Boutique

Pour avoir accès à la boutique,
clique sur le panier!

Bon shopping!






 

Partagez | .
 

 “I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” – Confucius [Jane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




avatar
■ En ville depuis le : 30/08/2015
■ Messages : 114
■ J'ai : 40 ans
■ Boulot/Études : Propriétaire du Moonlight Circle et fait de l'import/export

■ Célébrité : Josh Holloway
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Leonard Sheppard

Message(#) Sujet: “I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” – Confucius [Jane] Mar 29 Sep - 19:24:13

Après avoir réglé une situation difficile à l’hôpital que sa femme était venue lui rapporter, il avait eu envie de sortir. Ces temps-ci, tout allait de travers, sauf dans son rôle de chef de la sécurité. Si la rencontre avec Olivia s’était sensiblement bien passée malgré tout, il avait appris que son ami était mort. Il savait depuis longtemps en lui que Warren était mort, mais le voir confirmer lui avait fait plus mal que ce qu’il aurait cru. Il n’avait pas été tendre non plus envers Jane en lui indiquant qu’elle était celle qui lui avait confirmé cette mort. C’était vrai bien sur, quand il l’avait vu seule, il avait su. Mais la jeune femme était fragile et il l’avait poussé dans ses retranchements. Elle était partie avant même qu’il puisse lui dire qu’il était désolée qu’elle ait eu à vivre ça. Qu’il était désolé de ne pas avoir été là pour sauvé son ami et éviter le remord que la jeune femme semblait vivre. Il aurait tellement de chose à lui dire, mais il n’avait jamais été bon dans ce genre de chose.

Quand Willow avait indiqué qu’elle avait besoin de quelques trucs pour une chèvre malade dans leur enclos, il s’était proposé pour ce rendre à la clinique. Elle ne voulait pas quitté l’animal et il avait besoin de sortir. Il avait refusé d’être accompagné. Les autres l’avaient laissés faire. Depuis qu’ils savaient tous qu’il avait fait parti des marines, ils étaient plus enclins à le laisser partir. Il savait se débrouiller, il avait toujours su. Il avait fait la route à pied, la clinique était dans le même quartier, il serait vite revenu. Il avait son arme de poing, une machette de la fabrication de Raffael et Amy lui avait prêté son arc indiquant qu’il était plus facile d’atteindre une cible de loin. Son arc était précieux pour elle, il savait s’en servir, mais il avait quand même promis de faire bien attention à l’arme de la jeune femme. Elle lui servait pour chasser, il n’allait pas la lui abîmer.

Il entra dans le complexe, tout semblait calme et paisible. Willow avait dit avoir verrouillé les portes importantes pour protéger les lieux la dernière fois qu’ils étaient passés sur place Hunter et elle. Elle lui avait remis le trousseau de clé. Il venait donc d’entrer à l’intérieur, après avoir dû faire deux détours pour éviter des groupes de zombies, il inspecta les lieux. L’endroit avait visiblement été visité, par qui, par quoi, aucun moyen d’en être sur. Il avança vers l’endroit où la jeune femme lui avait dit qu’était le bureau. Il essaya les clés, elle la lui avait décrit, mais il y en avait deux semblables. La première ne donna rien, la deuxième lui permis d’ouvrir la porte. Il entra donc dans ce qui était le bureau de la vétérinaire. Il devait ensuite passé dans la prochaine pièce, il ferma la porte derrière lui mais ne la verrouilla pas. S’il y avait une surprise derrière, il voulait pouvoir partir rapidement. La porte devant lui donnait sur la salle de chirurgie, c’était là que la jeune femme avait rangé les outils dont elle avait besoin pour l’opération délicate qu’elle devrait pratiquer sur la chèvre. Il entra, ferma la porte derrière lui et fouilla dans l’armoire désignée.

