoïque. Alors que je regardais son visage, les images de la soirée de charité s’imposèrent à mon esprit. Je le revoyais en boucle en train d’arracher une tête d’un corps. Je fronçai les sourcils. Je ne pouvais m’empêcher de ressentir une certaine forme de peur, certes, mais dans le même temps, j’étais exaspérée. Je ne supportais plus le harcèlement en bonne et due forme dont je faisais l’objet ces derniers temps. Il m’était impossible de continuer dans la passivité. J’avais certes déjà envoyé balader quelques sous-fifres faisant le guet devant l’entrée de mon immeuble mais je savais que pour avoir le moindre poids, il fallait que je m’adresse à l'un des chefs de la bande. Je coinçai mon neuf millimètres à ma ceinture et haussai un sourcil. « Birmingham… »

J’avançai sur le balcon. Il faisait encore doux, un vent tiède soulevait mes cheveux. Je relevai le menton. « Tu peux dire à tes amis de trouver d’autres occupations le soir, j’ai passé l’âge d’avoir besoin d’un baby-sitter. » J’avais bien compris que j’étais en danger. On avait attenté à ma vie à deux reprises ces trois dernières semaines. Je savais toutefois désormais à quel espèce d’agresseur j’avais à faire. J’étais en mesure de me défendre seule. Un magnifique pieu était venu tenir compagnie à mon Glock 19 au fond de mon sac à main. Je n’avais pas eu l’occasion de tuer un seul vampire depuis la soirée de charité mais je savais que je n’hésiterais pas à le faire en cas de nécessité. J’étais capable de prendre soin de moi, je n’avais pas besoin de garde du corps. Kaleb devait le comprendre et demander à ses collègues de me laisser vivre en paix. Je ne comprenais pas pourquoi il se sentait aussi investi, pourquoi mon sort le préoccupait autant. Je n’étais qu’une humaine parmi tant d’autres après tout. Je le fixai droit dans les yeux, espérant que mon message soit reçu de manière claire. Personne n’avait à s’immiscer dans mon intimité, je ne le tolèrerai plus.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




avatar


■ En ville depuis le : 30/11/2014
■ Messages : 811
■ J'ai : 35 ans
■ Boulot/Études : Médecin légiste

■ Célébrité : Jason Momoa
■ © Avatar : Athena
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Kaleb Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa] Sam 23 Juil - 18:08:00


Elle était sortie son arme en main, il n’avait pas bougé d’un seul poil. Il savait de un, que si elle tirait, il ne serait pas mortellement blessé et de deux, qu’elle ne tirerait pas sans avoir vu. Elle lui donna raison en disant son nom avant de ranger son arme. Elle fit lui ensuite part de son désir de voir ses gardes faire autre chose la nuit, qu’elle n’avait pas besoin de babysitting. Il eut un sourire sans joie. Il utilisa la vitesse vampirique se retrouva devant elle en moins de deux secondes avec, à la main droite le Glock qu’elle avait rangé dans son dos et dans la gauche, la ceinture qui le maintenait. Il était sur qu’elle n’avait même pas senti qu’il prenait sa ceinture. Maintenant, il était face à elle, très près d’elle.

-Les métamorphes doivent être meilleurs que les vampires pour ne pas se faire voir. Tu es surveiller autant de jour que de nuit Lisa. Nous ne savons plus à qui faire confiance, nous n’avons pas prit de chance. Tu n’es pas la seule d’ailleurs. Mais toi … depuis plus longtemps.

Il avait faillit dire à cause de John, mais il n’avait pu s’y résigner. L’homme avait voulu passer un message à sa fille, il l’avait mis en lumière et l’avait mise en danger. Kaleb pouvait comprendre que John avait regretté de laisser sa fille derrière, mais était-ce un cadeau à lui faire? Était-ce bien de la mettre en danger pour qu’elle apprenne … quoi en fait? Il ne savait même pas. Il connaissait un peu les recherches de l’homme, savait sur quoi il travaillait en gros, mais pourquoi aurait-on voulu le tuer pour ça? Depuis, il avait compris que Silas devait y être pour quelque chose. Peut-être avait-il eu vent des découvertes de John et avait voulu y mettre fin, mais pourquoi s’en prendre à Lisa? Elle était flic, pas scientifique. Il ne comprenait pas ce bout là. À moins que John ait laissé plus que ce que Kaleb ne croyait à sa fille. Il rendit son arme à la jeune femme, sa ceinture aussi et retourna à l’endroit où il était assis un peu plus tôt. Il resta debout, s’appuya à la rampe du balcon. Il croisa les bras sur sa poitrine.

-C’est mon tour ce soir, tu es prise avec moi sur les talons pour la nuit. D’ailleurs, tu devrais retourner à l’intérieur. Tu y es plus en sécurité. Du moins contre les vampires.

Même lui ne pouvait entrer sans y être invité et elle pouvait aussi retirer son invitation à n’importe quel moment. Il fallait cependant qu’elle reste hors du balcon pour cela. Il savait quelle devait avoir milles et une question qui lui passait par la tête. Il ne savait pas s’il pourrait répondre à toutes, mais il essaierait. Si elle le faisait, si elle s’autorisait à poser des questions. Pour le moment, il se heurtait à un mur de froideur, mais en même temps, il ne s’attendait pas à moins. Il lui avait menti, avait joué avec sa tête, il était normal qu’elle lui en veuille, il pouvait le comprendre.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 516
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa] Dim 24 Juil - 19:05:40

En un clignement d’oeil, Kaleb s’était retrouvé à quelques centimètres de moi, mon arme et ma ceinture à la main. Je luttais pour rester stoïque et résister à l’envie d’exploser. Je ressentais instinctivement le besoin de reculer en réaction à cette intrusion dans mon espace vital mais je ne le fis pas, par esprit de défi probablement. Qu’essayait-il de me faire comprendre ? Qu’il était plus rapide que moi, plus fort que moi et que j’avais besoin de lui ? Une partie de moi avait envie de lui flanquer mon bracelet en argent contre la peau du visage, de dégainer le pieu improvisé que je gardais coincé dans ma bottine depuis que j’avais repris le travail et de feindre de le planter avec. Je me retins, serrant les dents contre la partie interne de ma lèvre inférieure. Je n’avais rien à lui prouver. Les vampires existaient depuis des milliers d’années. Si ces créatures n’étaient toujours pas parvenues à dominer le monde des vivants et étaient encore condamnées à vivre dans l’ombre, cela signifiait probablement qu’elles n’étaient pas si supérieures aux autres. Je continuais à le regarder puis récupérai les effets personnels qu’il me tendait en les tirant vers moi d’un geste un peu brusque. « Ne me sous-estime pas Birmingham. Je sais me défendre. »

Je rangeai correctement mon arme. Le type que j’avais repéré à plusieurs reprises pendant ma journée de travail et que j’avais failli faire coffrer avant qu’il ne disparaisse dans la nature était donc de toute évidence un métamorphe. Je n’étais presque pas sortie de chez moi pendant ma semaine de congés forcés que j’avais passée à enquêter. Je n’avais franchi la porte de mon appartement que pour rendre visite à Spencer, faire les courses et aller emprunter des livres à la bibliothèque. J’avais fini par passer mes journées loin de la lumière du soleil, les volets fermés. Cette désagréable sensation d’avoir quelqu’un sur les talons m’était familière, elle me poursuivait depuis plusieurs années déjà, depuis mon adolescence dirais-je. J’avais fini par conclure que j’étais un peu paranoïaque. Elle s’était néanmoins tellement intensifiée ces derniers jours qu’elle avait fini par réveiller mon alarme interne, vraisemblablement à raison. A partir de quand mes suspicions avaient-elles commencées à être fondée ? Et si elles l’avaient toujours été ? Je jetai un regard inquisiteur à Kaleb.  « Attends… Quoi, plus longtemps ? Qu’est-ce que ça veut dire ? C’était ça que tu faisais le soir où ce cinglé m’a attaquée ? Tu me suivais ? »

Lorsque j’avais treize ans, j’étais persuadée que l’esprit de mon père me pourchassait. Il m’avait semblé le voir furtivement à plusieurs reprises, certes, mais j’avais surtout été guidée par une sensation viscérale, une intuition profonde. J’avais fait l’erreur d’en parler à mon frère qui avait tout rapporté à ma mère. Cette dernière, affolée, m’avait emmenée voir un psychiatre qui m’avait ôté cette idée fantaisiste de la tête. Je me mis à souffler discrètement. Je comprenais pourquoi mon père aurait voulu garder un oeil sur moi de loin, j’étais sa fille, c’était une raison suffisante. Je comprenais pourquoi Kaleb tenait à me protéger depuis l’attaque à la soirée de charité, en partie du moins. Des brebis égarées avaient perpétré un véritable massacre et elles courraient désormais dans la nature, libres de terminer le travail à tout moment. Il se sentait probablement responsable et voulait nettoyer ce bordel proprement, par conscience professionnelle ou quelque chose du genre. Je comprenais en quelque sorte pourquoi certains vampires peu scrupuleux auraient pu vouloir ma peau, je n’avais de cesse de perturber les activités des gangs avec qui ils faisaient affaire et je m’approchais un peu trop près de la vérité. J’étais nuisible. Ce que je ne comprenais pas, c’était la raison pour laquelle Kaleb m’aurait suivie avant la soirée de charité. Pour me protéger ? Le légiste et moi entretenions des relations cordiales mais nous n’étions pas si proches. En outre, j’étais loin d’être la seule à courir un danger dans cette ville, et loin d’être la plus vulnérable. Etait-ce pour m’espionner ? Qu’avais-je de si spécial ? Je croisai les bras, bien décidée à faire parler mon interlocuteur.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




avatar


■ En ville depuis le : 30/11/2014
■ Messages : 811
■ J'ai : 35 ans
■ Boulot/Études : Médecin légiste

■ Célébrité : Jason Momoa
■ © Avatar : Athena
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Kaleb Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa] Lun 25 Juil - 20:57:50

-Je ne te sous-estime pas Lisa. Mais toi, ne sous-estime pas la vitesse, la force et la perfidie de ton ennemi.

