Boutique

Pour avoir accès à la boutique,
clique sur le panier!

Bon shopping!






 

Partagez | .
 

 #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 512
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Sam 28 Mai - 18:45:23

    Il était tard ce samedi soir et, comme bien trop souvent pour mon propre bien, j’avais passé toute ma journée au commissariat. Le silence dans lequel étaient plongés les lieux n’était troublé que par le ronronnement laborieux de l’imprimante et le bruit de mes doigts qui pianotaient nerveusement sur le bureau, entre une tasse à moitié remplie de café froid et une pile de documents. Je regardais d’un oeil impatient la silhouette de cette jeune femme dont je guettais désespérément le moindre signe de vie depuis de longs mois prendre forme sur le papier. Elena. Lorsque je pensais à elle, c'était son visage d’enfant qui me venait spontanément à l’esprit. Elle et son frère Will vivaient dans la maison d’à côté lorsque nous étions jeunes. Quelques jours après sa disparition, voyant que l’enquête stagnait, Will s'était tourné vers moi. J'avais passé plusieurs nuits blanches à suivre des pistes qui n'avaient jamais mené à rien. J’avais rarement ressenti un tel sentiment d’échec et d’impuissance. Elle s’était évaporée, tout simplement. Je connaissais les statistiques. Je n’en parlais pas ouvertement à Will mais je savais que l’espoir de la retrouver vivante après tout ce temps était mince. Et pourtant, c’était bien son visage que j’avais reconnu sur les images de vidéosurveillance que je venais de visionner.

    Voilà bientôt deux mois que je creusais spécifiquement la piste des Uptown Moths et jamais je n’aurais imaginé qu’elle me mènerait jusqu’à Elena. Les Uptown Moths étaient une organisation de grand banditisme émergente spécialisée dans le trafic de drogues et la location de services criminels divers et variés. Un indic de la brigade des stups avait clairement incriminé deux de leurs recrues dans l’affaire du vol de matériel médical et, par extension, dans l'incendie de Pasadena mais ce dernier refusait de témoigner et nous n’avions pas d'élément assez solide pour aller devant le procureur. Par ailleurs, mettre la main sur des sous-fifres ne nous intéressait pas, nous voulions attraper les gros poissons. J’avais donc continué mon travail d’investigation dans l’ombre, misant sur mon réseau d’indics. L’un d’entre eux m’avait appelée ce matin pour m’informer qu’une transaction avait eu lieu la veille entre un membre des Moths et un inconnu. Grâce à la description physique assez caractéristique de l’individu, j’avais réussi à retrouver sa trace et à mettre la main sur des images de vidéosurveillance susceptibles de l’identifier. Ce n’était pourtant pas son visage à lui qui avait le plus retenu mon attention mais celui de la jeune femme qu’il semblait suivre de manière plutôt suspecte et qu’on voyait jeter quelques regards derrière son épaule avant de disparaître du champ de la caméra. Un zoom avait suffi à me convaincre. C’était Elena, j’en étais certaine.

    J’enfilai à la hâte ma veste en cuir, attrapai la feuille de papier encore chaude qui venait de sortir de l’imprimante et la rangeai dans mon sac avant de quitter le commissariat. La canicule qui nous assommait depuis quelques jours avait laissé place à l’orage. La pluie ruisselait le long de mes cheveux tandis que le tonnerre faisait trembler le bitume. Je m’engouffrai dans ma voiture et la démarrai en trombes. L’adrénaline montait doucement tandis que j’approchais du domicile de Will. Elena était vivante, c’était une avancée de taille. Elena était vivante mais la scène que je venais de visionner avait plutôt tendance à m’inquiéter; l’individu qui la suivait ne m’inspirait absolument pas confiance. Devais-je en parler à Will ? Devais-je attendre d’en savoir davantage ? Je n’avais pas suffisamment de temps pour me lancer dans un débat intérieur. J’improviserai.

    Je me garai devant chez Will. J’eus un bref instant de nostalgie en repensant à l’époque où nous étions voisins. Ma mère avait décidé de déménager pendant que j’étais au lycée sur les conseils d’un psy dont elle était probablement amoureuse. Il disait que ce n’était pas sain de vivre dans le passé, dans un environnement qui nous rappelait sans cesse celui que nous avions perdu. Mon père. J’aurais tellement aimé que quelqu’un vienne sonner à ma porte au beau milieu d’une nuit de printemps pour m’annoncer qu’il était encore vivant, j’aurais tellement aimé qu’on me redonne l’espoir, qu’on me redonne la force de le chercher à nouveau. C’était trop tard. J’esquissai un sourire triste puis sortis de ma voiture. Je me pressai jusqu’au palier de Will, filant entre les gouttes. Je passai une main dans mes cheveux trempés puis me mis à frapper bruyamment à la porte.  

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t269-will-ashby-how-much-more-can-they-take-from-me-they-got-my-blood-now-it-s-my-carhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t289-will-ashby-of-anger-fury-heartache-and-pain-baby#4673
avatar


■ En ville depuis le : 28/06/2015
■ Messages : 324
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : Pilote de rallye automobile / Mécano

■ Célébrité : Richard Madden
■ © Avatar : Sandy
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Will Ashby

Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Dim 29 Mai - 20:51:38

    J’avais passé la journée au garage, répondant discrètement aux messages texte qu’Elena m’envoyait. Mon père s’était pointé en milieu d’après midi et comme il ne savait pas que ma sœur était revenue dans le décor, j’essayais de faire en sorte qu’il ne le découvre pas en me subtilisant mon téléphone alors que je travaillais. Il était déjà assez dur de cacher ma sœur et surtout de l’empêcher elle-même de se faire voir. Elle passait son temps à vouloir sortir, se plaignant de ne pas être capable de rester enfermer au même endroit pendant plusieurs jours. Et voila qu’elle me refaisait le coup aujourd’hui. Will je ne serai pas à la maison ce soir. Je reviens demain. Je lisais le message avec une fureur maitrisé. Comment ça je reviens demain ? C’était insensé ! Et où allait-elle dormir ? J’appuyais sur la touche me permettant de répondre et tapais ma réponse avec un peu trop de force. Et tu comptes dormir où ?? Que je sache où aller te chercher si quelque chose tourne mal…

    J’avais essayé d’oublier pour le restant de la journée, me concentrant sur les véhicules qui entraient dans le garage et que je devais réparer. Mais mes pensées revenaient toujours à ce que ma sœur faisait avant de venir me quémander de l’aide et ce qu’elle faisait encore aujourd’hui lorsqu’elle quittait la maison sans me dire où elle allait. Je sortis du bâtiment à 17h00 pile, refusant de rester plus longtemps alors que j’avais la tête ailleurs. Difficile d’être productif lorsque quelque chose nous tracasse, surtout lorsqu’on ne peut en parler à personne. En fait, je mettais la faute de mon impatience et ma fatigue sur le seul fait que ma sœur était difficile à suivre, mais il ne fallait pas oublier que j’avais passé les trois derniers jours en dehors de la ville pour un rallye et que j’étais complètement vidé. Je ne savais pas si Elena était resté à la maison tout ce temps, mais comme je l’avais vu ce matin je savais au moins qu’elle était toujours en vie et en santé.

    En chemin, je m’arrêtais dans un fast food pour me commander à manger et repartais à la maison. Elena était déjà partit. Je poussais un soupir agacé et m’installais devant la télé avec une bière tout droit sortit du frigo ainsi que le cheese burger que j’avais commandé. Mon repas dans une main et la télécommande dans l’autre, je zappais pendant plusieurs secondes jusqu’à ce que je tombe sur un vieux film d’espionnage. J’abaissais la télécommande et la posais sur la table basse devant moi pour ensuite y déposer mes pieds. Une heure plus tard j’étais profondément endormi sur le canapé, le film d’espionnage remplacé par une comédie musicale provenant de je ne sais plus quelle décennie. J’étais en train de rêver que je conduisais sur une route de terre à moitié délabré et que c’était nuit noire. Je n’entendais que le bruit du moteur de ma voiture et devant moi je ne voyais que la route qui semblait s’allonger jusqu’à perte de vue. Puis la pluie se mêla au décor et le chemin fut si glissant que je devais redoubler d’effort pour ne pas perdre le contrôle. J’entendais l’orage qui battait son plein et tout à coup des bruits sourds comme si… on cognait à la porte ?

    Je me réveillais en sursaut, renversant la table basse sur laquelle mes pieds reposaient, faisant tomber la bière et le papier de mon repas sur le sol. Je poussais un juron, me levant pour replacer le meuble jusqu’à ce que je me souvienne que j’avais entendu cogner à la porte. Était-ce seulement dans mon rêve ? Le bruit se répéta à nouveau, cette fois un peu plus fort et je jetais un coup d’œil rapide à l’horloge apposé au mur. 23h00. Qui pouvait bien venir frapper chez moi à une telle heure ? Intrigué, je rejoignais la porte d’entrée et l’ouvris sans même me méfier. Je reconnu immédiatement celle qui se tenait sur mon porche malgré qu’elle fut trempée par la pluie.

    « Lisa ? Qu’est-ce que tu… »

    Et puis je repensais à Elena (et aussi aux règles de savoir vivre qu’on m’avait inculqué) et me reculais de quelques pas pour qu’elle puisse entrer.

    « Entre ! Est-ce que ça va ? »

    Lisa était au courant pour la disparition d’Elena. Je ne savais pas si c’était la raison de sa visite, mais si c’était le cas, je me demandais ce qu’elle avait à me dire. Et disons que j’étais finalement heureux que ma sœur ne soit pas à la maison ce soir… Personne à part moi n’était au courant de ce qui arrivait à ma sœur, je n’avais même pas avertit la police.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 512
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Lun 30 Mai - 18:48:39

    J’entrai à l’intérieur et refermai précautionneusement la porte derrière moi. Je me retournai vers Will et le fixai quelques instants. J’ignorais à quoi ressemblait mon visage à cet instant précis mais je sentais qu’une lueur s’était invitée dans mon regard, celle qui m’animait lorsque je faisais une avancée importante sur une enquête qui me tenait particulièrement à coeur. J’éprouvais également une certaine sensation d’étrangeté. A vrai dire, j’avais à plusieurs reprises imaginé faire irruption devant cette même porte avec un tout autre genre de nouvelle à délivrer. J’en avais même fait des cauchemars certaines nuits. J’étais du genre à laisser mon travail m’envahir physiquement, intellectuellement, émotionnellement. Bien évidemment, lorsque mon boulot se mêlait à ma vie personnelle, cette tendance s’en trouvait exacerbée. Fort heureusement, mes rêves n'avaient pas été prémonitoires. Je n’avais ce jour-là pas à revêtir les atours d’un messager funeste.