Willow avait été d’une grande précision. Il avait trouvé tout ce qu’elle avait demandé avec une rapidité étonnante. Il venait de mettre le matériel dans son sac à bandoulière et de refermer l’armoire quand il entendit du bruit derrière la porte. Il ferma l’armoire à clé et se cacha derrière celle-ci. Il pouvait ainsi voir sans être vu. Il attendit, machette dans la main que l’intrus se présente à lui.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 513
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: “I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” – Confucius [Jane] Mar 29 Sep - 22:18:35

Cela faisait à présent trois jours que Jane souffrait d’une atroce famine. La chance semblait la fuir comme le diable ces derniers temps et ses dernières expéditions s’étaient toutes soldées par de cuisants échecs. Affaiblie, elle s’était réfugiée dans un bâtiment du Medical Center afin de reprendre des forces. Le choix du lieux n’était pas anodin, la jeune femme savait que si son état frôlait un seuil réellement critique, elle pourrait facilement rejoindre l’hôpital. Ce moment n’était néanmoins pas venu et elle se sentait capable de tenir quelques jours de plus, se persuadant que la roue finirait par tourner. Après avoir récupéré quelques centilitres d’eau au fond d’une cuvette, elle s’était résignée à avaler son dernier cracker au fromage. Une fois ce frugale repas ingurgité et malgré la faim qui lui tenaillait l’estomac, elle s’était endormie, à même le sol.

Des couinements stridents la sortirent de son sommeil, quelques heures plus tard. Elle ouvrit les yeux sans bouger un seul membre et remarqua instantanément les trois gros rats gris qui reniflaient son sac. Elle serra doucement ses doigts autour du manche du couteau qui ne quittait jamais sa main lorsqu’elle dormait puis empala violemment l’un des rongeurs d’un geste brusque. A peine avait-elle réalisé la mort effective de l'animal que les deux autres avaient déjà disparu. Elle s’assit en tailleur et leva son arme à hauteur de son visage afin d’observer sa prise de plus près. La bête était d’une certaine taille et avait l’air plutôt dodue. Jane venait de découvrir ce qui allait figurer au menu de son repas du soir. Elle esquissa un sourire satisfait, soulagée d’avoir enfin trouvé de quoi se recharger en protéines. Revigorée par cette chasse fructueuse, elle se mit aussitôt à l’ouvrage. Elle commença par dépouiller le rongeur, alternant incisions précises et tractions. Son regard était vide et ses gestes automatiques. Elle brisa ensuite les articulations des membres de l’animal et remarqua que ses extrémités commençaient à trembler. Il devenait urgent qu’elle s’alimente. Alors qu’elle avait repris son couteau en main, s’apprêtant à séparer la tête de la colonne vertébrale, sa lame dérapa et lui incisa le majeur gauche. Elle lâcha un juron, lançant un regard méprisant au cadavre du rat qui semblait la narguer puis se mit à fouiller frénétiquement dans son sac à la recherche de la trousse de premiers secours que Kaleb lui avait demandé de garder après leurs mésaventures à l’armurerie.

La jeune femme avait intensément puisé dans son matériel médical ces derniers temps. Elle s’était elle-même blessée mais avait surtout dû porter assistance à d’autres survivants. Elle parvint tout de même à trouver une compresse qu’elle appliqua aussitôt sur la plaie, la comprimant afin de tarir le saignement. Lorsque ce fut le cas, Jane examina brièvement la blessure. Elle n’était pas profonde mais méritait tout de même la pose de quelques Steri-Strips. Il lui en restait fort heureusement suffisamment pour pouvoir se soigner correctement. Alors qu’elle s’installait pour les poser, elle réalisa que sa bouteille de désinfectant était complètement vide. Elle jura à nouveau tout en posant un pansement basique sur son doigt. La jeune femme ne badinait pas avec les infections, il fallait absolument qu’elle se ravitaille immédiatement. Trouver quelques gouttes d’antiseptique au beau milieu du Medical Center devait tout de même être envisageable.