Elle était en colère, c’était à prévoir. Il ne la croyait pas faible. C’était ce qu’elle pensait, mais ce n’était pas le cas. Il savait très bien qu’elle pouvait se défendre, là n’était pas la question. Comment pouvait-elle se défendre alors que les vampires pouvaient prendre le contrôle de son esprit? Elle ne semblait pas se rendre compte que si lui avait pu jouer avec son esprit dans le but de la protéger, d’autre pouvait se jouer d’elle pour lui faire du mal. Il lui avait « rendu » ses souvenirs. Comment pouvait-elle douter du bien fait d’un garde près d’elle pour intervenir si on lui faisait du mal. Après avoir réalisé qu’il avait dit que pour elle la situation durait depuis plus longtemps, elle lui demanda si le soir où elle avait été attaqué, il la suivait. Cette fois, il était contrarié. La suivre. Comme s’il était un maniaque qui voulait épier ses moindres faits et gestes. Il secoua la tête.

-Je préfère dire que je veillais sur toi plutôt que je te « suivais ».

Après tout, il ne le faisait pas pour le plaisir de l’épier mais bien pour veiller à ce qu’il ne lui arrive rien. La jeune femme semblait croire… et bien il ne savait pas ce qu’elle croyait, mais la tournure que prenait la conversation ne lui plaisait pas. Elle était là, face à lui, comme s’il avait fait quelque chose de mal. Il dû prendre une respiration lente et profonde pour se calmer. Ce n’était pas le temps de perdre patience. La colère ne l’aiderait pas dans la présente situation. Non. Il devait réfléchir et garder la tête froide. C’était la meilleure solution et aussi une façon d’éviter que Blackwell ne se braque complètement contre lui. Elle était déjà sur la défensive, ce n’était pas le temps de faire en sorte qu’elle se retranche complètement et ne lui soit plus accessible.

-Si tu veux bien me faire le plaisir de faire quelques pas vers l’arrière pour franchir le pas de ta porte, je me ferai un plaisir de répondre à toutes tes questions. Un vampire ne peut entrer chez toi que s’il y est invité.

Voilà, maintenant elle savait comment le repousser. Tant pis, si elle lui fermait la porte, elle terminait la conversation et elle ne saurait pas ce qu’elle voulait savoir. Bon, d’accord, il n’avait sans doute pas toutes les réponses qu’elle désirait, mais il en avait certes quelques unes. Pourquoi avait-il eu cette brillante idée de laisser leurs souvenirs à Mackenzie et Lisa. Il fallait vraiment qu’il aime se compliquer la vie pour avoir fait ce choix. Mais tant pis, c’était fait et il ne pouvait plus revenir en arrière. Il ne le ferait pas de toute façon. Ne lui restait plus qu’à vivre avec les conséquences de sa décision. Ce n’était pas la pire qu’il avait prise en cinq cent ans.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 516
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa] Jeu 28 Juil - 18:52:28

J’étais sur la défensive. Je m’en rendais compte car je sentais mes muscles se contracter, mes trapèzes se tendre. Je réalisais que nous étions tous deux sur des longueurs d’onde complètement différentes, nous n’avions pas la même perspective ni les mêmes priorités. Il était certainement aussi persuadé que moi d’avoir raison. C’était une situation de négociation complexe. Si je voulais obtenir ce que je voulais, à savoir une paix au moins relative, il allait falloir que je lâche du lest et qu’il en fasse de même, ce dernier point étant complètement indépendant de ma volonté. L’autre solution envisageable était de m’enfoncer dans le conflit et de m’arranger pour qu’un juge émette une ordonnance restrictive à l’encontre des êtres qui me suivaient mais je n’avais pas envie d’atteindre de tels extrêmes. Après tout, avant d’être un vampire arracheur de têtes, Birmingham avait été un collègue et un camarade à mes yeux. Tout n’était pas perdu. Je soupirai tout en levant les yeux au ciel. « Kaleb… » J’attrapai le légiste par le bras et l’attirai à l’intérieur de mon appartement. S’il voulait absolument poursuivre cette conversation entre quatre murs, grand bien lui en fasse. J’avais été sérieusement tentée de ne pas céder par esprit de contradiction et de faire le pied de grue sur mon balcon jusqu’à ce qu’il daigne disparaître mais il était plus sage de me montrer mature et pragmatique.

Je fermai la porte vitrée du balcon derrière nous et m’avançai dans le salon, remettant en ordre au passage les quelques verres quasiment vides qui traînaient sur le comptoir. Notre échange ne me paraissait pas suffisamment cordial pour que je lui propose de goûter le Bordeaux que j’avais ouvert la veille. Je passai la main derrière ma nuque puis relançai la conversation. « Sérieusement, vous ne pouvez pas continuer comme ça, tu comprends ? Même avec les meilleures intentions du monde, c’est pas possible. C’est pas une vie. J’ai besoin de mon intimité. Et je ne te parle même pas des problèmes que ça cause au boulot. Il y a deux jours, un espèce de loup nous a suivi toute la journée. C’est dangereux pour tout le monde y compris pour mon unité qui n’a rien demandé. » Etre surveillée au travail posait plusieurs soucis d’envergure. Il y avait certes un évident problème de confidentialité mais j’étais avant tout préoccupée par les répercussions pour mon unité. Ce n’était pas comme si nous passions nos journées à faire du scrapbooking, nous nous retrouvions quotidiennement dans des situations sensibles et périlleuses. Je n’avais pas besoin d’un élément supplémentaire à prendre en considération et à protéger d’un tir croisé voire pire. Sans aller jusque là, le simple fait de se savoir épié était une distraction en soi. Or, il ne suffit parfois que d’une seule seconde de distraction pour que son partenaire se retrouve avec une balle logée en plein thorax. Birmingham devait le savoir, il en avait certainement retiré quelques unes au cours de sa carrière.

Je décollai mon dos du comptoir et fis un pas en avant. Je poursuivis d’un ton ferme et décidé. « Si tu tiens tant à m’aider, explique-moi tout y compris comment me défendre. » Je n’étais certes pas aussi forte et rapide que les représentants de son espèce mais j’avais pour moi l’effet de surprise. Ce n’était fort heureusement pas mon seul atout mais je devais avouer que j’avais souvent su en jouer avec mes adversaires qui ne s’imaginaient pas une seule seconde que j’avais la moindre chance de les mettre au tapis. Connaître les petits secrets permettant de neutraliser les suceurs de sang un peu trop entreprenants m’intéressait mais j’avais surtout envie et même besoin qu’il m’en dise plus sur la petite et la grande histoire. J’estimais qu’il me devait la vérité, j’étais trop impliquée pour rester dans le noir.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




avatar


■ En ville depuis le : 30/11/2014
■ Messages : 811
■ J'ai : 35 ans
■ Boulot/Études : Médecin légiste

■ Célébrité : Jason Momoa
■ © Avatar : Athena
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Kaleb Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa] Ven 29 Juil - 22:45:45

Heureusement pour lui, les invitations implicites fonctionnaient aussi, sinon il se serait prit un mur en plein visage. Elle était entrée, c’était tout ce qui lui importait. Elle serait plus en sécurité à l’intérieur qu’à l’extérieur. Il la laissa aller et venir, fermer la porte, ranger ce qui lui tombait sous la main avant de s’arrêter et de jouer dans ses cheveux avant de parler. Elle lui parlait du danger que pouvait causer la protection qu’ils leur offraient, le fait que son unité pouvait être en danger. Il écouta ce qu’elle disait, il nota au passage que certains faisaient le guet sous leur forme animal. Il devrait en parler avec les autres, ce stratagème semblait attirer l’attention sur eux plus qu’autre chose. Il se passa la main au visage.

-Tu ne comprends pas Lisa. Ton unité est encore mieux protéger avec ce loup contre ce qui peut vous tomber dessus de jour. S’il est capable de se transformer à volonté, il est vieux et fort, plus qu’un métamorphe qui ne peut se transformer que partiellement ou qu’à la pleine lune tu comprends?

Non, bien sur qu’elle ne pouvait pas comprendre, elle ne savait pas. Elle n’avait pas la moindre idée de comment pouvait fonctionner le système des métamorphes, leur transformation, leur force surhumaine, leur grande vitesse. Tout comme elle ne savait comment il fonctionnait. Il était un vampire, il pouvait manger, boire mais sa source de survie était le sang. Il était tout aussi fort que les métamorphes, aussi vite aussi. Il avait tué ce vampire devant ses yeux, elle devait avoir peur. Pourtant, elle l’avait laissé entrer dans son appartement, elle était là, elle voulait repousser la protection. Elle avait besoin de sa vie privée, il pouvait le comprendre, mais il avait peur pour elle. John voulait la voir en sécurité, il n’aurait pas accepté que Kaleb laisse tomber sans essayer. Elle lui donna une chance de faire la bonne chose, elle lui demanda de tout lui dire, même comment se défendre. Il hocha la tête. Elle pourrait mieux se protéger si elle savait. D’accord, ceci impliquait de se mettre lui-même en danger, son frère et Savannah aussi … mais avait-il vraiment le choix à ce point? Il ne savait plus à qui faire confiance, alors pourquoi ne pas se tourner vers quelqu’un envers qui il avait confiance? Ils n’étaient pas les meilleurs amis au monde, mais ils se connaissaient, il savait qu’elle était prête à tout pour arriver à ses fins et qu’elle voulait la justice avant tout. Elle avait le sens de l’honneur, ce qui était une denrée rare, même pour les policiers de nos jours.