    J’esquissai un sourire. « Elle est vivante Will ! » Mon annonce sonnait de manière terriblement dramatique avec le grand final d’une comédie musicale ringarde résonnant depuis le salon en fond sonore. Une série de remarques taquines me vinrent aussitôt à l’esprit mais je me retins, ce n’était pas le moment de discuter des goûts musicaux douteux de mon ancien voisin. Je marquai une seconde de pause puis repris plus posément. « Elena est vivante. » Je hochai la tête à plusieurs reprises comme pour appuyer mon propos. Sans attendre la réaction de mon interlocuteur, je plongeai ma main dans mon sac afin d’en extraire la capture d’écran imprimée quelques minutes plus tôt. Je lui tendis afin qu’il puisse la voir de ses propres yeux. La qualité était suffisamment satisfaisante pour que l’on puisse reconnaître Elena sans trop d’extrapolation. « Cette image a été enregistrée hier soir dans le nord de la ville. Ta soeur est à Houston. Demain dès la première heure je mets tout le commissariat sur le coup. »

    J’y comptais bien. Ce que j’omettais de préciser, c’était qu’il serait bien plus facile de motiver les troupes maintenant que les Uptown Moths faisaient partie du tableau. Plus j’y pensais, plus mes sentiments devenaient mitigés. Je me demandais dans quel état nous allions retrouver Elena. Se confronter à la rudesse de la rue sans ressource, sans toit, sans proche sur qui compter peut précipiter n’importe qui dans une terrible descente aux enfers. Des gamines tombées dans la drogue, la délinquance, la prostitution forcée après avoir disparu du jour au lendemain, j’en avais vu des dizaines, jeunes ou moins jeunes. Will me dirait sûrement qu’Elena n’est pas « ce genre de fille » mais personne n’est « ce genre de fille » avant de le devenir, souvent par la nécessité des choses. La faim, la soif, le froid, le manque. Peut-être était-ce une crise de pessimisme, à nouveau. Peut-être qu’Elena n’avait jamais passé ne serait-ce qu’une seule nuit dehors. Il n’empêche qu’hier, dans cette rue des quartiers nord, elle se faisait suivre de trop près par un type qui venait de remettre dix mille dollars en cash à un représentant d’une des organisations criminelles les plus florissantes du moment, organisation dont étaient probablement issus les salopards qui avaient fait cramer mon père.

    J’essayais de ne pas laisser mon inquiétude transparaître, de me concentrer sur Will, sur le moment présent. Elena était en vie, point. C’était tout ce qui importait pour ce soir, le reste appartenait à demain.  

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t269-will-ashby-how-much-more-can-they-take-from-me-they-got-my-blood-now-it-s-my-carhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t289-will-ashby-of-anger-fury-heartache-and-pain-baby#4673
avatar


■ En ville depuis le : 28/06/2015
■ Messages : 324
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : Pilote de rallye automobile / Mécano

■ Célébrité : Richard Madden
■ © Avatar : Sandy
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Will Ashby

Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Mar 31 Mai - 0:54:40

    Lorsqu’elle m’annonça qu’Elena était vivante je restais stoïque, incapable de décider quelle expression je devais revêtir. Comment devais-je réagir au juste ? Je fronçais les sourcils, encore trop endormi pour savoir comment lui répondre et ce que j’avais le droit de lui dire. J’étais vraiment dans une situation de merde et je commençais à peine à m’en rendre compte. Elena était revenue vers moi il y a de cela trois semaines et je n’avais pas encore avertit personne à sa demande. Elle ne voulait pas que les autorités ni nos parents ne soient au courant, mais elle ne m’avait jamais dit pourquoi. Heureusement pour moi, Lisa ne semblait pas vraiment attendre de moi une quelconque réaction et je gardais le silence, me demandant comment je pourrais me sortir de là sans dommage.

    Je la regardais sortir de son sac une image et en voyant qui elle représentait, je la lui pris des mains, beaucoup plus intrigué par le contexte de la photo que par la présence même de ma sœur. Peut être que Lisa pourrait m’aider à découvrir ce que ma sœur cachait derrière ses nombreuses escapades nocturnes. Mais avant tout, il fallait que je prenne une décision. Est-ce que je lui disais ou pas ? Je n’étais pas bon comédien et encore moins bon menteur. J’étais encore à moitié endormi, me disant que si elle mettait les pieds dans le salon, elle verrait le pull qu’Elena avait laissé trainer sur le fauteuil quelques jours auparavant. Soit ça lui mettrait la puce à l’oreille, soit elle croirait que j’avais une invitée. Je ne prenais jamais la peine de ranger car en temps normal, on ne venait pas vraiment me voir à la maison mais au garage. Lorsque je l’entendis dire que dès demain elle mettrait tout le commissariat sur le coup, je levais les yeux de la photo pour la regarder, essayant de maintenir un air neutre. J’étais presque sûr que mon visage trahissait ce que je cachais et qu’elle pourrait arriver à déchiffrer mes pensées juste en me regardant. Soit je me contentais d’hocher la tête en faisant semblant d’être heureux pour ce qu’elle avait fait et de m’avoir apporté la nouvelle que ma sœur était toujours en vie (ce que je savais déjà), soit je lui révélais tout ce que je savais. Et puis j’entendis la voix d’Elena qui me disait : Ne le dis à personne. P.E.R.S.O.N.N.E ! Même pas maman ! Mais Lisa m’avait aidé pendant l’enquête… elle n’était même pas affilié aux recherches des personnes disparues mais elle m’avait aidé et…

    « Lisa écoute… »

    J’entendais déjà ma sœur me dire : Tu es le pire gardien de secret. LE PIRE ! J’allais me faire tuer par Lisa et ensuite par Elena, double meurtre. Lisa en premier car elle allait sûrement me sermonner pour ne pas avoir avertit la police et ensuite Elena car j’avais promit de garder tout cela secret. Je me mordillais nerveusement la lèvre, les yeux au sol. Je pourrais peut être encore seulement la remercier, comme ça personne ne m’en voudrait jusqu’au jour du jugement dernier.

    « Elena est revenue d’elle-même il y a trois semaines de cela. » Pourquoi est-ce que je me sentais à la fois extrêmement mal à l’aise et d’un autre côté plus léger ? C’était probablement ce que ça faisait d’avoir gardé ce genre de secret pour moi-même et aussi de le révéler à une détective… « Je ne l’ai dit à personne… Elle m’a fait promettre de ne le dire à personne. » Et oui je suis un idiot de 28 ans qui accepte tout ce que sa petite sœur lui demande.

__________________________________

Mon Image

We'll never drink your medicine and we'll never think your way
You're tied to an ideology from a book that's out of date
No room for your daft intolerance left in this day and age
We're not gonna go down quietly, we're not gonna be afraid
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 512
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Mer 1 Juin - 17:52:49

    Je fixai Will en fronçant les sourcils pendant qu’il examinait la capture d’écran. Sa réaction était étrange, inadaptée. Je ne m’attendais pas à ce qu’il me saute dans les bras mais tout de même, il avait l’air plus embarrassé qu’heureux. Pire, sa soeur réapparaissait après dix mois d’absence et il semblait à peine surpris. Une partie non négligeable de mon travail consistait à cerner, sentir les gens et je ne pouvais inhiber ce réflexe le reste du temps. Or, mon intuition me criait qu’il y avait anguille sous roche. S’il avait été n’importe qui, je l’aurais probablement traîné dans une salle d’interrogatoire pour le cuisiner jusqu’à ce qu’il craque. Je ne m’en vantais pas particulièrement mais j’en avais fait pleurer, des gaillards. Il suffisait de trouver le talon d’Achille de l’intéressé, tout le monde en possède un. Will avait de la chance, je le connaissais et mon estime à son égard ne faisait nul doute. De là à dire que je lui faisais entièrement confiance… En vérité, je ne faisais entièrement confiance à personne. J’avais toujours été méfiante, je remettais sans cesse mes certitudes et mes jugements en question. C’était une question d’instinct de survie.

    Mon interlocuteur eut la brillante idée de me faciliter la tâche. Dès l’énonciation de mon prénom, je sentis à l’intonation de sa voix qu’il était sur le point de passer aux révélations. J’étais néanmoins loin d’imaginer qu’il m’annoncerait que sa soeur était revenue depuis trois semaines déjà. Mes yeux s’écarquillèrent. « TROIS SEMAINES ?? » Je mis ma main sur mon front et levai les yeux au ciel, faisant des aller-retours dans l’entrée. J’étais passablement énervée. Se rendait-il compte de toute l’énergie, de toute l’inquiétude, de toutes les ressources dépensées par la police au service de cette enquête ? Je soufflai doucement, me laissant rattraper par des préoccupations bien plus alarmantes. Une jeune fille de vingt-trois ans ne décide pas de vivre dans la clandestinité, de se cacher aux yeux du monde sur un coup de tête. Je dressais par automatisme dans mon esprit une liste d’explications potentielles rangées par ordre de probabilité, toutes plus lugubres les unes que les autres, tentant de ne pas faire transparaître mon inquiétude dans mon regard.

    Je m’adossai au mur, radoucissant ma voix. « Tu veux dire que même tes parents ne sont pas au courant ? Est-ce qu’elle t’a expliqué pourquoi elle tenait absolument à ce que tu gardes le secret ? » J’avais des dizaines d’autres questions à lui poser mais je savais qu’il fallait ralentir. Will n’avait pas besoin d’être flic pour aboutir aux mêmes conclusions que moi, nul besoin de trop le brusquer. Lui avait-il seulement posé les questions qui fâchent ? Savait-il exactement ce qui lui était arrivé pendant ces dix mois ? Je n’aborderai pas le sujet, pas dans l’immédiat du moins. Peut-être qu’il n’en savait guère davantage et, si tel était le cas, je ne voulais pas qu’il culpabilise d’avoir nui à sa soeur en respectant trop son secret. Pourtant, sans disposer d’un minimum d’éléments, il était impossible de déterminer si elle avait vécu un traumatisme nécessitant une prise en charge particulière, impossible également d’évaluer si elle était actuellement en danger et de la protéger des menaces susceptibles de peser sur elle, impossible par ailleurs de réclamer justice pour les préjudices qu’elle aurait pu subir.

    Peut-être que Will ne m’avait simplement pas encore dit toute la vérité. Peut-être qu’il avait peur d’impliquer la police, peur des représailles. Peut-être qu’Elena avait quelque chose à se reprocher, peut-être qu’elle avait commis des actes répréhensibles. Il fallait qu’il m’en dise davantage mais il fallait que cela vienne de lui. J’avais besoin qu’il me fasse confiance. « Tu peux me parler, Will… Je ne fais même pas partie de l’équipe qui s’occupe de son dossier. Je suis là en tant qu’amie, pas en tant que flic. Je veux juste l’aider. »

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t269-will-ashby-how-much-more-can-they-take-from-me-they-got-my-blood-now-it-s-my-carhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t289-will-ashby-of-anger-fury-heartache-and-pain-baby#4673
avatar


■ En ville depuis le : 28/06/2015
■ Messages : 324
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : Pilote de rallye automobile / Mécano

■ Célébrité : Richard Madden
■ © Avatar : Sandy
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Will Ashby

Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Mer 1 Juin - 23:57:03

    En l’entendant répéter haut et fort ce que je venais de lui avouer, je grimaçais, ne sachant trop à quoi m’attendre. Est-ce qu’on pouvait m’accuser de cacher des trucs ou d’être complice de quelque chose ? Je la regardais faire les cent pas dans le vestibule et essayais de comprendre ce qu’elle pouvait en avoir conclue. Que j’étais un irresponsable ? Un idiot facilement manipulable ? Probablement. Mais j’avais toujours été comme ça, surtout avec Elena. Cacher ses petits secrets et ses gaffes aux parents, ce n’était pas nouveau pour moi. Mais cacher le fait qu’elle était revenue sans avertir personne, c’était passer à un autre niveau. C’était ma petite sœur, je l’avais toujours couvert et défendu. Je m’en étais même déjà prit à un de ses prétendant qui s’était mit à la suivre partout. Il s’était promené un certain temps avec un plâtre au bras et ne s’était plus jamais approché d’Elena.

    Lorsque Lisa se mit à me poser des questions en me rassurant qu’elle était ici en tant qu’amie, je me laissais le bénéfice du doute. Je savais à quel point elle prenait son job au sérieux et que la photo qu’elle m’avait montré ne concernait pas seulement ma sœur. Et oui j’étais au courant qu’elle ne faisait pas partit de l’équipe qui s’occupait du cas de ma sœur. C’était pourquoi je trouvais encore plus intriguant la raison pour laquelle elle se présentait chez moi aussi tard un samedi soir et qu’elle avait avec elle cette photo. Et aussi qu’elle me dise que cette photo avait été prise hier soir… Hier soir je n’étais pas en ville, j’étais en route, mais quand même absent. J’étais à la fois intrigué, fatigué et honteux.

    « Non, je ne leur ai pas dit. Personne n’est au courant à part moi, enfin je crois… »

    J’avais une bonne raison de douter maintenant. Est-ce que je devais douter de ma propre sœur ? Elle m’avait pourtant avoué se transformer en animal à tous les mois mais étais-je autorisé à en parler à Lisa ? Je me pinçais l’arête du nez entre le pouce et l’index, fermant les yeux quelques secondes. C’était tellement surréel. La vie normale continuait autour de moi. Les rallyes continuaient à se courir, le garage ouvrait encore tous les jours et je n’arrêtais pas une seconde. Je ne pouvais pas arrêter, sinon je savais que je perdrais le contrôle. Je ne pouvais pas parler à Lisa du fait que ma sœur se transformait en animal, c’était complètement débile, elle me ferait enfermer. Et je n’avais pas le temps pour un séjour à l’asile.

    « Tout ce que je sais c’est qu’elle sort presque tous les soirs. J’ai essayé de lui demander ce qu’elle fait, où elle va, à qui elle parle. Mais c’est le silence radio. Elle revient normalement aux petites heures du matin et s’enferme dans la chambre d’invitée. »

    Et je n’avais pas mentit la dessus. C’était vraiment tout ce que je savais. Je n’avais pas voulu trop la cuisiner de peur qu’elle parte de nouveau. Et je ne me voyais pas la perdre une seconde fois. Elle semblait en bonne santé, elle mangeait à chaque repas et elle riait de mes blagues (même les moins drôles). Malgré le fait que j’étais assez éveillé pour maintenir une conversation, je ne pu m’empêcher de bailler. Je posais une main devant ma bouche pour ensuite me frotter l’arrière de la nuque d’un geste agacé. En me rappelant la photo qu’elle était venue me montrer, je décidais de la relancer la dessus.

    « Tu veux aller t’assoir dans le salon ? Quelque chose à boire ? Café, bière, verre d’eau. J’aimerais que tu me parles de cette photo. » Dis-je en regardant le papier que j’avais gardé en main.

    Maintenant qu’elle était au courant pour ma sœur, je voulais connaitre le contexte de l’image et j’espérais secrètement qu’elle me dise pourquoi elle était tombée là-dessus. Cette image provenait d’une vidéo et je voulais savoir ce que ma sœur trafiquait le soir.

__________________________________

Mon Image

We'll never drink your medicine and we'll never think your way
You're tied to an ideology from a book that's out of date
No room for your daft intolerance left in this day and age
We're not gonna go down quietly, we're not gonna be afraid
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 512
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Dim 5 Juin - 18:08:18


    Les propos de Will ne faisaient qu’accentuer mes inquiétudes. Peut-être avais-je parlé trop vite en lui assurant que ma démarche était totalement désintéressée. Elena ne passait certainement pas ses nuits à enfiler des perles jusqu’au petit matin. Son comportement était plus que suspect, je n’avais d’autre choix que de creuser. Si seulement j’avais découvert son retour dans d’autres circonstances, si seulement Elena n’était pas liée à cette fichue enquête qui m’obsédait depuis tant d’années, j’aurais pu me contenter de m’assurer qu’elle était en sécurité et fermer les yeux sur le reste. Ce n’était pas le cas. Je risquais de me retrouver dans une situation fort inconfortable. Que faire si je découvrais qu’elle était mêlée à des affaires louches en rapport avec les Moths ? Will pourrait-il un jour me pardonner si je débarquais à sa porte à l’aube pour mettre les menottes autour des poignets de sa soeur ou même simplement pour la traîner en salle d’interrogatoire ? Je préférais ne pas y penser et avancer au jour le jour.

    Will m’invita à m’assoir dans le salon. J’acceptai d’un signe de tête puis m’avançai dans la pièce à vivre tout en ôtant ma veste encore parsemée de gouttes de pluie. « Tu sais bien que je ne peux pas dire non à une bière ! » J’esquissai un sourire tout en balayant la pièce du regard, elle semblait avoir été traversée par une tornade. Je ne me formalisai pas et allai m’assoir sur le sofa. Il fallait que je trouve le moyen de faire comprendre à Will que sa soeur était en danger et qu’il était nécessaire que je pousse mes investigations voire que j’implique la police de manière officielle, le tout sans le faire paniquer de manière excessive. Il voulait que je lui parle de la photo, j’allai exaucer son voeu.

    J’attendis que Will me rejoigne avant de poursuivre la conversation. Je pointai du doigt sur le cliché l’individu qui la talonnait de quelques mètres. « Sur la vidéo, on voit clairement cet homme en train de suivre Elena. Elle avait l’air anxieuse et n’arrêtait pas de regarder derrière son épaule. Elle a fini par traverser la rue et changer de trottoir, je pense qu’elle est rentrée dans un commerce. Je n’ai pas encore clairement identifié ce type mais je t’assure que ce n’est pas le genre de personne que tu veux voir trainer autour de ta soeur. » Je marquai une courte pause, laissant mon interlocuteur intégrer les informations. J’avais probablement été bien plus anxiogène que je l’aurais voulu. Je ne pouvais néanmoins pas croire que Will n’avait pas déjà imaginé mille et un scénarios concernant les réelles activités d’Elena. Je me demandais sérieusement comment il pouvait accepter qu’elle mène une telle existence sans poser davantage de questions et exiger davantage de réponses, d’autant plus qu’elle vivait tout de même sous son toit.

    Je croisai mes jambes et entrelaçai mes mains autour de mon genou. « Ecoute… une personne disparue ne refait pas surface par hasard. En général, il y a un facteur déclenchant. Peut-être qu’elle se sent acculée, menacée. Ou peut-être qu’elle a fait quelque chose qu’elle regrette, vécu un traumatisme particulièrement choquant. Elle est revenue vers toi par instinct de survie, parce que t’es sûrement celui en qui elle a le plus confiance.» Will était celui qui avait le plus de chances de la faire parler. Je voulais lui faire comprendre que c’était dans l’intérêt de sa soeur qu’il insiste, qu’il découvre ce qu’elle faisait de ses nuits, ce qu’elle avait fait de ses dix derniers mois. Quoi qu’il en soit, qu’il décide de changer de stratégie ou non, j’étais bien décidée à poursuivre mes investigations. J’avais déjà prévu de prendre la jeune femme en filature dans les jours prochains. Je n’allais pas le nier, je n’avais pas que les intérêts d’Elena en tête. La soeur de Will était ma meilleure chance de remonter jusqu’à l’homme de la vidéo et d’enfin faire progresser cette affaire qui me rendait littéralement folle. Mieux valait néanmoins pour moi que je taise ces motivations. Je pris une gorgée de bière, esquissant un discret sourire.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t269-will-ashby-how-much-more-can-they-take-from-me-they-got-my-blood-now-it-s-my-carhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t289-will-ashby-of-anger-fury-heartache-and-pain-baby#4673
avatar


■ En ville depuis le : 28/06/2015
■ Messages : 324
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : Pilote de rallye automobile / Mécano

■ Célébrité : Richard Madden
■ © Avatar : Sandy
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Will Ashby

Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Lun 6 Juin - 21:18:14

    En entrant dans le salon je me souvins de mon réveil brusqué par les coups à la porte. Je n’avais pas prit le temps de ramasser les dégâts que j’avais causé en me réveillant en sursaut. Je me dépêchais de replacer la table basse et de ramasser les restes de mon souper et de la bière que j’avais bue pour les rapporter à la cuisine qui était adjacente au salon. Je déposais la vaisselle dans l’évier et le reste sur le comptoir, je m’en occuperais lorsque je serais seul. J’ouvrais la porte du réfrigérateur et en sortais deux bouteilles de bière fraiches que j’apportais jusqu’au salon. Je déposais une bouteille sur la table basse devant Lisa qui s’était installé sur le canapé et m’assoyais à mon tour, prêt à l’écouter m’expliquer l’histoire de cette photo avec laquelle elle était arrivée ce soir.