-D’accord. Mais tu risques d’avoir besoin de t’asseoir avant longtemps.

Il se téléporta, prit le fauteuil qui lui semblait le plus lourd de la pièce et l’apporta comme s’il n’était qu’une plume à l’endroit où la jeune femme se trouvait.

-T’en fait pas, je le replacerai avant de partir.

Il ne savait pas par où commencer. C’était difficile pour lui d’expliquer tout ça. Il y avait des années qu’il faisait attention à tout ce qu’il disait. Il regarda la jeune femme.

-Lisa, tu dois aussi comprendre une autre chose. Ce que je te dis ce soir, c’est un danger autant pour moi, pour Raffael que pour Savannah. Ils sont ma famille, j’ai toujours tout fait pour les protéger, tout comme je fais tout ce que je peux pour te protéger depuis la mort de John. En m’ouvrant à toi, ce risque la vie de ma race, mais aussi celle des métamorphes.

Il se passa à nouveau la main au visage. C’était un signe de stresse et ce geste l’aidait aussi, pour mettre en place ses idées surtout. Une vieille manie qu’il n’avait jamais perdue.

-J’ai toujours respecté la vie humaine.

Séparé les « espèces » étaient dégradant à ses yeux, mais pour bien se faire comprendre par la jeune femme, il n’avait pas le choix d’y aller ainsi, de s’expliquer correctement en faisant la différence. Il détestait parler ainsi, mais il se devait d’être clair. Il fallait aussi qu’il sache qu’il ne tuait pas quand ça lui chantait et surtout, pas n’importe qui.

-J’ai tué ces vampires de mes propres mains ce soir-là parce qu’ils vous menaçaient, c’était la seule façon que j’avais de vous protéger ce soir-là. Ils n’étaient pas là pour vous faire prisonnier, ils venaient manger. Les humains que j’ai tué étaient sur des champs de bataille et participaient à une guerre. Après la deuxième guerre mondiale, je ne me suis pas engagé de nouveau. Les guerres sont barbares et sans merci, je ne voulais plus de ça. Je n’ai jamais, je répète, jamais tué un humain par plaisir. En fait, je ne tue jamais par plaisir, qui que ce soit. Je ne le fais que lorsque c’est vraiment nécessaire, comme ce l’était le soir du repas de charité.

Il s’arrêta un moment, la regarda. Supporterait-elle tout ceci? Il ne le savait pas. Elle était solide, il n’en avait aucun doute, mais tout ceci dépassait l’entendement. Du jour au lendemain, elle réalisait que les mythes étaient réels, il y avait de quoi perdre la tête dans tout ça.

-Tu es sur que tu veux que je continue? Je peux faire ça par étape si tu préfères.

Après tout, il avait l’éternité devant lui. Pas elle, mais lui oui, alors il pouvait lui donner du temps pour digérer les premières informations et revenir le lendemain pour lui en donner d’autres.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 516
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa] Sam 30 Juil - 21:58:13

Je hochai la tête de droite à gauche, commençant à me dire que nous ne parviendrions jamais à trouver un terrain d’entente. Je n’en avais que faire des caractéristiques précis du métamorphe qui avait, du moins cela ne changeait rien à l’affaire. Je voulais simplement pouvoir travailler et vivre en paix. Kaleb accepta de m’en dire davantage. Je le regardai se téléporter en fronçant les sourcils. Pourquoi avait-il jugé nécessaire d’utiliser ce moyen de transport alors que le fauteuil qu’il venait de soulever se situait à quatre mètres à peine ? Il tenait probablement à me faire une démonstration de ses talents, à en rajouter une couche pour que je comprenne la supériorité physique de son espèce. Ce n’était pas de cela dont j’avais besoin, j’avais besoin de réponses. Je restai d’ailleurs debout à ma place, je préférais rester debout afin d’être à la même hauteur que mon interlocuteur. Birmingham commença à parler, insistant sur l’importance de garder le secret. J’étais consciente du problème, je travaillais régulièrement avec les fédéraux et je connaissais l’état d’esprit de bon nombre de décisionnaires. Je me doutais bien qu’ils finiraient traqués, enfermés, étudiés à des fins industriels, militaires ou pharmaceutiques, puis probablement éliminés si les autorités venaient à découvrir leur existence, ce qui était peut-être déjà le cas par ailleurs. Je ne pouvais toutefois fermer les yeux sur la réalité. Les vampires fonctionnaient comme des parasites. Outre les agressions et les meurtres, les vols de culots globulaires avaient également des conséquences. Je ne pouvais tolérer qu’un patient puisse un jour décéder faute de transfusion à cause d’une pénurie suite à un cambriolage.

Mon sang se glaça lorsque Kaleb prononça le nom de mon père si bien que j’arrêtai de prêter attention au discours qu’il continuait de me tenir. Il n’était pas censé savoir ce qui était advenu de lui, il n’était pas censé connaître son histoire ni même son nom. J’étais très discrète en ce qui concernait mon passé, je n’avais parlé de sa mort qu’à Will et, très récemment, à ma mère. Les membres de mon unité savaient, bien évidemment, mais j’avais confiance en leur silence. Il en allait de même pour Wright qui avait été chargée de reprendre l’enquête mise en suspend depuis que John avait été déclaré mort. Quant au légiste qui avait analysé sa dépouille, il travaillait à Pasadena et était tenu au secret médical. Non, la théorie de la fuite d’information ne me séduisait pas. Le prénom de mon père était sorti trop spontanément de la bouche de Kaleb, comme s’il avait l’habitude de l’employer pour le désigner. Et il y avait cette tournure de phrase - je fais tout ce que je peux pour te protéger depuis la mort de John - qui faisait étrangement écho aux derniers mots de mon père. Je fronçai les sourcils, faisant des mouvements de main pour interrompre Birmingham qui continuait à parler. Il me demanda si je souhaitais qu’il poursuive Je voulais au contraire qu’il revienne en arrière. Je me mis à parler d’une voix que je tentais de maîtriser malgré l’émotion que je sentais monter en moi. « Attends… John ? Comment est-ce que tu sais pour John ? Qu’est-ce qu’il vient faire là-dedans ? »

J’avais inconsciemment une idée de la teneur de la réponse qui m’attendait. J’avais passé ma semaine de congés forcés à tenter de reconstituer le puzzle, à assembler les éléments dont je disposais, qu’ils soient issus de mes enquêtes ou de ma vie personnelle à la lumière de ce que j’avais vu, vécu, appris lors de la fameuse soirée de charité. La conclusion n’était pas très difficile à tirer. John avait étudié les vampires toute sa vie. J’avais toujours trouvé cette fascination si spécifique étrange, même lorsque j’étais enfant. Il était insatiable lorsqu’il nous racontait ce que je prenais quelques jours auparavant encore pour mythes, je ne me doutais pas que c’était peut-être sa manière de rompre la solitude dans laquelle un secret comme celui qui venait de me tomber dessus avait pu le plonger. Je fixais Kaleb d’un oeil inquisiteur avec toutefois un fond d’appréhension. Je réalisais chaque jour davantage que je n’avais aucune idée de qui était réellement John Blackwell et j’avais l’impression que ce sentiment irait en s’accentuant. Peut-être allais-je finalement avoir besoin de ce fichu fauteuil.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




avatar


■ En ville depuis le : 30/11/2014
■ Messages : 811
■ J'ai : 35 ans
■ Boulot/Études : Médecin légiste

■ Célébrité : Jason Momoa
■ © Avatar : Athena
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Kaleb Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa] Jeu 4 Aoû - 18:42:11

Qu’est-ce que John venait faire dans l’histoire. Finalement, c’est lui qui avait besoin de s’asseoir. Il prit place sans demander la permission et se frotta le menton. Elle n’avait pas semblé être intéressé par ce qu’il lui racontait jusqu’à ce qu’il mentionne le prénom du père de la jeune femme. Mais elle n’avait pas semblé entendre la suite non plus. Elle se fichait bien qu’il ait tué par choix ou non, elle avait accroché sur un détail, c’était tellement évident qu’il aurait dû arrêter de parler à ce moment-là, mais il avait continué quand même. Il eut un petit sourire triste au visage en repensant à l’homme. Un original qui avait approché de trop près son obsession pour les vampires et leurs mythes. Il regarda la jeune femme dans les yeux.

-Qu’est-ce que John vient faire dans cette histoire, il est le début pour toi. Ton histoire avec les vampires découlent de la sienne Blackwell.

Il se passa à nouveau la main au visage, trahissant une certaine nervosité. Il détestait laisser paraître quoi que ce soit, mais ce geste, il n’avait jamais pu arrêter de le faire. C’était un automatisme qui venait de trop loin. Il ne savait pas vraiment par où commencer. Il y avait tellement de chose à dire sur John. C’était un homme bon, qui avait cherché avec trop de conviction et qui en avait payé le prix fort. Sa fille aussi en avait payé le prix à l’époque et payait encore pour la curiosité de son père et toutes ses recherches. Kaleb n’irait pas condamner l’homme, il ne le pouvait pas. C’était un homme gentil avec une persévérance hors du commun. Il retrouvait ceci dans la jeune femme, c’est pour cette raison qu’il avait pris la décision de ne pas effacer sa mémoire le soir du souper de charité. Elle avait besoin de savoir pour ne pas répéter les erreurs de son père.

-Quand il a commencé à comprendre qu’il était en danger, il a refusé que je l’aide, mais il m’a fait promettre que si jamais il lui arrivait quelque chose, que je veillerais sur toi.

Il regarda Lisa dans les yeux. Elle était toujours debout, donc maintenant c’était lui qui devait lever les yeux pour la voir. Ceci ne l’intimidait pas, ce qui avait dû être le cas de la policière un peu plus tôt. Il eut un soupire, il secoua la tête avant de reporter son attention sur la jeune femme à nouveau.

-Ce jour-là, le jour de l’incendie. Il t’a donné signe de vie, pour quelle raison, je ne le sais pas et je doute que tu le saches.

Peut-être qu’il se trompait se sur point, mais il était presque sur qu’elle cherchait encore la raison de cette sortie de l’ombre. Elle devait avoir trouvé certaines choses, mais elle ne devait avoir que la plus petite partie de l’iceberg. Il secoua la tête à nouveau et ferma les yeux un instant.

-Mais sans le savoir, il t’a aussi collé une cible dans le dos en faisant ceci. Ceux qui l’ont tué ne t’avais pas encore repéré, du moins, ils n’avaient pas de certitude selon ce que je sais. Il t’a mis en lumière croyant ce que c’était déjà le cas.

Il indiqua le fauteuil qu’il avait posé derrière la jeune femme.

-Tu ferais mieux de t’asseoir Lisa, je crois que nous allons vraiment en avoir pour un moment. À moins que tu préfères que je te laisse digérer l’information. Mais tu ferais bien de profiter de l’occasion maintenant. Tu as la chance de pouvoir poser toutes les questions que veux… parce que j’ai beau être immortelle selon les légendes, je peux mourir et avec ce qui se passe en ce moment, il se pourrait que mon immortalité soit écourté un de ses jour.

Ils étaient tous à risque avec ce Silas qui courait et Nora qui l’aidait. Ils semblaient s’être « fabriqués » des sympathisants. Même certains métamorphes avaient prit leur côté, du moins, c’était ce qu’il soupçonnait et il n’était pas seul à le croire.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 516
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa] Mer 10 Aoû - 20:49:54

Je me mordais l’intérieur de la lèvre avec une telle force dans le but de garder ma contenance que je sentais le goût métallique de mon sang se répandre dans ma bouche. Ce détail était tout à fait ironique dans ce contexte. Je me demandais si Kaleb pouvait le sentir, si une partie de lui aussi infime soit-elle avait envie de me bouffer. Cette question me perturbait toutefois bien moins que les propos du légiste. Il connaissait John, cela ne faisait aucun doute. Pire, il semblait l’avoir côtoyé récemment. Savait-il alors qu’il était le père de l’une de ses collègues, qu’il était censé être porté disparu depuis vingt ans et que je le croyais mort? Beaucoup de flics connaissaient cette histoire, c’était un secret de polichinelle. Notre commissariat avait hérité de l’affaire à l’époque et certains agents qui avaient alors travaillé de près ou de loin sur le dossier étaient encore en poste à l’heure actuelle. Or, les bruits du couloir dans ce milieu se propagent largement aussi vite que dans une cour de récréation. J’avais à plusieurs reprises eu droit à l’expression d’une sollicitude dégoulinante qui me donnait envie de vomir. Je détestais les gens qui tentaient de me psychanalyser après cinq minutes de conversation superficielle.

Je faisais les cent pas devant le fauteuil en tentant de remettre en ordre dans mon esprit les informations que je venais de recevoir en pleine face. Mon père connaissait l’existence des vampires. Soit. C’était une donnée que j’avais intégrée depuis quelques temps déjà. Il avait vraisemblablement des ennemis parmi ces derniers. Ce n’était guère surprenant quand on connaissait les horribles circonstances de sa mort. Restait à savoir pourquoi. Qu’avait-il fait, dit ou su pour devenir une telle cible et pourquoi en avait-on désormais après moi ? Etait-ce uniquement une histoire de vengeance ? Je m’arrêtais un instant, regardant Kaleb en fronçant les sourcils, tentant de l’intégrer au tableau. Il semblait avoir un statut haut placé dans la hiérarchie vampirique et John qui sentait que l’étau se resserrait autour de lui avait vraisemblablement ravalé sa fierté pour lui demander de veiller sur moi au cas où il lui arriverait malheur. Quel lien pouvait bien unir les deux hommes ? Pourquoi le légiste tenait-il autant à respecter les dernières volontés de mon père ? J’avais du mal à saisir le bénéfice qu’il pouvait en tirer. Quant à la remarque de Kaleb concernant l’ultime erreur de mon père, elle me laissait également perplexe. Comment était-il au courant ? Je n’en avais parlé à presque personne. Si John était parvenu à attirer l’attention sur moi en me faisant parvenir son message, cela signifiait qu’il y avait quelqu’un qui m’observait ce jour-la et qui avait compris que la lettre dont j’avais pris connaissance sur la scène du crime était celle d’un père pour sa fille. C’était envisageable, il y avait bien eu un troisième homme à un moment ou à un autre, le feu ne s’était pas allumé tout seul.

Plus Kaleb parlait, plus les zones d’ombre s’intensifiaient. Je me retenais de le confronter, de lui demander d’un ton inquisiteur comment il savait pour le message de mon père mais une attaque trop frontale risquait de le mettre sur la défensive alors que j’avais encore des informations à tirer de lui. J’aurais également voulu lui donner davantage d’éléments pour qu’il m’aide à les analyser. J’aurais aimé lui dire qu’il était difficile d’interpréter le « signe de vie » laissé par John, qu’il avait écrit ces mots alors qu’il faisait face à la mort, qu’il s’agissait du message d’adieu d’un père à sa fille mais également d’une mise en garde, qu’il savait que j’étais en danger. J’aurais également pu lui montrer ce qu’il me restait de lui, ses livres, ses notes, sans compter tout ce que ma mère avait gardé de son côté. Je ne savais néanmoins pas si je pouvais lui faire confiance. Je ne pouvais m’empêcher de trouver son obstination à assurer ma sécurité suspecte. Je réprimai un soupir lorsque Birmingham m’invita à nouveau à m’assoir. « Je ne veux pas m’assoir, je veux surtout que tu me dises qui a tué mon père et où je peux trouver ces enculés. » Je me rendis compte au ton cru que je venais d’utiliser qu’une certaine colère s’était emparée de moi. Je balançai la tête. « Pourquoi est-ce qu’on l’a tué ? Il a découvert votre existence et a menacé de vous exposer en publiant ses travaux de recherche ? Est-ce qu’il a passé les vingt dernières années à esquiver les tentatives de meurtre ? » Je sentais que je devenais de plus en plus agressive. John aurait pu se faire une place d’honneur parmi les chercheurs qui ont marqué l’histoire s’il avait fait part d’une telle découverte à la communauté scientifique. Or, j’avais bien cru comprendre que les vampires tenaient à ce que leur petit secret soit bien gardé. J’étais tentée de demander à Kaleb si j’allais moi aussi finir cramée si j’osais dévoiler la vérité.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




avatar


■ En ville depuis le : 30/11/2014
■ Messages : 811
■ J'ai : 35 ans
■ Boulot/Études : Médecin légiste

■ Célébrité : Jason Momoa
■ © Avatar : Athena
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Kaleb Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa] Ven 12 Aoû - 19:55:50

Qui avait tué son père et ce dernier avait-il tenté d’éviter les tentatives de meurtre dans les vingt dernières années. Il secoua la tête et eut un sourire triste. Comment lui expliquer? Le plus simple était de ne pas passer par quatre chemins. Il détestait les longues explications qui n’aboutissaient à rien au final. Mais il savait que ce serait un choc pour elle. Il la regarda dans les yeux.

-Lisa, John n’a pas passé vingt ans à éviter la mort. Il est mort, il y a vingt ans.

Bien sur, ce ne devait pas avoir de sens pour la jeune femme, mais il voulait qu’elle prenne conscience de ce qu’il lui disait. Il ne tarda pas cependant à continuer son explication. C’était la partie la plus difficile de ce récit. Elle lui en voudrait surement pour ceci, mais bon, aussi bien tout dire maintenant.

-J’ai dû le transformer pour assurer sa survie. Il a passé ces vingt dernières années à continuer ses recherches pour lesquelles son collègue et lui ont été tué et il a veillé sur toi à distance, tout en étant un vampire.

John avait de très bonnes idées, mais certains vampires n’aimaient pas ses idées de changement. Kaleb n’était pas d’accord avec toutes les idées de l’homme, mais certaines pouvaient se montrer intéressantes selon lui. La question de vie et de mort de John étant réglé, il y avait encore une question à laquelle il devait répondre.

-Pour ce qui est de son meurtrier, nous tentons de mettre la main dessus depuis un bout déjà. Nous le connaissons sous le nom pseudonyme de Silas, mais nous ne savons qui il est. L’attaque de la soirée de charité était organisée par lui et ses acolytes. Nous tentons tout ce que nous pouvons pour l’arrêter. Mais ce n’est pas simple.