    Celle-ci me pointa sur la photo le type qui suivait ma sœur et j’observais attentivement tout en écoutant ses explications. Je crispais les épaules en l’entendant dire que ce n’était pas le genre de type que je voulais voir trainer autour de ma sœur et je ressentis à la fois de la colère ainsi que de la peur. Je ne savais pas si j’étais en colère contre moi-même ou contre ma sœur. J’étais heureux qu’elle soit revenue, mais elle naviguait dans des eaux troubles. Qu’est-ce qui lui était arrivé lorsqu’elle était disparue ? Pourquoi n’avait-elle pas donné de nouvelles pour revenir et ne rien me dire sur son état ou sur ce qui l’avait poussé à s’éloigner de sa famille ? Je ne lui avais rien demandé en retour, beaucoup trop heureux de son retour pour me préoccuper de ce qu’elle faisait le soir lorsqu’elle quittait la maison. Ou bien j’avais préféré fermer les yeux la dessus pour ne pas qu’elle parte de nouveau. C’était ma petite sœur et ce que je voulais s’était de l’aider non ?

    « Merde Lisa… » Je me massais la nuque d’une main, n’arrivant pas à croire que ma sœur courait un véritable danger là dehors. C’était comme si je portais des œillères et que je préférais ignorer le problème au lieu de l’affronter en face. « Qu’est-ce que je devrais faire ? Tu sais qu’Elena est aussi ou même plus entêtée que moi. Et si elle refuse de me dire quoi que ce soit ? Et si elle décide de repartir ? Elle vient tout juste de revenir, je ne peux pas la perdre encore une fois. »

    Je me souvenais des mois d’angoisse que j’avais vécu lorsqu’elle était disparue et j’avais peur de l’angoisse que je vivais en ce moment. Je m’adossais contre le canapé, tournant mon regard vers la télévision sans vraiment regarder ce qui y jouait. « Je ne dis pas que je n’essaierai pas, mais je ne m’attend pas à grand-chose. Si je pouvais l’empêcher de sortir je le ferais, mais elle a 22 ans, je ne l’enfermerai tout de même pas dans sa chambre. » C’était cette fichu photo qui venait de réveiller la peur. J’avais presque envie de me lever du canapé et de partir à sa recherche immédiatement dans les rues de Houston. Et si cet homme était avec elle en ce moment même ? Ne devient pas parano Ashby, elle reviendra comme à tous les soirs. Mais demain, j’allais devoir me charger d’une discussion un peu plus énergique qu’à l’habitude. Malheureusement, nous partagions un même trait de caractère : L’obstination. Remercions la génétique paternelle.

__________________________________

Mon Image

We'll never drink your medicine and we'll never think your way
You're tied to an ideology from a book that's out of date
No room for your daft intolerance left in this day and age
We're not gonna go down quietly, we're not gonna be afraid
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 512
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Mer 15 Juin - 17:30:09

    Je jaugeai la réaction de Will tout en avalant ma gorgée de bière. Il avait l’air de s’être pris un coup de massue sur la tête, comme s’il venait de se faire frapper par une assommante vérité pourtant évidente. Il semblait réellement inquiet. J’avais réussi à l’alerter, c’était tout de même mon intention de base. Peut-être serait-il ainsi plus prompt à accepter mon aide et celle de la police. Je savais qu’il avait peur de ce que je pouvais mettre en lumière, des conséquences potentielles pour sa soeur, de ce que je ne pourrais être en mesure de taire ou de couvrir. Je pouvais certes faire rentrer Elena dans notre base d’indics et fermer les yeux en échange sur certains petits délits mais il y avait des infractions que je n’étais pas en mesure d’étouffer, aussi bien pratiquement que moralement. Nul ne savait dans quelles eaux troubles la jeune femme avait trempé. J’avais vu beaucoup de personnes honnêtes plonger dans l’enfer des gangs et de la criminalité par amour ou dépendance aveugle, suffisamment pour entretenir mes craintes.

    Je hochai la tête de gauche à droite en fronçant les sourcils lorsqu’il lança qu’il n’allait tout de même pas enfermer Elena dans sa chambre. « Ce serait la pire idée du monde. La dernière chose que tu souhaites c’est qu’elle se braque et qu’elle s’évapore à nouveau dans la nature » Il fallait absolument qu’il conserve un lien avec sa soeur, qu’il la garde à portée de vue. Si elle disparaissait encore, il risquait de la perdre à jamais. J’imaginais qu’Elena devait être farouche à présent, prête à fuir à la première menaces, probablement déjà tiraillée entre des intérêts divergents et soumise à des pressions terribles. Les personnes qu’elle semblait fréquenter savaient-elles qu’elle était retournée vivre chez son frère ? Will était-il également en danger ? Je me mordis un instant la lèvre. Je n’avais pas assez d’éléments pour me faire une idée claire de la situation. Il était temps de relancer l’enquête. Je fis rouler ma bouteille désormais à moitié vide entre mes paumes, esquissant un léger sourire. « Sois là pour elle, c’est tout. »

    J’avais besoin qu’elle se sente en sécurité pour pouvoir mener mon investigation au mieux. Il ne fallait pas qu’elle change ses habitudes. Si Will se montrait trop suspicieux, elle risquait même inconsciemment de redoubler de prudence. Je poursuivis, regardant mon interlocuteur dans les yeux. « Je m’occupe du reste. » Il savait pertinemment ce que je voulais dire par là. Je n’allais pas lui cacher mes intentions, il s’en serait de toute manière probablement rendu compte de lui même. J’étais bien décidée à suivre Elena afin de découvrir ce qu’elle mijotait. J’espérais bien évidemment pouvoir conclure à une fausse alerte. C’était possible après tout, des hommes suivent des femmes dans les rues pour toutes sortes de raisons. Néanmoins, je ne pouvais nier qu’une infime partie de moi souhaitait retrouver la trace de ce mystérieux type, faire le lien avec l’enquête qui m’obnubilait depuis tellement longtemps déjà et peut-être avancer, enfin.

    Je finis ma bouteille de bière et la reposai sur la table basse. On me disait souvent que j’avais une descente redoutable et je ne pouvais le nier. J’espérais que Will accepte de me laisser prendre les choses en main en toute connaissance de cause. En effet, si les premières filatures que je pouvais encore assumer sur mon temps libre s’avéraient fructueuses, j’allais rapidement devoir passer à la vitesse supérieure et alerter la police, mon unité du moins. J’avais certes une petite marge d’autonomie mais je n’étais que détective, j’avais des comptes à rendre.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t269-will-ashby-how-much-more-can-they-take-from-me-they-got-my-blood-now-it-s-my-carhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t289-will-ashby-of-anger-fury-heartache-and-pain-baby#4673
avatar


■ En ville depuis le : 28/06/2015
■ Messages : 324
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : Pilote de rallye automobile / Mécano

■ Célébrité : Richard Madden
■ © Avatar : Sandy
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Will Ashby

Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Mer 15 Juin - 23:58:53

    Je la regardais et hochais la tête. Je savais qu’elle ferait son possible pour trouver ce que ma sœur me cachait ou même encore pour découvrir avant celle-ci ce qui clochait derrière cette histoire. J’avais confiance en Lisa, je savais qu’elle finirait par trouver. De mon côté, je n’avais pas grand pouvoir de persuasion et j’avais peur que ma sœur ne décide de partir si je posais trop de questions. Elle était disparue pendant assez longtemps pour que je n’aie pas envie de la brusquer. Je pourrais toujours y aller subtilement, mais je n’étais pas vraiment du genre subtil. Je l’avais déjà questionné lorsqu’elle était revenue et j’en avais retiré ce que je savais maintenant, pas grand-chose.

    « Je te fais confiance. Mais j’ai peur que quelque chose lui arrive. J’espère que tu trouveras ce type bizarre qui la suit… » Dis-je en m’imaginant l’attraper moi-même pour lui faire son compte.

    Malheureusement, je n’avais aucun pouvoir la dedans. Je n’avais aucunement l’intention de me mettre à suivre ma sœur en pleine nuit et encore moins de m’en prendre à son persécuteur si on peut le dire ainsi. C’était difficile de s’imaginer continuer une vie normale dans un moment pareil, mais je n’y pouvais absolument rien. Je prenais une gorgée de bière que je n’avais pas encore entamée. Il y a encore 10 minutes j’étais endormi sur ce canapé, complètement crevé par ma journée et me voila pleinement éveillé. Je ne savais pas si j’arriverais à fermer l’œil cette nuit jusqu’à ce que j’entende la porte d’entrée ouvrir et les pas de ma sœur dans l’escalier menant au premier étage. Ses sorties m’avaient toujours légèrement alerté mais maintenant que j’avais vu quelque chose de concret, j’avais vraiment l’impression que tout cela était réel. Je tapotais sur ma bouteille de bière, me demandant si j’allais réussir à la terminer.

    « J’imagine que tu vas alerter les policiers qui travaillaient sur son dossier. Et ceux-ci vont probablement l’annoncer à mes parents. J’ai déjà hâte à la prochaine réunion de famille, ça devrait être explosif. »

    Je prenais une longue gorgée de bière, en ressentant soudain l’envie. Mon père s’était comporté en vrai imbécile depuis qu’Elena était disparue. En vieillissant il était devenu acariâtre et se fichait bien de qui il pouvait blesser au passage. J’avais finit par m’y habituer et ne plus en faire de cas, mais j’imaginais que lorsqu’il apprendrait la nouvelle il voudrait bien m’arracher la tête (et celle de ma sœur aussi).

    « Je ne sais pas si tu te souviens. Papa a toujours été assez tyrannique. Il nous en a fait voir de toutes les couleurs à moi et maman depuis qu’Elena est disparue. Il est bien la dernière personne à qui j’ai envie d’apprendre la nouvelle. » Dis-je en passant nerveusement une main dans ma barbe.

    Il avait peut être trop prit à cœur notre éducation et notre avenir. Lorsque j’étais enfant et que j’osais revenir à la maison avec une mauvaise note, je me retrouvais au lit avant même que le soleil ne soit couché. C’était assez pénible, mais au moins il n’avait jamais eu recourt à la violence physique. C’était surtout des punitions du genre, dans ta chambre pour la soirée ou pas de télévision pour la semaine à venir. Et ma mère était celle qu’on allait voir pour se faire réconforter ou lorsqu’on avait besoin de quelqu’un pour prendre notre défense.