Non, c’était loin d’être simple car comment tué quelqu’un dont on ignorait tout? Ceux qui l’avaient rencontré parlaient d’un vampire avec un masque et les autres n’avaient pas survécu pour en parler. Silas avait la bonne habitude de « signer » ses victimes, de revendiquer tous les attentats dont il était responsable. Il eut un soupire.

-Ton père n’avait pas qu’une théorie sur les vampires, il connaissait notre existence avant sa mort précipitée. Je connaissais ton père à l’époque où il était un humain Lisa. Ce soir-là, j’allais le voir quand je les ai trouvé tous les deux. Le collègue de John était déjà mort, je n’ai rien pu faire. John vivait encore quand je suis arrivé près de lui.

Il regarda la jeune femme encore une fois, droit dans les yeux, elle devait comprendre que ce n’était sa décision à lui. John était conscient, sur le point de mourir, mais toujours conscient et capable de répondre. Il avait fait son choix.

-Je lui ai donné le choix Lisa, il a préféré devenir vampire que mourir.

Lorsqu’il le pouvait, il donnait ce choix. Ce n’était pas toujours évident, la réponse pouvait être confuse, mais il ne pouvait faire autrement. En dernier recours il prenait la décision, de toute façon, l’humain pouvait aussi ne pas survivre à sa transformation. Sa théorie à lui étant que si l’humain ne voulait pas vraiment ou n’avait pas la force, il mourrait tout simplement. S’il voulait vraiment vivre peu importe les conséquences, il devenait vampire. C’était son point de vue. Il se tut. Il devait la laisser digérer cette information encore une fois. Elle se devait mettre en place tellement de morceaux de puzzle dans sa tête, il lui semblait évident qu’elle aurait plusieurs questions, il était disposé à lui répondre. Mais il la laisserait aller à son rythme. Il préférait ne pas l’embrouiller comme il l’avait fait sans le vouloir au début de cette conversation. Il avait répondu à ses interrogations, il attendrait les prochaines questions avant de continuer. Il irait dans ce qu’elle voulait savoir et non pas ce que lui avait voulu lui dire. C’était mieux ainsi. Une relation de confiance se devait d’aller dans les deux sens, si elle ne lui faisait pas confiance, il ne pourrait pas la protéger de façon efficace. Pour pouvoir la protéger, il fallait aussi qu’elle soit consciente de tous les dangers qu’elle encourait.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 516
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa] Lun 15 Aoû - 19:24:34

Je continuais à fixer Kaleb, figée et impassible. Néanmoins, derrière la façade, c’était le chaos. Mon père, un vampire ? Cette information paraissait au premier abord tout à fait invraisemblable mais, plus j’y réfléchissais, plus  je la considérais comme tout à fait logique. Comment avais-je pu ne pas y penser ? Pourquoi cette théorie n’avait-elle pas même effleuré mon esprit ? Tout faisait bien plus sens une fois cette donnée intégrée au tableau. Le comportement de mon père pendant mon enfance, sa disparition, même sa mort. Il n’y avait pas cinquante manières de tuer un vampire. Me persuader que le scénario de son assassinat n’avait pas été motivé que par la sadique cruauté d’un esprit dérangé était étrangement réconfortant. Le légiste poursuivait son discours, m’apprenant que John et lui se connaissaient de longue date et qu’il avait choisi de se faire transformer. Cela ne m’étonnait guère venant de mon père, je n’aurais pas su l’expliquer clairement mais je l’imaginais parfaitement prendre cette décision. Il y avait son insatiable curiosité et sa fascination pour les vampires, certes, mais je pense qu’il avait toujours eu peur de la mort, du néant, du point final. Contrairement à ma mère, il n’était pas croyant. Pour lui, le trépas était réellement la fin du parcours, c’était irrévocable. Il ne m’avait d’ailleurs jamais épargnée à ce sujet lorsque, jeune enfant, je lui posais mes premières questions existentielles. Il avait retardé l’échéance de vingt ans, mais à quel prix ?

Mon père, un vampire. La stupéfaction semblait progressivement laisser place à une certaine colère. Je revivais comme si j’y étais la terrible angoisse qui s’était emparée de moi le soir de sa disparition. Je me revoyais serrer sa montre contre ma paume, je sentais encore les aspérités du bijou laisser leur marque sur ma peau. Et le vent glacial, et le teint gris-jaune du cadavre de son collègue, raidi dans une position immortalisant son agonie. John m’avait laissée me débattre avec mes questions, mes doutes, mes traumatismes vingt ans durant. Pourquoi m’avait-il abandonnée dans l’obscurité ? Avait-il honte de ce qu’il était devenu ? Mon père avait été un vampire. Jusqu’où était-il allé ? Avait-il mordu des humains ? Les avait-il tués ? Transformés ? Avait-il lui aussi coutume d’arracher des têtes ? Des images terribles le mettant en scène s’imposèrent soudain à mon esprit. Je passai derrière le comptoir, ouvrit la première bouteille d’alcool fort qui me passa sous la main - du rhum -, remplis un fond de verre que j’avalai cul sec. Le liquide me brûla l’oesophage et une grimace passagère se dessina sur mon visage.

« Silas… » J’avais inconsciemment décidé de changer de sujet. Des milliers de questions germaient pourtant en sourdine à propos du passé de mon père mais j’avais besoin de temps pour encaisser avant de pouvoir en parler ouvertement et quoi de plus rassurant pour une flic que de parler d’un méchant à attraper ? Je fronçai les sourcils, relevant le menton vers Kaleb. « Peut-être que vous vous y prenez mal, qu’il faut changer de stratégie. » C’était même probablement le cas. Birmingham et ses amis avaient beau pouvoir soulever des fauteuils avec leur petit doigt, ils n’étaient pas détectives. Coffrer les ordures sévissant dans nos rues était un métier après tout et, vampire ou non, un criminel restait un criminel. Je jouai avec  mon verre vide, l’air pénétré. « Il me cherche, non ? » Ce type était probablement celui qui avait commandité les tentatives d’homicide dont j’avais fait l’objet, du moins cela faisait sens. Mes ennemis sont les tiens. m’avait écrit mon père. Pour une raison encore obscure à mes yeux, il me voulait ce qui me donnait un avantage tactique. Ne pas en profiter serait stupide de ma part. Faire l’appât n’était pas dénué de risques mais il s’agissait tout de même de retrouver le meurtrier de mon père. Si je le faisais pour des inconnus dans le cadre de mon travail, je pouvais bien le faire pour John. Je lançai à Kaleb un regard déterminé. « On a qu’à le laisser me trouver. »

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




avatar


■ En ville depuis le : 30/11/2014
■ Messages : 811
■ J'ai : 35 ans
■ Boulot/Études : Médecin légiste

■ Célébrité : Jason Momoa
■ © Avatar : Athena
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Kaleb Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa] Mar 16 Aoû - 17:36:28

Il secoua la tête. Il avait écouté ce qu’elle avait dit, il la trouvait presque drôle.

-Seigneur Dieu Lisa! C’est la pire idée que tu ais jamais eu.

Comment pouvait-elle croire qu’il la laisserait faire ça? Comment pouvait-elle penser ne serait-ce qu’un instant que laisser Silas s’en prendre à elle était une bonne façon de l’attraper? Elle n’avait aucune conscience de ce qu’elle disait. Il se leva et arpenta la pièce. L’alcool n’avait pas pu agir aussi vite pour lui embrouiller le cerveau. Elle avait dit ça comme si c’était une bonne tactique. Elle était policière pas lui, alors il n’avait pas la bonne méthode selon elle. Il secoua de nouveau la tête, tellement de chose tournait dans sa tête, tellement d’histoire de fait qu’il avait vécu. Elle croyait qu’il n’avait pas les capacités de traquer ou pister une proie. Elle se trompait. Il se passa la main dans les cheveux.

-J’ai plus de cinq cent ans de vie vampire Lisa. Cinq cent.

Il s’approcha lentement de la jeune femme pour lui faire face. Il n’osait pas imaginé quel plan farfelu elle avait en tête. Il savait qu’il devait cependant y mettre un terme. Il secoua encore la tête.

-Ne me dit pas que je suis un amateur dans mon domaine d’accord. J’ai traversé plus d’époque que tu ne le feras jamais. J’ai participé à des chasses, j’ai aussi été la proie, je connais les deux côtés de la médaille.

C’était vrai, il avait participé à des raids, des guerres toutes plus inutiles les une que les autres, il avait chassé les animaux pour se nourrir de leur sang, avait aussi chassé ou plutôt pourchasser des humains, mais jamais des innocents. Il ne tuait que ceux qui méritaient de mourir et étaient pourtant libre comme l’air. Et encore, il ne le faisait que de façon isoler pour ne pas éveiller les soupçons. Il secoua à nouveau la tête.

-Je suis légiste, mais j’ai aussi été gendarme, soldat, médecin, psychologue, chirurgien, criminaliste, enquêteur, garde du corps, détective privé et j’en passe. Je sais ce que je fais, Raffael aussi. Le fait que nous ne le trouvions pas nous dit qu’il a probablement plus d’expérience et/ou connaît nos méthodes. Ce qui indique qu’il serait plus vieux que nous Lisa.

Il toucha l’épaule de la jeune femme.

-Plus vieux indique qu’il est probablement plus fort que Raffael et moi. Est-ce que tu comprends ce que ça implique? Nora, ce n’était que de la petite bière à côté de lui et pourtant elle a réussi à nous blesser gravement car nous l’avons sous-estimé.

Il s’en voudrait toujours d’avoir fait cette erreur. Il n’arrivait pas à croire qu’il s’était laissé prendre comme un gamin la laissant l’embrocher comme un poulet. Si Amy et Mackenzie n’avaient pas fait don de leur sang, cette histoire aurait pu très mal finir. Ils s’en étaient bien sortie grâce au sang des sœurs. Il se recula de quelques pas. Secouant de nouveau la tête.

-Des têtes de mules, c’est ce que vous êtes. Autant ton père, toi que Mackenzie. J’ai déjà la mort de ton père sur la conscience, tu ne me donneras pas la tienne en plus tu m’entends? C’est hors de question. Nous pouvons travailler ensemble sur le cas, mais tu ne serviras pas d’appât.

Il eut un soupire.

-Je peux t’avoir une rencontre du conseil, avec les vampires et les métamorphes. Nous pouvons convenir d’un plan, mais tu m’entends Lisa, jamais, jamais tu ne serviras d’appât à ce malade. Ce qu’il veut, ce sont les recherches de ton père probablement, il doit croire que tu les as. Je ne sais pas, mais il n’a aucune raison d’en vouloir à ta vie. Il a déjà tué John, donc à part pouvoir dévoiler les recherches de ton père, je ne vois pas à quoi tu lui servirais.

Si seulement John avait accepté son aide dans cette histoire. Il serait peut-être encore en vie et sa fille ne serait pas en danger. Du moins, pas comme ça.

-Ton père à refusé mon aide, il est mort. Ne fait pas la même erreur Lisa.

Il savait à quel point elle pouvait être indépendante et tout vouloir faire par elle-même, il ne pouvait pas la laisser faire. L’union fait la force n’était pas un adage valable pour eux? Pour lui oui, il fallait seulement savoir sur qui compter.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 516
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa] Sam 20 Aoû - 21:54:29

J’assistai quelque peu surprise à la naissance d’une certaine colère teintée d’effroi dans les yeux de Kaleb, comme si j’avais trouvé les mots parfaits pour lui faire perdre son calme légendaire. Je le laissai s’étendre, résistant à l’envie de lui faire remarquer ce que je percevais comme de la condescendance. Son attitude me rappelait celle de ma mère qui, jusqu’à ma majorité que j’avais attendue avec une hâte sans pareille, me ressassait sans cesse qu’à la lumière encore tamisée de mon jeune âge je ne comprenais rien à la vie alors que je me montrais souvent bien plus mature que la plupart des adultes. Certes, je me demandais bien quel regard on pouvait avoir sur le monde après cinq cent ans d’existence. Ce concept en lui-même me paraissait plutôt abstrait. Le légiste énuméra les professions qu’il avait pratiquées. C’était tellement étrange, jusqu’à quel point le cerveau pouvait-il emmagasiner de nouvelles connaissances et compétences ? Continuait-il à évoluer ou subissait-il un phénomène d’attrition ou de substitution de ces dernières ?

J’eus un instinctif mouvement de recul lorsque Birmingham toucha mon épaule, sans réellement me dégager pour autant. Je ne souhaitais pas lui donner l’impression d’avoir peur de lui. Je soutenais donc son regard, sentant que le mien s’était recouvert d’un voile de froideur et de dureté. Il tentait de me faire intégrer à quel point Silas était fort, à quel point j’étais impuissante face à lui. J’avais l’impression qu’il voulait me reléguer sur le banc de touche et je ne le supportais pas. Le légiste recula, il semblait réellement touché par la situation. Mon idée était bonne, dangereuse mais bonne. Je ne comprenais pas pourquoi il tenait plus à ma sécurité qu’à attraper ce cinglé. Je me demandais sérieusement pourquoi ma proposition l’affectait autant. Ce n’était pas comme si nous étions proches. A vrai dire, j’étais plus ou moins persuadée que personne ne serait réellement dévasté si j’étais amenée à disparaître. Peut-être que certains verseraient une petite larme, mais je n’avais pas la sensation d’être unique, essentielle et irremplaçable dans la vie de qui que ce soit. Ce constat me rendait parfois triste, comme je l’étais adolescente lorsque je regardais les Ashby réunis dans la maison d’à côté mais la plupart du temps, je me disais que cette indépendance était une force.

Le légiste m’offrait la faveur de me présenter au « conseil ». J’avais l’impression de parler à un baron de la drogue lorsque je l’entendais s’exprimer en ces termes. Il enchaîna ensuite sur les recherches de mon père qui seraient le mobile de son assassinat. J’étais intriguée mais je gardais ce sujet pour plus tard. J’avais d’autres points à aborder auparavant. Je relevai le menton. « Hey, Birmingham, je n’ai jamais dit que t’étais un amateur.» Au contraire, c’était lui qui me prenait pour une incapable. « Mais je suis bien placée pour savoir que quand on est plongé trop profondément dans une enquête, on rate parfois la solution qui se trouve juste en face de soi. » Je parlais en connaissance de cause, j’avais refusé de voir tellement d’indices pendant toutes ces années passées à tourner autour de ces histoires de trafic de sang que je m’en voulais presque. Je m’avançai d’un pas, l’air assuré « Ce qu’il va falloir que tu comprennes et que vous compreniez tous, c’est que, que vous le vouliez ou non, je suis là et je ne compte pas rester les bras croisés. A mes yeux, avant d’être des vampires, Silas et ses copains représentent des menaces pesant sur MA ville. » Je marquai une pause. J’étais en colère, je le sentais. Mon boulot n’était pas le seul élément qui rentrait en compte. Je savais qu’il était question de John. Les récentes révélations à son propos me touchaient bien plus que ce que je pouvais prétendre. Les vampires m’avaient volé mon père, ils m’avaient volé ma jeunesse, ils m’avaient volé mon deuil. J’étais en colère et je me sentais aspirée vers la spirale de la vengeance. Il fallait que je garde les pieds sur terre. Je pris une discrète inspiration profonde afin de garder ma contenance. « Ne me demande pas de rester en retrait et de me cacher derrière vous sous prétexte que je ne suis qu’une … humaine parce que je ne le ferai pas. »

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




avatar


■ En ville depuis le : 30/11/2014
■ Messages : 811
■ J'ai : 35 ans
■ Boulot/Études : Médecin légiste

■ Célébrité : Jason Momoa
■ © Avatar : Athena
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Kaleb Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa] Lun 22 Aoû - 21:11:54

-Je ne te laisse pas sur la touche. Tu crois que c’est du bluff quand je te propose de te faire rencontrer le conseil?

Il secoua la tête et tenta avant tout de se calmer. Le fait qu’elle propose de servir d’appât l’avait mis dans tous ses états. Mettre en danger un humain, il ne le ferait même pas avec un vampire d’expérience alors comme pourrait-il le faire avec elle? Il secoua de nouveau la tête. La seule façon de lui faire comprendre son point de vue sur la question était de le lui expliquer. Ce n’était pas une question de force. Il regarda la jeune femme avant d’éclaircir le fond de sa pensée.

-Je ne laisserais même pas Raffael être un appât pour le monstre à qui nous avons affaire, alors non, ce n’est pas parce que tu es « humaine » que je refuse ton plan.

C’était trop dangereux, ce vampire, Silas, il était hors de contrôle et complètement imprévisible, il n’allait pas l’offrir en pâture à cet être. Il ne laisserait personne entre les mains de ce dernier, c’était trop risqué de faire ainsi, ils avaient déjà essuyé assez de perte. Ils devaient mettre un terme à tout ceci, mais pas à n’importe quel prix.

-Je refuse seulement de mettre qui que ce soit en danger, nous avons assez de dommages « collatéraux » comme ça.

Il détestait ce terme. Il avait pris soin de faire les guillemets avec ses doigts en disant le terme « collatéraux » simplement pour bien démontrer à quel point se terme le dégoûtait. C’était des humains qui étaient morts à cette soirée. D’accord, il y avait eu des morts dans les rangs des vampires, mais ils avaient fait le choix de tuer des humains, ils avaient mérités leur mort. Les vampires avaient une deuxième vie, s’ils décidaient de la « gaspiller » en faisant le mal, c’était leur choix, mais ils devaient vivres avec les conséquences et les conséquences étant, pour le meurtre d’humain, la mort sans sommation. Ils n’avaient pas le droit de prendre la vie des humains ainsi.

-Je te propose de t’associer à nous, mais tu ne dois pas faire cavalier seul Lisa. Tu veux nous aider, pas de problème, mais ne t’entête pas à mener cette guerre par toi-même.

Il se réinstalla dans le siège qu’il avait laissé vacant. Il réfléchissait, il avait besoin de quelque chose, avait besoin de savoir ce qu’elle voulait exactement. Elle avait peut-être raison sur le fait d’un nouveau regard sur l’affaire pouvait être bénéfique. Il n’avait pas de problème avec ça, mais laisser l’autre risquer de mettre ses sales pattes sur la jeune femme parce qu’ils auraient pris se risque : Non. Jamais. Plutôt mourir que de laisser ceci arriver.

-Tu as deux choix, tu peux attendre que les deux conseils soient réunis et t’offrent toutes les informations dont nous disposons, sinon, je peux te donner ce que je sais personnellement. Les informations des autres peuvent se démontrer très pratique tu sais. Mais si tu veux, on peut commencer toi et moi et voir ce que tu auras besoin de plus.

Il la regarda à nouveau.

-Qu’en penses-tu?