__________________________________

Mon Image

We'll never drink your medicine and we'll never think your way
You're tied to an ideology from a book that's out of date
No room for your daft intolerance left in this day and age
We're not gonna go down quietly, we're not gonna be afraid
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 512
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Sam 18 Juin - 21:40:27

    Je faisais tout mon possible pour avoir l’air professionnelle, sûre de moi et rassurante. J’étais douée pour tromper les apparences, cela faisait partie de mon métier après tout. En réalité, j’étais loin d’être sereine. Cette affaire et ses multiples ramifications n’avaient fait que semer le chaos dans mon existence si bien que j’en devenais presque superstitieuse. Quant à l’enquête en elle-même, je n’étais pas prête de voir la lumière au bout du tunnel. Je sentais qu’il manquait une pièce essentielle au puzzle, pièce sans laquelle j’étais vouée à stagner. J’esquissai un rictus. Je réalisais que j’avais implicitement pris une responsabilité que je n’étais pas certaine de pouvoir assumer. Si quelque chose arrivait à Elena, Will ne me le pardonnerait probablement jamais. Et moi non plus.

    Will évoqua la suite des événements. Il avait de lui-même compris que je n’avais d’autre choix que d’alerter mes collègues. Il ne semblait pas m’en vouloir. Je soupirai doucement. « Je peux lui donner quelques jours mais il va falloir que je les informe. Si je trouve quoi que ce soit de suspect, je ferais en sorte que mon unité reprenne l’enquête. » Et j’avais la désagréable intuition que ce serait le cas. C’était son regard, son attitude sur la vidéo. Je n’aurais guère su l’expliquer mais quelque chose clochait, la scène ne ressemblait pas à un banal harcèlement de rue. Je m’appuyai contre le dossier du sofa tout en regardant mon interlocuteur. Si ce n’était pas déjà le cas, il devait maintenant avoir compris que le type suspect était lié à un gang.

    Je tenais cependant à préciser un autre point. J’allais ouvrir la bouche lorsque Will commença à parler de son père. Bien évidemment que je me souvenais de lui, pas de la même manière que la fratrie Ashby toutefois. Je me rappelais que je les observais parfois à travers la fenêtre, l’estomac soulevé par un mélange d’émotions difficiles à démêler. J’avais toujours manqué d’un père, même avant qu’il ne s’évapore dans la nature. John était passionné par son travail et ses recherches, bien plus que par sa famille. Après sa disparition, subrepticement, c’était ma mère qui s’était effacée, dissoute par la dépression, l’alcool et les médicaments. Je n’étais pas dupe, je me doutais déjà à l’époque que la vie n’était pas nécessairement plus rose de l’autre côté de la clôture mais je ne pouvais m’empêcher de ressentir un pincement au coeur lorsque je surprenais les Ashby en famille. Un relent de tristesse monta jusqu’à mes yeux qui fuirent en direction de la fenêtre. Je me rappelais de manière assez vivace à quel point j’avais pu me sentir seule pendant mon adolescence. Je passai ma main dans mes cheveux et revins aux préoccupations qui m’occupaient avant ce petit détour par le cimetière de souvenirs que je préférais voir rester enterrés. « Elena est majeure et vaccinée, la police n’a pas à tenir au courant vos parents ni qui que ce soit de son retour. »

    Je soupirai à nouveau, croisant les bras. Je n’avais pas prévu de me laisser bouleverser ainsi. J’étais probablement à fleur de peau depuis le décès officiel de mon père. Will ne devait même pas être au courant, je n’en avais parlé à personne en dehors du commissariat. Mon père était mort à mes yeux depuis tellement longtemps déjà, pourquoi étais-je à ce point chamboulée ? Je reportai mon attention sur Will. « Ton père doit être mort d’inquiétude, il a peut-être la rage contre le monde entier mais je pense que c’est à lui-même qu’il en veut surtout. » Je commençais à avoir une certaine expérience avec les familles de victimes et leurs mécanismes de défense. Monsieur Ashby s’était construit une carapace tellement acérée qu’elle écorchait tous ceux qui se trouvaient dans son périmètre mais c’était probablement ce qui lui permettait de se lever chaque matin tout en sachant qu'il avait laissé sa propre fille lui glisser entre les doigts.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t269-will-ashby-how-much-more-can-they-take-from-me-they-got-my-blood-now-it-s-my-carhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t289-will-ashby-of-anger-fury-heartache-and-pain-baby#4673
avatar


■ En ville depuis le : 28/06/2015
■ Messages : 324
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : Pilote de rallye automobile / Mécano

■ Célébrité : Richard Madden
■ © Avatar : Sandy
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Will Ashby

Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Lun 20 Juin - 23:10:16

    J’étais inquiet mais aussi presque soulagé d’apprendre que la police serait mise au courant pour ma sœur. Dans un autre sens, les problèmes n’étaient pas tous réglés, loin de la. Il restait encore ce mystère du pourquoi Elena sortait le soir et qui elle rencontrait. Je me demandais ce qu’elle faisait lorsqu’elle n’était pas à la maison et j’espérais que rien ne lui arriverait. Certains quartiers de la ville étaient extrêmement dangereux. Nous étions quand même situé dans un bon quartier et il n’y avait pas de réel danger dans les environs, mais si elle rejoignait le centre ville, je ne pouvais pas l’en empêcher ni la protéger. Au début j’avais voulu la suivre et je lui avais demandé où elle allait, mais je me butais à un mur. C’était comme parler à un arbre. Elle me disait qu’elle ne pouvait pas me le dire et avait même laissé glisser une fois que c’était trop dangereux. J’oubliais parfois qu’elle n’était pas tout à fait humaine. Elle pouvait se transformer en je ne sais quel animal. J’imaginais que si elle arrivait en se transformer en lion ou quelque chose dans le genre, personne ne pouvait vraiment lui faire du mal. Peut être serais-je une nuisance si je décidais de me mêler de cette histoire. Je n’avais pas griffes ou de crocs pour me défendre, je n’étais qu’un petit humain sans défense après tout. Je frissonnais et tentais de garder un air neutre en prenant une autre gorgée de bière. C’était alarmant de s’imaginer qu’une bande de gens arrivant à se transformer en animal pouvaient se réunir entre eux. Que faisaient-ils ? Je ne pourrais probablement jamais le savoir.

    Lorsque Lisa me dit que la police n’avait pas à avertir mes parents, j’hochais lentement la tête en me disant que ce serait à moi de le faire et c’était presque mieux ainsi. Ou pas. Je crois que mon visage pâli à l’idée de confronter mon père et je tapais nerveusement du pied sur le sol, prenant une longue gorgée de ma bouteille. Allais-je sortir de cette rencontre vivant ? Probablement pas sans blessure, physique ou mentale. J’avais réfléchi aux conséquences en n’avertissant personne du retour de ma sœur mais jamais je ne m’étais soucié du moment où j’allais devoir l’apprendre à mes proches.

    « Je peux te dire qu’il est en colère contre le monde entier. Mais lorsque je lui apprendrai qu’Elena est de retour et vit chez moi, sa colère va se retourner contre moi. » Je regardais Lisa et semblait remarquer un changement d’attitude. Peut être était-ce dans ma tête. Je ne voyais pas en quoi parler de mon père aurait pu la faire réagir. J’avais connu ses parents lorsque nous étions enfants, peut être avais-je oublié des détails de sa vie familiale. Pour détendre l’atmosphère (et probablement par fatigue également), je fronçais les sourcils et dis : « Tu pourrais peut-être me donner des trucs pour barricader la maison. Lorsque je vais lui avoir annoncé la nouvelle, je ne voudrais pas qu’il entre en trombe chez moi pour tout détruire. »

    Je souriais et finissais ma bière que je déposais sur la table basse. Je savais pertinemment que mon père ne me suivrait pas jusqu’à la maison, j’avais juste un peu exagéré. Juste un peu. J’attrapais la télécommande et décidais de changer de chaine (il était un peu tard pour ça, la comédie musicale jouait déjà depuis le début de cette conversation). Tout en zappant je rajoutais : « Je vais aller chez mes parents dans les prochains jours. Je vais leur annoncer qu’Elena est revenue dans le décor et qu’elle va bien. Ça devrait leur enlever un poids de sur les épaules. » Et dans notre cas, car je savais que Lisa s’investirait dans cette enquête, nous aurions des moments d’angoisse à vivre. Je n’étais peut être pas policier et je ne pourrais pas m’investir la dedans, mais je ferais en sorte que ma sœur soit en sécurité entre les quatre murs que j’appelais ma maison.

__________________________________

Mon Image

We'll never drink your medicine and we'll never think your way
You're tied to an ideology from a book that's out of date
No room for your daft intolerance left in this day and age
We're not gonna go down quietly, we're not gonna be afraid
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 512
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Sam 25 Juin - 20:07:26

    J’avais l’impression que les relations qu’entretenaient Will et son père étaient loin d’être au beau fixe et que cela dépassait largement l’affaire de la disparition d’Elena. Ce dernier semblait réellement appréhender leur future confrontation. Il tentait de faire de l’humour mais il avait l’air sincèrement affecté. Je lui rendis son sourire. « Je dois bien avoir un gilet pare-balles en rab pour toi. » D’après mes souvenirs, la diplomatie n’était effectivement pas la meilleure qualité du père de Will. Je m’estimais plutôt heureuse de ne jamais l’avoir mis en rogne à l’époque.

    J’eus du mal à réprimer un froncement de sourcils lorsque Will m’annonça son intention d’avouer la vérité à ses parents. Je ne pouvais m’empêcher de penser que cette décision devait revenir à Elena et à elle seule, que personne n’avait le droit de lui voler cette responsabilité. Peut-être avait-elle des raisons valables d’épargner ses proches et, quand bien même elle n’en aurait pas la moindre, c’était tout de même sa vie. Je ne me permis néanmoins aucune réflexion, je ne me sentais pas le droit de m’immiscer ainsi dans leurs affaires de famille, d’autant plus qu’en ce domaine, je n’étais absolument pas une référence. Je ne parlais plus à ma mère depuis des lustres. J’avais perdu mon frère de vue. Notre noyau familial avait éclaté, propulsant chacun de ses composants sur des orbites totalement différentes. En un sens et même si prendre de la distance m’avait probablement sauvé la vie, j’avais clairement failli à mon rôle de fille, de soeur. Je n’étais personne pour juger Will. Peut-être qu’il partageait avec Elena une complicité, une connivence que je ne parviendrai jamais à comprendre. Peut-être que ce qui m’apparaissait comme un affront n’était qu’une manifestation concrète de ce qu’un être humain peut, voire doit faire pour quelqu’un qu’il aime. Peut-être que j’étais celle à côté de la plaque. Moi, mon indépendance farouche, ma peur viscérale de l’intimité, mon impénétrable façade.

    La sonnerie de mon téléphone interrompit ce moment d’introspection. Après quelques secondes de fouille archéologique intensive dans les tréfonds de mon sac à main, je finis par en extraire l’appareil. Mon visage se crispa lorsque je vis que l’appel provenait d’un numéro masqué. C’était la deuxième fois de la journée et approximativement la dixième de la semaine. Lorsque je décrochais, personne ne daignait répondre. Je pris une inspiration légèrement plus profonde qu’habituellement et me levai afin de m’éloigner un peu. Une fois face à la fenêtre, je fis glisser mon doigt sur l’écran puis collai mon téléphone contre mon oreille. « Allo ? » Le silence au bout du fil n’était troublé que par un bruit à peine contenu de respiration. « …. Allo ? » Toujours aucune réaction. Je levai les yeux au ciel et raccrochai. Quelqu’un tentait vraisemblablement de me mettre la pression. J’avais beaucoup d’ennemis, quelques procès de criminels que j’avais contribué à faire écrouer en approche, sans compter la soi-disant menace rapportée par mon père dans ses derniers mots. Il ne fallait pas que je me laisse atteindre par la peur. Je rangeai mon portable dans ma poche et retournai m’assoir sur le canapé. « Et toi, ça va aller ? Moi qui croyais t’apporter une bonne nouvelle… » A la place, je venais de lui apprendre que sa soeur se faisait suivre par un type fort peu recommandable. Ce n’était pas évident à encaisser. Ma question était quelque peu stupide mais s’était échappée de mes lèvres, par sincère préoccupation mais probablement également pour éloigner mon attention de ce satané téléphone.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t269-will-ashby-how-much-more-can-they-take-from-me-they-got-my-blood-now-it-s-my-carhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t289-will-ashby-of-anger-fury-heartache-and-pain-baby#4673
avatar


■ En ville depuis le : 28/06/2015
■ Messages : 324
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : Pilote de rallye automobile / Mécano

■ Célébrité : Richard Madden
■ © Avatar : Sandy
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Will Ashby

Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Dim 26 Juin - 20:27:43

    Je souriais à la réplique de Lisa sur le gilet par balle et mon regard dévia de nouveau sur l’écran de télévision. Maintenant que les émotions avaient été vécues, tout semblait retourner dans un certain calme apaisant. Après tout, il était passé 23h00 et j’avais passé la journée à travailler au garage depuis 7h00 ce matin. L’arrivée de Lisa m’avait réveillé d’une manière assez brutale mais maintenant que tout semblait être revenu à la normale (ou presque) je sentais mes paupières redevenir lourdes et je n’arrivais pas à écouter ce qui se passait à la télé. J’avais arrêté de changer de chaine et il me semblait que c’était une série policière, tout à fait adapté pour le moment. Je m’étais toujours demandé si les flics écoutaient ce genre de série, je n’avais jamais osé le demander à Lisa, c’aurait été stupide.

    Puis j’entendis une sonnerie de téléphone et je sentis mon rythme cardiaque accélérer radicalement. Je pensais à Elena et au fait qu’elle était encore dehors à cette heure-ci faisant je ne sais quoi avec je ne sais qui. Je me redressais sur le canapé, ne m’ayant pas aperçu que je m’étais laissé glisser contre le dossier, une position parfaite pour une sieste. Je regardais rapidement autour de moi, ne me souvenant plus où j’avais laissé mon téléphone portable jusqu’à ce que je vois Lisa tirer son appareil de son sac. À voir son expression, c’était elle qui avait reçu un appel. J’en fus presque soulagé. Elena ne m’appelait jamais à cette heure, car en temps normal je dormais déjà. Je m’étais imaginé que si c’était elle qui appelait, elle était probablement en danger. Mais comme mon téléphone n’avait pas sonné, je m’adossais de nouveau contre le dossier du canapé et observais silencieusement la femme assise à côté de moi. Peut être était-ce lié à son travail ? Lorsqu’elle se leva, j’en profitais pour m’étirer, réprimant un bâillement. Je me passais une main dans le visage et me grattais pensivement le cou. Peut être ne m’avait-elle pas apprit que ma sœur était à Houston (ce que je savais déjà), mais ce qu’elle m’avait révélé m’inquiétait grandement. Qu’elle ait été suivie dans cette ruelle par quelqu’un qui était filé par la police, ce n’était pas une bonne nouvelle, loin de là. Je me demandais quel milieu elle fréquentait pour qu’un entourage de gens peu recommandables la suive.

    Je posais mes coudes sur mes jambes et pressais mon menton dans le creux de ma main. Mon regard se perdit dans l’écran de la télé et je ne distinguais pas l’action qui s’y déroulait. J’écoutais Lisa tenter de rappeler quelqu’un sur son téléphone mais sa tentative sembla être vouée à l’échec. Je tournais la tête pour la regarder revenir s’assoir sur le canapé et secouais la tête à sa question.

    « Je vais m’en sortir, c’est pour Elena que je suis inquiet. Mais j’ai l’habitude de me faire un sang d’encre pour elle, ce n’est pas comme si c’était nouveau. »

    Depuis qu’elle était adolescente les problèmes semblaient s’être multipliés. Ça faisait au moins 6 ans maintenant que je vivais dans la constante angoisse que quelque chose de grave arrive à ma sœur. Aujourd’hui plus qu’avant, je dois l’avouer.

    « Je ne dormirai probablement pas de la nuit, mais c’est pourquoi le café existe. »

__________________________________

Mon Image

We'll never drink your medicine and we'll never think your way
You're tied to an ideology from a book that's out of date
No room for your daft intolerance left in this day and age
We're not gonna go down quietly, we're not gonna be afraid
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 512
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Sam 2 Juil - 11:44:24

    J’écoutais Will, les sourcils légèrement froncés et un discret rictus sur le visage. Elena avait de la chance que l’on s’inquiète autant pour elle. J’avais vu bien trop de gamines complètement délaissées sombrer, s’enfonçant parfois toujours plus loin dans l’auto-destruction avec en tête, plus ou moins inconsciemment, le simple espoir qu’on les remarque, qu’on les tire vers la surface. C’était un chemin trop souvent sans retour. J’ignorais la réelle nature des raisons qui avaient poussé Elena à disparaître, qui la poussaient encore à se mettre en danger mais elle disposait d’un élément essentiel pour s’en sortir : le soutien d’un entourage aimant. Je me sentais touchée par le lien qui unissait les Ashby pour une autre raison. Etre témoin de leur relation mettait en exergue quelque chose que je n’avais pas. J’étais persuadée que si j’avais été à la place d’Elena, personne ne serait réellement parti à ma recherche. On aurait probablement signalé ma disparition à la police, on aurait peut-être fait mine d’être inquiet, choqué voire triste mais de là à ce que je manque véritablement, viscéralement à quelqu’un, il y avait un monde. Voilà ce que j’avais gagné à être aussi froide et inaccessible.

    Will évoqua sa probable insomnie à venir, louant les mérites du café. J’élargis mon sourire. « La meilleure invention buvable du monde, après le vin. » Je ne connaissais que trop bien l’enfer des nuits blanches. Il m’arrivait occasionnellement d’avaler quelques comprimés pour trouver le sommeil. Je savais que c’était loin d’être sain et j’essayais d’éviter que cela devienne une habitude systématique mais j’en avais régulièrement besoin. Je croisai mes jambes. « Elena s’en sortira, c’est une fille intelligente. » J’espérais réellement qu’elle ferait les bons choix.

    Mon portable vibra soudain contre ma cuisse, je le sortis immédiatement de ma poche avec une certaine appréhension et le posai sur la table. Je venais de recevoir un MMS provenant d’un numéro que je ne connaissais pas. J’ouvris le message d’un mouvement de doigt. C’était une photo de moi, téléphone à l’oreille, prise de toute évidence à travers la fenêtre quelques instants plus tôt. Je blêmis tandis qu’un frisson me parcourut de la tête aux pieds. Je levai les yeux vers Will qui avait sûrement eu le temps de voir le cliché. Je sentis une certaine colère monter en moi, je considérais cette intrusion dans mon intimité comme un intolérable affront. Peut-être que la rage était pour moi un sentiment plus facile à assumer que la peur. Je me levai brusquement, me dirigeant vers la porte d’entrée, bien décidé à débusquer l’indélicat photographe. Je m’arrêtai net après quelques mètres. Et si c’était un piège ? Et si j’étais en train de faire exactement ce qu’on attendait de moi, soit m’engager seule dans la nuit au beau milieu d’un quartier résidentiel désert ?

    Je me mordis la lèvre inférieure, revenant sur mes pas. Je détestais me sentir en insécurité comme c’était le cas actuellement. Et si mon père avait raison ? On tentait clairement de m’intimider. Je lançai un regard à Will. Je le mettais clairement en danger en restant chez lui. Je n’avais aucune idée de la réelle ampleur de la menace mais il y avait une probabilité non négligeable pour qu’un gang en soit à l’origine et les gangs n’ont généralement que peu de scrupules. Je n’avais aucune envie que Will fasse partie des dommages collatéraux. J’attrapai ma veste. « Je crois qu’il vaut mieux que j’y aille. Merci pour la bière. » Ma voiture était à quelques mètres de la porte et j’avais mon arme sur moi. Tout irait bien.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t269-will-ashby-how-much-more-can-they-take-from-me-they-got-my-blood-now-it-s-my-carhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t289-will-ashby-of-anger-fury-heartache-and-pain-baby#4673
avatar


■ En ville depuis le : 28/06/2015
■ Messages : 324
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : Pilote de rallye automobile / Mécano

■ Célébrité : Richard Madden
■ © Avatar : Sandy
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Will Ashby

Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Lun 4 Juil - 23:44:50

    C’était sans le vouloir que je regardais l’écran du téléphone de Lisa. Le regard attiré par la lueur de l’objet, je vis ce qui semblait être une photo de la devanture de la maison et plus précisément la fenêtre du salon. On y voyait Lisa, dans la même position que tout à l’heure lorsqu’elle s’était placée devant la fenêtre pour faire un appel… Mais qu’est-ce que ça voulait dire ? Est-ce qu’on l’avait suivit jusque chez moi ? Cette photo avait été prise quelques minutes plus tôt. J’en venais donc à la conclusion qu’il y avait quelqu’un dehors en train d’observer par la fenêtre de la maison. Lorsque celle-ci leva les yeux de l’écran, je la regardais d’un air confus, me demandant pourquoi on l’a narguait de la sorte. C’était peut être du au fait qu’elle enquêtait pour la police. Peut être avait-elle brusqué un certain individu ? Je pouvais bien émettre des centaines d’hypothèses, je n’avais aucune idée de qui pouvait bien lui faire un coup de la sorte.