Il lui tendait la même d’une certaine façon. Il espérait qu’elle la prendrait et choisirait de faire équipe avec eux.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 516
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa] Mer 24 Aoû - 18:12:55

Ce n’était peut-être qu’une illusion mais j’avais la sensation que mon message était passé. Mes traits s’adoucirent légèrement, je n’avais pas l’intention d’insister, pas pour le moment du moins. Je ne tenais pas particulièrement à servir d’appât, Kaleb avait probablement de bonnes raisons de trouver ce plan suicidaire. Nous avions le temps de réfléchir à d’autres stratégies. Néanmoins, s’il était fort louable de la part du vampire de refuser que quiconque se mette en danger, j’avais du mal à imaginer comment nous pourrions nous débarrasser de ces monstres sans prendre quelques risques. Mieux valait ne pas se voiler la face, ce qui nous attendait n’était pas une partie de plaisir. Nora ne me paraissait pas si invincible, elle nous avait certes pris par surprise lors de la soirée de charité mais, in fine, il s’agissait vraisemblablement d’une hystérique aux tendances sadiques sans réelle profondeur. Silas semblait être un personnage plus coriace, plus complexe, plus intéressant. Il était de toute évidence le véritable ennemi dans l’histoire. Je m’interrogeais sur ses intentions. S’il continuait à orchestrer de tels coups d’éclat, il n’allait pas tarder à attirer l’attention des autorités. Or, s’il était aussi intelligent que Kaleb semblait le prétendre, il ne pouvait ignorer que les services secrets n’étaient pas du genre à laisser une menace potentielle proliférer gaiement sans chercher à l’étouffer ou à la dompter pour en tirer profit. Cherchait-il le conflit, la confrontation entre les « races » ? Possible. Je manquais d’éléments pour trancher.

Birmingham me proposa à nouveau de rencontrer les fameux conseils et de m’allier à eux. Pourquoi tenait-il tant à ce que nous nous associions ? N’avait-il que mes intérêts à coeur ou souhaitait-il garder un oeil ainsi qu’un certain contrôle sur moi, mes actes, mes intentions ? Son beau discours était séduisant mais insuffisant pour me convaincre. Je savais néanmoins que j’avais intérêt à accepter son offre, je n’allais pas me tirer une balle dans le pied en me fermant des portes. Je ne pouvais toutefois pas lui promettre de ne pas mener mon enquête personnelle en parallèle, je supposais d’ailleurs qu’il en était déjà parfaitement conscient. Je relevai la tête. « Je suis tout à fait disposée à les rencontrer, j’espère que la réciproque est vraie. » Je préférais savoir où je mettais les pieds. Si le terrain était hostile pour quelque raison que ce soit, mieux valait que j’en sois avisée.

Kaleb me demanda si je souhaitais poursuivre l’entretien immédiatement ou le reporter à plus tard, en présence des conseils. J’attrapai un carnet et un stylo qui traînaient sur le bar puis allai m’assoir sur le canapé avant de lui répondre sans une seule seconde d’hésitation. « Je préférerais que tu me dises ce que tu sais dès aujourd’hui. Plus vite je me mets au boulot, mieux c’est. » En outre, je préférais en savoir davantage sur les vampires et les métamorphes avant de me jeter dans la gueule du loup. J’avais des connaissances plutôt étoffées, notamment sur la première des « races »; il me manquait néanmoins un point de vue intérieur et contemporain. Je n’avais par exemple aucune idée de la taille actuelle de leur population. Je fis tourner mon stylo entre mes doigts quelques secondes. « Mais avant j’aimerais que tu me dises ce que tu sais des recherches de John, sur quoi elles portaient, pourquoi elles dérangeaient, si d’autres personnes en savent davantage… » Je pensais instantanément à Spencer. Il fallait que j'aille lui rendre une nouvelle visite à la lumière de ces nouveaux éléments. Je fixai Kaleb en l’attente d’une réponse, tentant d’ignorer la part de curiosité viscérale en moi qui se demandait quel genre de vampire était mon père, s’il avait déjà tué des humains, s’il avait déjà tué qui que ce soit. Je savais que ces questions ne franchiraient pas le seuil de mes lèvres ce soir, je n’étais probablement pas prête à en entendre les réponses.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




avatar


■ En ville depuis le : 30/11/2014
■ Messages : 811
■ J'ai : 35 ans
■ Boulot/Études : Médecin légiste

■ Célébrité : Jason Momoa
■ © Avatar : Athena
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Kaleb Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa] Ven 2 Sep - 16:28:07

Lisa désirait savoir si elle serait bien reçue lors de sa rencontre avec le conseil, il réfléchit quelques secondes avant de répondre en toute honnêteté.

-Un seul membre du conseil métamorphe pourrait se montrer réticent, donc sur sept personnes, si je compte leur conseiller, six d’entre-eux te seront sympathique. Dans ces gens, il y a Raffael, Willow qui est la femme que tu as vu lors de la soirée de charité, Hunter qui est le frère de Mackenzie, Savannah qui est une femme vampire, ma descente en fait, Léonard le chef de meute des loups et Damian, le seul qui risque d’être un peu mécontent, mais il sait se tenir. Damn est un ours. Pour Hunter, il est le conseiller, je vais faire en sorte qu’il soit là.

Hunter était calme et il pouvait apporter quelque chose de positif, il pourrait peut-être calmer les ardeurs de Damian qui avait démontré de vive façon, qu’il n’était pas d’accord avec la décision de Kaleb et Raffael d’avoir laissé leur mémoire aux deux policières. Surtout que ces deux là se montraient peu réceptives à écouter ce que les vampires ou même les métamorphes avaient à dire. Du moins, ce soir-là. La jeune femme lui demanda un compte rendu de ce qu’il savait de la situation, plus vite elle prenait connaissance des détails, plus vite elle pouvait commencer son « boulot ». Il hocha la tête et allait répondre lorsqu’elle lui demanda ce qu’il savait des recherches de John.

-Un virus entre-autre, pour protéger les humains. Personnellement, je n’étais pas d’accord avec cette partie de la recherche, il aurait fallu le tester sur des humains et pour moi c’était hors de danger de mettre leur vie en danger pour faire les tests. Sinon, il travaillait aussi sur une façon pour les vampires de se nourrir. Un sang de synthèse, ça c’était vraiment une bonne idée, mais pour certains vampires, dont Silas, c’était la fin de leur monde. Nous aurions pu nous nourrir sans prendre de sang à personne.

Si le virus l’enchantait moins vu la façon dont il aurait fallu le tester, le sang de synthèse était une idée brillante et il espérait sincèrement que quelqu’un arriverait à réaliser cette chose un jour. Il n’était pas un scientifique, il souvent parlé avec John, mais celui-ci ne lui disait pas tout en détails. Maintenant, à savoir qui était au courant, il ne savait pas trop.

-Raffael était au courant, par la bande Savannah aussi, elle fait partie du conseil. Sinon, je sais que deux ou trois autres personnes le savait, John avait des assistants dans ses recherches, mais je ne peux pas te dire s’ils sont tous morts avec lui ou si l’un d’eux a survécu. Je ne les connaissais pas vraiment. Et puis, je ne sais pas s’il a mis d’autres personnes, en dehors du conseil et de ses assistants, au courant de ce qu’il faisait. Surement, car Silas a eu vent des informations. Raffael, Savannah ou même moi, n’en n’avons parlé à personne.

Il en était sur, ils en avaient discuté entre eux, mais par choix, ils n’avaient pas partagé la nouvelle. Même Thomas n’était pas au courant des recherches menées par John, pourtant il était l’un des vampires les plus près d’eux.

-Donc, nous savons que Silas est un vampire que l’on dit « renégat », donc contrevenant. Dans nos règles, les vampires doivent se faire discret, ne pas tuer les humains de qui ils se nourrissent et maintenir une certaine ligne de conduite. Il les a violées a peu près toutes. Nous savons qu’il est vieux, mais nous ne savons pas à quel point. Nous sommes persuadés de le connaître, mais comme il agit sous un pseudo et que tout ceux qui l’on rencontré indique qu’il est masqué, nous ne savons pas à quoi il ressemble. La seule chose visible serait sa bouche sous son masque. On sait qu’il est d’assez grande taille et large d’épaule, mais encore là, les victimes ne peuvent jamais le décrire complètement.

Kaleb regarda la jeune femme.

-Tu l’as rencontré une fois. John t’a sauvé de ses griffes. Il semblerait que ton collègue n’ait pas eu cette chance.

Il savait bien sur qu’elle ne se souvenait pas. Silas avait pris le contrôle de son esprit, c’était sur. John ne lui avait pas tout raconté, mais il disait que Silas était fort, trop fort pour le jeune vampire que John était. Il avait eu de la chance de survivre au sauvetage de sa fille. Malheureusement, Silas avait quand même le dessus plus tard.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 516
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa] Sam 17 Sep - 21:22:06

Je notai scrupuleusement la moindre information sortant de la bouche du légiste, on entendant distinctement le bruit de mon stylo glissant frénétiquement sur le papier. La sensation de surprise, de choc, de stupéfaction que j’avais eu l’occasion d’expérimenter à de nombreuses reprises ces derniers jours s’étiolait de plus en plus à chaque révélation. J’étais comme rentrée dans une nouvelle dimension où je traitais chaque nouvelle donnée aussi perturbante et ahurissante puisse-t-elle être avec froideur et pragmatisme. Après tout, pouvais-je continuer à me fier à mon instinct pour distinguer le réel de la fiction et du fantasme ? Tous mes repères s’étaient effondrés. Je n’avais plus qu’à me raccrocher aux faits. Je regardai la liste des membres du conseil.  Certains m’étaient familiers, d’autres moins. J’aurais dans tous les cas à enquêter attentivement sur chacun d’entre eux. Je soulignai machinalement le nom de Leonard en fronçant les sourcils. J’étais prête à parier qu’il s’agissait de Leonard Sheppard, le propriétaire du Moonlight Circle dont le nom ressortait bien trop souvent dans mes investigations ces derniers temps pour que j’en fasse abstraction. Je relevai le nez de mon carnet. « Les membres de ce conseil étaient tous présents à la soirée, non ? » Cela me permettrait de récupérer leur identité complète à partir des éléments du dossier concernant la prétendue attaque d’extrémistes.