    Lorsqu’elle se leva du canapé pour rejoindre la porte d’entrée, je me levais à mon tour. J’avais eu comme première intention de la retenir mais lorsque je me tournais vers la fenêtre, je vis une silhouette sombre près d’un lampadaire dans la rue déserte, faisant face à la maison. Qu’est-ce que cette personne pouvait bien manigancer ? J’avais l’étrange impression que tout cela n’était pas lié qu’à une simple enquête. Je détournais quelques secondes le regard de la fenêtre pour voir que Lisa avait fait demi-tour et en me retournant, la silhouette était disparue. Un frisson me parcouru l’échine et je m’empressais de fermer les rideaux de la fenêtre. Se faire espionner par la fenêtre de sa maison est loin d’être rassurant.

    « J’ai vu quelqu’un dehors. En fait, il y avait quelqu’un. De l’autre côté de la rue. Il observait la maison. » Dis-je à Lisa, espérant la retenir un peu. Et si elle sortait et se faisait attaquer par cet individu ? Je savais qu’elle était de la police, j’étais bien au courant qu’elle arriverait à se défendre, mais fallait il réellement tenter le sort ? Je ne savais pas qui se cachait de l’autre côté de la rue. Peut être était-il dangereux et n’attendait que le bon moment pour se montrer ? Je me sentais nerveux à l’idée de la voir sortir de la maison après la vision qui m’était apparu par la fenêtre.

    « Écoute, je t’offre de rester dormir ici cette nuit. Je sais que ta voiture n’est pas très loin de la maison, mais j’ai l’impression que sortir d’ici ne serait pas une très bonne idée. »

    Et si Elena revenait au même moment ? Cette pensée retira toute la fatigue qui m’envahissait encore il y a quelques minutes. J’étais totalement éveillé maintenant. Rien de mieux qu’une bonne frousse pour remplacer un café. J’avais envie de téléphoner à ma sœur immédiatement mais je voulais tout d’abord m’assurer que Lisa ne se jetterait pas dans un piège si elle décidait de retourner à son véhicule.

    « Tu ne dérangerais pas, il y a une chambre de libre à l’étage. »

    Et je n’aurais pas à angoisser en la regardant sortir de la maison. J’avais encore l’image de la silhouette dehors sous le lampadaire. Quelqu’un l’avait suivit jusque chez moi et l’avait prise en photo pour ensuite la lui envoyer. C’était à la hauteur des plus grands thrillers du cinéma.

__________________________________

Mon Image

We'll never drink your medicine and we'll never think your way
You're tied to an ideology from a book that's out of date
No room for your daft intolerance left in this day and age
We're not gonna go down quietly, we're not gonna be afraid
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 512
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Jeu 7 Juil - 17:40:56

    Je serrai nerveusement ma veste dans mes bras croisés contre ma poitrine. Je n’étais pas facilement impressionnable mais je ne pouvais ignorer la peur qui commençait à s’emparer de moi. Ashby avait clairement vu un individu roder dans les parages et ce n’était sûrement pas par intérêt pour l’architecture locale. Mes suspicions devenaient de plus en plus concrètes. Je n’avais néanmoins qu’une idée très vague de la menace qui pesait sur moi et des raisons pour lesquelles on tentait de m’intimider. Le visage de l’ennemi restait flou, trop flou pour que je puisse anticiper quoi que ce soit. Je me sentais terriblement impuissante, je ne savais pas comment reprendre le contrôle. Will me proposa de rester dormir chez lui ce soir. Je dissimulai une discrète grimace. Bien évidemment que mon instinct de survie me criait de ne pas franchir cette porte mais ce dernier n’était pas le seul à avoir son mot à dire dans mon esprit. « Merci Ashby, j’apprécie beaucoup mais j’ai pas envie de te mettre en danger. Si j’ai raison concernant le profil de ces types… » Je me mordis la lèvre inférieure en détournant le regard. Les premiers suspects dans ma ligne de mire étaient les ordures dégénérées qui avaient brûlé mon père vivant. Ils étaient capables de tout.

    Je levai les yeux vers Will, les sourcils froncés. « J’ai juste besoin de réfléchir un instant. » J’allai vérifier que la porte d’entrée était verrouillée puis retournai dans la pièce principale, me positionnant de manière à ne pas être visible par la fenêtre. Il fallait que je me calme, que j’aborde cette histoire avec méthode, avec détachement. S’ils avaient réellement voulu me tuer ce soir, ils m’auraient épargné ce petit jeu téléphonique et auraient tranquillement attendu que je sorte pour me cueillir. Ils jouaient avec moi et semblaient ne pas encore en avoir eu assez, je n’avais probablement rien à craindre dans l’immédiat. Je pouvais me permettre de prendre un peu de temps et de récolter quelques informations. Il fallait que j’interroge Will. « Est-ce que tu pourrais me décrire le type ? Est-ce qu’il avait un tatoua… » Je fus interrompue par la sonnerie de mon portable qui retentit à nouveau.

    Ma respiration se suspendit. Je restai quelques secondes figée sur place, immobile. Le plus sage aurait probablement été d’appeler des renforts, de prévenir mon chef d’unité, mon partenaire, Wright, n’importe qui mais je n’en avais pas envie, j’avais toujours préféré régler mes problèmes seule. Je décrochai sans dire un mot. Une voix se fit enfin entendre. « Arrête ta petite enquête Blackwell ou la prochaine c’est toi. » Mon interlocuteur raccrocha, me laissant interloquée au bout du fil. J’entendis soudain un violent vrombissement de moteur. Je balançai ma veste sur le sofa, me précipitant aussitôt à la fenêtre qui donnait sur la rue pour voir un break noir disparaître dans la pénombre. La plaque d’immatriculation était judicieusement dissimulée. Je luttai pour ne pas balancer un coup dans le mur lorsque mon regard s’arrêta sur ma propre voiture. Un couteau était planté dans un de mes pneus. Je me mis à respirer profondément, cherchant à garder mon calme. « Oh le connard… » Je fis doucement volte-face, à la fois enragée et dépitée. Je tentais de voir le verre à moitié plein, me persuadant que cette fourberie ne pouvait être que l’apothéose du show de ce soir. Le message était parfaitement passé mais, loin de l'avoir considéré comme un avertissement à suivre, je l’avais plutôt reçu comme une déclaration de guerre.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t269-will-ashby-how-much-more-can-they-take-from-me-they-got-my-blood-now-it-s-my-carhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t289-will-ashby-of-anger-fury-heartache-and-pain-baby#4673
avatar


■ En ville depuis le : 28/06/2015
■ Messages : 324
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : Pilote de rallye automobile / Mécano

■ Célébrité : Richard Madden
■ © Avatar : Sandy
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Will Ashby

Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Jeu 7 Juil - 23:54:28

    Elle avait peur de me mettre en danger ? Le ton qu’elle avait utilisé ne m’effrayait pas vraiment. J’avais l’impression d’être en danger depuis un moment déjà. En fait depuis que j’avais recueilli Elena chez moi. Toutes ces histoires de métamorphe et de gens qui cherchait à la tuer, et puis maintenant cette photo que Lisa m’avait apporté ce soir. J’avais bien une arme à feu de caché dans ma chambre à coucher au cas où (on ne sait jamais), mais je doutais de m’en servir un jour. En tout cas, je préfèrerais qu’elle ne serve jamais. Mais dans ce monde de fou, il fallait toujours s’attendre à l’imprévisible. Un peu comme ce soir avec cet étrange qui surveillait Lisa de l’autre côté de la rue. Sur quel cas travaillait-elle pour qu’on la suive ? Surtout jusque chez moi. Je ne croyais pas vraiment être en danger, je craignais plus pour elle. Je n’étais qu’un méchano après tout. Ou peut être les gangs de rue se mettrait à m’attaquer pour avoir des réparations gratuites sur leurs vieilles bécanes ?

    J’hochais la tête lorsque Lisa me dit qu’elle avait besoin de réfléchir un instant. Pendant qu’elle marchait dans la maison, je retournais sur le sofa et croisais les bras, réprimant un bâillement. J’avais beau être complètement crevé, je savais qu’aussitôt la tête sur l’oreiller, j’aurais les deux yeux grands ouverts et n’arriverais pas à trouver le sommeil. Comment est-ce que je pourrais arriver à dormir après une fin de soirée pareille ? En temps normal c’était du à mon taux d’alcoolémie mais disons que ce soir ce serait pour l’étrangeté de la situation. Lorsque Lisa se mit à me parler, je relevais la tête. Mais avant même qu’elle ne termine ce qu’elle avait à dire, son téléphone sonna de nouveau. Je gardais le silence, n’osant pas bouger un muscle. Est-ce que ça allait finir par arrêter ? Lorsque j’entendis un vrombissement à l’extérieur, je me levais d’un bond et rejoignais la fenêtre pour voir ce qui s’y produisait.

    « Il ne doit pas faire de check up souvent pour avoir un son pareil. » Dis-je sans trop m’en rendre compte.

    C’était l’habitude il faut croire. Mais il avait vraiment un son horrible. Peut être que les criminels n’avaient pas l’habitude de prendre rendez vous au garage pour faire vérifier leur voiture. Je fronçais les sourcils en apercevant la voiture de Lisa. Puis elle sembla remarquer à son tour ce qui était arrivé. La personne qui s’en était prise à sa voiture avait agit en amateur. Crever un pneu ? Était-ce supposé être menaçant ? Lisa semblait beaucoup plus furieuse qu’effrayé en tout cas.

    « Par chance, je peux changer un pneu en moins de 10 minutes. Disons 20 en pleine nuit. » Estimais-je en observant le pneu dans lequel on avait laissé un couteau. « Il ne doit pas avoir fait ses recherches, parce que s’il avait su que ton ami est le meilleur méchano en ville, il n’aurait jamais pensé crever le pneu de ta voiture. »

    Dans un sens c’était vrai. Mais il restait l’ultime question. Celle qui me brulait les lèvres depuis tout à l’heure.