Kaleb reprit son discours en évoquant les travaux de mon père. Je restai pendues à ses lèvres, faisant résonner chaque mot dans mon cerveau. Un virus permettant de se protéger des vampires ? Ce n’était pas si surprenant. Le collègue qui avait péri le soir où John avait été transformé était microbiologiste. Spencer, l’oncologue qui co-organisait la soirée de charité avait un doctorat en immunologie. Je tournai la page de mon carnet et marquait quelques mots tandis que mon interlocuteur poursuivait. Je relevai à nouveau les yeux lorsqu’il évoqua l’histoire du sang de synthèse. Les deux idées étaient loin d’être stupides. Contrairement à Birmingham, j’étais loin d’être catégoriquement opposée à la première. Les attaques de vampires se multipliaient. Si la science pouvait permettre d’en protéger les humains, il me paraissait juste de lui donner sa chance. Il n’y a pas de progrès sans risque d’autant plus que de l’autre côté de la ligne de front, l’ennemi n’hésiterait pas à en prendre.

Silas. Le légiste embraya sur ce sujet, dressant un portrait ma foi plutôt mystérieux et flou du personnage. Je me figeai lorsqu’il me révéla que nos routes s’étaient déjà croisées et que John m’avait sauvée de ses griffes. « Cruz… » C’était un murmure à peine audible qui m’avait échappé alors que des souvenirs pénibles se ravivaient dans mon esprit. Les blagues grivoises de Cruz dans la voiture. La gamine sortant du Shamrock, son visage aussi pâle que de la porcelaine. La façade de la maison dans laquelle nous nous étions introduits, l’effervescence baignant encore le salon désert. Les poches de sang, les aiguilles, les garrots. La blonde en haut de l’escalier, ses yeux dans les miens. Le black out, enfin troublé par le bruit des sirènes. La douleur percutant mon crâne, la nausée. Cruz, son visage d’hispanique plus livide que celui de la gamine maculé par des éclaboussures sanglantes. « J’ai failli perdre mon boulot à cause de cette affaire. J’ai failli en perdre la raison. » La culpabilité sournoise qui s’était immiscée en moi ce soir-là me dévorait encore comme un liquide caustique. J’avais perdu la mémoire, j’avais perdu le contrôle. J’avais failli à mon devoir de flic en ne parvenant pas à couvrir les arrières de mon partenaire, aussi insupportable eusse-t-il pu être. Je n’avais même pas été en mesure de fournir la moindre explication à sa famille, à ses collègues, à ses supérieurs concernant les circonstances de sa mort.

John. Combien de fois avait-il joué avec ma mémoire comme il l’avait probablement fait ce soir-là ? Mon père avait-il assisté à ma descente aux enfers les mois qui avaient suivis, préférant me regarder plonger au rythme des scénarios sordides que je construisais chaque jour dans mes cauchemars éveillés plutôt que de me confier la vérité ? Et depuis quand Birmingham était-il aux premières loges de ma propre existence ? Je soufflai doucement. Mieux valait que je me focalise sur une autre cible, Silas. « Il faut qu’on l’arrête Kaleb, coûte que coûte. » Il avait tué John, une fois voire deux. Il était responsable du meurtre de dizaines, de centaines d’innocents. Il avait failli gâcher ma vie, merde. J’étais prête à tout et si Birmingham et ses amis n’étaient pas prêts à aller aussi loin que moi, je ferais cavalier seul.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




avatar


■ En ville depuis le : 30/11/2014
■ Messages : 811
■ J'ai : 35 ans
■ Boulot/Études : Médecin légiste

■ Célébrité : Jason Momoa
■ © Avatar : Athena
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Kaleb Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa] Dim 18 Sep - 17:08:40

-Bien sur qu’ils étaient tous présent Lisa! Silas avait prévu le coup. J’en suis sur. Il a fait exprès pour que les membres des conseils soient tous sur place à ce moment-là. Je n’ai pas de preuve, mais j’en suis sur.

Silas était intelligent, Kaleb était presque sur que celui-ci n’avait rien laissé au hasard. Sinon, il aurait fait une bourde monumentale. Ce n’était pas son genre, du moins, pas jusqu’à maintenant. La jeune femme écouta son récit prenant des tonnes de notes. Elle s’arrêta à l’histoire avec son collègue, Cruz, le policier avait été tué en service. John lui avait un peu raconté ce qui s’était passé, mais pas grand-chose. La chose la plus importante que Kaleb savait était que John avait sauvé sa fille se soir-là. Elle avait failli perdre son boulot, la raison aussi … Il le savait, John avait regretté d’avoir joué avec la tête de sa fille ce soir-là, il avait failli revenir sur sa décision, mais s’aurait été trop risqué à ce moment-là de lui faire connaître la vérité. Kaleb ferma les yeux un instant, jusqu’à ce qu’il entende les propos de Lisa. Il fallait l’arrêter coûte que coûte. Il hocha la tête.

-Je suis d’accord, nous sommes tous d’accord sur ce point Lisa. Nous faisons tout notre possible et nous te donnerons accès à tout ce dont tu as besoin, la seule chose que je te demande,  ne pars pas à la chasse aux sorcières avec ceux que je vais te faire rencontrer.

Il s’approcha de la jeune femme.

-Nous ne sommes pas tes ennemis, Silas l’est. Si tu veux des réponses, sur quoi que ce soit qui concerne les membres des deux conseils, demande-le. Ne va pas à la pêche aux infos. Ils ont tous des boulots réglo, ils ont des familles aussi, certains n’ont jamais dit à ceux qui les aiment ce qu’ils étaient. Tu pourrais les exposer en creusant tu comprends?

Il pensait surtout à Damian dans cette histoire, Elena, la sœur de Will aussi. Hunter avait fait son coming out et ce n’était pas la joie entre Mackenzie et lui en ce moment pour cette raison.

-Damn est un bon nounours quand il veut, mais si sa douce apprend ce qu’il est je ne réponds pas de ses actes. Hunter subit encore les contres-coups d’avoir dit la vérité à Mackenzie, alors je te supplie de ne pas faire de dommage à ce niveau. Il faut travailler ensemble, pas se mettre nos alliés à dos.

Il regarda la jeune femme encore une fois.

-Tu ne peux pas savoir à quel point cette histoire nous ronges, nous commençons à peine à avoir des indices, après toutes ses années, il commence enfin à se montrer. C’est notre chance, il va commencer à faire des erreurs, il a déjà commencé en prenant Nora comme acolyte. Elle est imprévisible. Nous allons l’avoir. Mais il faut travailler ensemble à partir de maintenant.

C’était la raison principale de son choix. Il soupira et secoua la tête se disant que son idée était loin d’être bonne, mais bon, il devait essayer.

-Je peux peut-être essayer de « débloquer » les souvenirs que John t’a pris. Il est possible que ça ne fonctionne pas, tu dois le savoir. Ce peut être très douloureux aussi. Vraiment souffrant. À toi de voir.

Il croisa les bras sur sa poitrine, il détestait ce qu’il venait de lui offrir, mais il était conscient qu’elle pouvait avoir des souvenirs qui les aideraient à trouver Silas, ou du moins à l’identifier. Peut-être que c’était pour ça qu’il en avait après elle? Merde, pourquoi n’avait-il pas pensé à ça plus tôt? Il y pensait maintenant et c’était une possibilité. Il se passa la main au visage, comment avait-il pu passer à coté de ceci? Merde.
------------------------------------------------------------------------------------------------

Je joue à la roulette russe avec toi Lisa: Voici donc, selon le résultat ce qui influera sur ta réponse lorsque Kaleb essaiera de lui faire retrouver ses souvenirs:

1-Rien, il ne se passe rien a part un très gros mal de crâne pour Lisa.

2-Elle a des flash-backs, mais rien de précis

3-Elle voit son père, son collègue, une partie de ce qui se passe, mais la série n'est pas complète, il manque quelques éléments (la scène est plus précise que les flash-backs sans être totalement clair)

4-Elle voit un vampire masqué, elle s'est "battue" contre lui et a soulevé son masque, mais elle n'a vu que le bas du visage, de la bouche au menton. Elle n'a pas vu ce qui est arrivé à Cruz, le vampire lui bloquant la vue. (Le choix du dé)

5-Elle se rappelle clairement toute la scène de la mort de son collègue, de la présence de Silas qui était masqué, s'il y avait des acolytes, elle le sait, elle revoit tout clairement jusqu'à son père qui vient la sauver.


Dernière édition par Kaleb Birmingham le Dim 18 Sep - 17:11:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas




avatar
■ En ville depuis le : 08/12/2014
■ Messages : 259
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Jack


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa] Dim 18 Sep - 17:08:40

Le membre 'Kaleb Birmingham' a effectué l'action suivante : Russian Roulette


'Agony' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: #319: Night after night... [Lisa]

Revenir en haut Aller en bas
#319: Night after night... [Lisa]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Présentation: Heather Night [validée]
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)
Réponse Rapide
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Terrain de Jeux :: Archives des RP

-