    « Mais j’aimerais savoir ce qui se passe. C’était qui ce type ? Et pourquoi il te suit de la sorte ? Est-ce que ça fait longtemps que c’est comme ça ? » C’était plus qu’une question. Mais je ne pouvais pas me contenter d’une seule question pour satisfaire ma curiosité.

__________________________________

Mon Image

We'll never drink your medicine and we'll never think your way
You're tied to an ideology from a book that's out of date
No room for your daft intolerance left in this day and age
We're not gonna go down quietly, we're not gonna be afraid
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 512
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Dim 10 Juil - 19:20:31

    Je restais quelques secondes adossée contre la fenêtre, pensive. Pourquoi un gang capable de brûler un homme vif se contenterait-il d’envoyer un sbire faire quelques blagues téléphoniques et enfoncer un pauvre couteau dans un pneu ? Si j’étais si menaçante que cela, pourquoi étais-je encore en vie ? Je n’étais pas si difficile à tuer, aucun être vivant ne l’est. Le problème pouvait être très rapidement résolu, il suffisait d’une balle bien placée entre les deux yeux. Peut-être que ça les arrangeait qu’une femme comme moi soit en charge de cette enquête, peut-être qu’ils pensaient réellement pouvoir me manipuler. Qu’est-ce que cela signifiait ? Que je n’étais pas assez agressive, Que je n’allais pas assez loin ? Que je n’avais pas suffisamment confiance en moi ? Sûrement un peu des trois. Peut-être estimaient-ils également qu’il fallait rester raisonnable, qu'en tapant trop fort ils risqueraient de me pousser à tirer la sonnette d’alarme, à alerter mon équipe qui serait enfin obligée de prêter attention à ce qu’ils considéraient comme des élucubrations. Le jour où mes collègues me prendraient véritablement au sérieux, peut-être que la police se donnerait réellement les moyens de tirer cette affaire au clair et cela ne pouvait qu’être délétère pour ce fichu gang. Dans l’absolu, ce serait une bonne chose. D’un autre côté, il y avait mon père, ses secrets que je ne voulais pas voir exposés aux yeux du monde, du moins pas avant d’en avoir pris connaissance moi-même. Je me sentais tiraillée mais je savais que je ne résoudrais pas ce conflit interne ce soir. J’étais trop épuisée et impliquée pour être perspicace, je n’avais pas les idées claires.

    Je jetai un regard par la fenêtre, tout avait l’air paisible. Le calme après la tempête, peut-être avant aussi, seul l’avenir nous le dirait. Will finit par désigner l’éléphant au milieu de la pièce, me lançant une salve de questions. Je croisai les bras. « En général, un flic qui ne se fait jamais menacer c’est un flic qui fait mal son travail… » Je n’avais rien trouvé de mieux qu’une généralité stupide en guise de réplique. Bien évidemment que ses interrogations me mettaient mal à l’aise d’autant plus que je ne disposais pas moi-même de toutes les pièces du puzzle mais il méritait mieux que ça. Je venais tout de même de débarquer au beau milieu de la nuit dans sa maison en attirant un type dangereux dans mon sillage. J’allai me rassoir sur le canapé, songeuse. Je fixai Will quelques instants. Il était l’une des rares personnes à avoir fait partie de ma vie d’avant, une des rares personnes à qui je ne pouvais pas servir la jolie petite histoire bien travaillée que j’avais façonnée dans les moindres détails et que je me racontais parfois à moi-même la nuit, parce qu’il était là. Lorsque la police m’avait ramenée seule et tremblante jusqu’à ma porte après la disparition de mon père, lorsque j’avais passé la nuit dehors sur mon palier après une violente et sonore dispute avec ma mère, lorsque je m’étais coupé la main en essayant de me débarrasser des bouteilles d’alcool qu’elle s’enfilait chaque soir avec ses amants, il était là, juste à côté. La réalité crue de mon adolescence, il l’avait vue. Il en avait au moins aperçu quelques bribes, quelques stigmates. L’innocence qui avait disparu de mon regard, la tristesse qui s’y était installée. La pâleur de mon visage. Les larmes séchées aux coins des yeux lorsque je partais en cours le matin. Le vélo laissé au garage. La lumière allumée de ma chambre que je ne quittais que très peu.

    Il faisait partie de mon ancienne vie, pour lui mon père était davantage qu’un personnage virtuel. Peut-être que je lui devais cette vérité qui n’était pas censée n’appartenir qu’à moi et que je gardais pourtant jalousement depuis plusieurs semaines. « John … » Je ravalai ma salive, déglutissant comme si j’avais ingurgité quelque chose d’amer. Oui, je l’appelais John. C’était ainsi depuis de nombreuses années déjà. J’avais besoin de cette distance. « Pendant toutes ces années, John était vivant. » Ces mots m’écorchaient la trachée. Les extérioriser me mettait face à cette putain de réalité bien trop amère. Mon père n’avait pas été ravi par la mort, il nous avait sciemment abandonnés sans laisser ni mot ni trace ni signe de vie. Je pris une seconde ma tête entre mes mains, les coudes appuyés sur mes genoux avant de me redresser.« Et je vais avoir besoin de quelque chose de bien plus fort que de la bière si tu veux qu’on poursuive cette conversation. »

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t269-will-ashby-how-much-more-can-they-take-from-me-they-got-my-blood-now-it-s-my-carhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t289-will-ashby-of-anger-fury-heartache-and-pain-baby#4673
avatar


■ En ville depuis le : 28/06/2015
■ Messages : 324
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : Pilote de rallye automobile / Mécano

■ Célébrité : Richard Madden
■ © Avatar : Sandy
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Will Ashby

Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily Mar 12 Juil - 0:28:18

    Je restais de marbre devant sa réplique du : un flic qui ne se fait pas menacer est un mauvais flic. Était-elle au courant que ça ne fonctionnait pas avec moi ? Ce n’était pas la première fois qu’elle tentait de me cacher quelque chose en répondant de manière évasive. Je n’étais pas dupe et je savais qu’il y avait anguille sous roche. Je gardais tout de même une expression neutre et me contentais de refermer les rideaux de la fenêtre histoire de ne plus être espionné par je ne sais quel bizarre se promenant dans le quartier. Je connaissais Lisa depuis tellement longtemps maintenant que je ne comptais même plus les années. Nous avions été voisins de notre plus tendre enfance jusqu’au jour où j’ai quitté la maison de mes parents. Nous avions grandit coude à coude et elle faisait presque partit de la famille.

    Habituellement, je n’étais pas très doué pour savoir quand quelqu’un me cachait quelque chose, mais je connaissais Lisa et je savais qu’il manquait quelque chose à cette histoire. C’était un peu comme ma sœur qui sortait le soir et qui n’osait pas me révéler les détails importants. Je n’étais pas d’une nature très patiente, mais pour ce genre de chose je savais que je devrais ronger mon frein. Poser trop de questions ne m’apporterais pas plus de réponse. Même si j’avais souvent l’impression que l’information ne viendrait pas d’elle-même. Pourtant je venais de lui poser 3 questions l’une à la file de l’autre donc on repassera pour la patience. Je l’observais, assise sur le canapé et mit les mains dans mes poches, jouant avec la monnaie qui s’y était accumulé. Non, je n’étais pas très patient, mais je pouvais faire une exception… Puis enfin elle ouvrit la bouche pour prononcer le prénom John. John était vivant ? Je fronçais les sourcils, mon cerveau embrumé par la fatigue ne semblait pas faire de lien… John était vivant. J’avais réellement l’air d’un idiot, debout dans le salon, les mains dans les poches, un regard vide posé sur elle. Et puis mes neurones se mirent en marche. John était son père. Son père qui était disparu alors que nous étions encore des enfants. J’avais de vague souvenir d’avoir entendu mes parents en parler mais Lisa n’en avais jamais discuté. C’était un peu tabou comme sujet. Ainsi que les problèmes d’addiction de sa mère. Ça avait toujours été le genre de chose dont on n’avait jamais vraiment discuté. J’avais vu tout ce qui s’était déroulé dans sa vie mais j’avais toujours gardé le silence. Nous nous étions toujours contenté de nous amuser comme des enfants normaux jusqu’au jour de la disparition de son père. Les choses avaient changés par la suite mais nous avions toujours gardés contact. En la voyant se prendre la tête entre les mains, je reprenais place sur le canapé et la regardais d’un air triste. Nous avions tous un peu cru qu’il était mort. Un père de famille disparait pendant 20 ans, s’il était encore vivant il reviendrait auprès des siens non ? À la mention d’alcool plus forte un mince sourire s’afficha sur mon visage.

    « J’ai sûrement quelque chose d’approprié caché dans une armoire. Les bouteilles prennent la poussière depuis un moment déjà mais il doit me rester quelque chose de potable. » Dis-je en lui jetant un dernier regard avant de me relever.

    J’étais curieux de savoir où et comment elle avait découvert que son père avait été vivant. Et surtout, pourquoi il n’était pas revenu. Attrapant les deux cadavres de bouteilles que nous avions laissé sur la table basse, je retournais à la cuisine et après avoir farfouillé quelques minutes les armoires en hauteur, je dénichais un scotch à moitié plein (ou vide selon l’interprétation). J’apportais deux verres dans le salon ainsi que la bouteille et déposais le tout sur la table basse devant le canapé. J’en versais dans les deux verres et refermais le goulot, faisant glisser un verre vers Lisa.

    « C’est drôle, je ne me souviens pas avoir bu la moitié de cette bouteille auparavant. » Dis-je en contemplant mon verre, faisant tournoyer le liquide. « Soit j’étais beaucoup trop saoul pour me rappeler, soit ça fait une éternité que cette bouteille traine dans le fond de l’armoire. » Et puis je m’adossais, prenant une gorgée du liquide, haussant les sourcils en l’avalant. Si ce n’était pas assez fort pour elle, j’imagine que je n’aurais pas droit à plus d’information concernant son père.

__________________________________

Mon Image

We'll never drink your medicine and we'll never think your way
You're tied to an ideology from a book that's out of date
No room for your daft intolerance left in this day and age
We're not gonna go down quietly, we're not gonna be afraid
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: #11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily

Revenir en haut Aller en bas
#11289 : Hope's at the door ▬ Will + Lily
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» La loi Hope, est-ce une solution? et IT?
» Le Congres americain pourrait adopter le HOPE
» • I hope that tomorrow will be better
» Le HOPE, une bouffée de gaz carbonique pour l’économie ?
» 01. Only Hope • Dakota (terminé)
Réponse Rapide
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Terrain de Jeux :: Archives des RP

-