Jane coupa un bout de ficelle dont elle noua une extrémité autour de la patte du rat à moitié dépecé, attachant l’autre à l’une des lanières de son sac. Elle soupira, consciente du fait que son dîner risquait de périmer si sa mission s’éternisait. Peut-être prenait-elle la mauvaise décision, peut-être devrait-elle cuire et manger ce rongeur maintenant. Le soleil n’allait néanmoins pas tarder à se coucher et elle n’avait aucune envie de passer une nuit entière avec une plaie sale. La jeune femme balança la tête, elle n’avait pas assez d’énergie pour réfléchir. Elle rassembla ses affaires puis quitta le bâtiment. La lumière du jour l’éblouissait tellement qu’elle parvenait à peine à garder les yeux ouverts. Elle parcourut quelques centaines de mètres puis repéra l’entrée d’une clinique vétérinaire. La jeune femme se pressa à l’intérieur, espérant y trouver de quoi se soigner proprement. Après avoir fouillé quelques pièces en vain, elle poussa la porte de ce qui s’avéra être un bloc opératoire. Son arme à feu braquée devant elle, elle balaya la salle du regard et remarqua quelques bouteilles de Betadine sur un chariot. Elle poussa un soupir de soulagement et s’adressa au rat qui pendouillait au bout de la ficelle. « On dirait que je vais pouvoir te bouffer après tout ! » Un sourire davantage sarcastique que réellement réjoui se dessina au coin de ses lèvres.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




avatar
■ En ville depuis le : 30/08/2015
■ Messages : 114
■ J'ai : 40 ans
■ Boulot/Études : Propriétaire du Moonlight Circle et fait de l'import/export

■ Célébrité : Josh Holloway
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Leonard Sheppard

Message(#) Sujet: Re: “I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” – Confucius [Jane] Mer 30 Sep - 20:52:07

Leonard attendait, la machette prête à frapper en cas de besoin. Il entendit la porte ouvrir, la personne ne sembla même pas porter attention au fait qu’il pourrait y avoir quelqu’un ou quelque chose derrière. Mais ce fût lorsqu’il entendit sa voix qu’il sut qui était là. Jane. Sa voix semblait un peu différente. La jeune femme avait parlé de bouffer quelque chose, elle touchait son but semblait-il. Elle ne devait pas avoir beaucoup mangé et c’était probablement pour cette raison que sa voix semblait différente à l’homme. Elle devait manquer de force et elle était empreinte d’une avidité qu’il ne connaissait pas à la jeune femme et qui était digne d’une personne affamée. Il jeta un coup d’œil, il ne voulait pas la faire sursauter ou lui faire peur, il fit donc attention de ne pas se faire remarqué tout de suite. Il ne la voyait pas bien ainsi. Mais il fit tout de suite qu’elle semblait saigner, à moins que ce ne soit l’animal qui pendait dans sa main qui saignait ainsi. Il se retient de soupirer, elle pourrait avoir tellement de chose si elle ne s’entêtait pas à vivre seule. Il était presque embêté de la retrouver ainsi, surtout que leur dernier entretien ne s’était pas terminé dans le calme et la sérénité. Il devait s’annoncer, il le savait. Il leva les mains et s’avança d’un pas pour qu’elle le voie.

-Jane.

Il avait mentionné son prénom d’une voix calme, assez forte pour qu’elle l’entende, mais d’un ton doux pour qu’elle ne se sente pas attaquée. Il n’avait pas envie de mourir parce qu’elle l’aurait pris pour un ennemi. Il n’était pas sur de ce qu’il ressentait en la regardant. Elle était devant lui, elle semblait affamée comme il l’avait cru, elle tenait ce qui semblait être un rat, la bête étant à moitié écorchée, il ne savait pas trop ce qu’elle était. Il vit que l’un des doigts de la jeune femme saignait. Il déverrouilla l’armoire qu’il venait de fermer à tour de clé. Il prit des bandages stériles et s’approcha doucement de la jeune femme. Il ouvrit une enveloppe et prit un tampon avant de versé un peu du liquide de la bouteille qui se trouvait sur la chariot, il l’approcha lentement de la jeune femme. Il commença par la débarrasser de son repas, il le déposa sur un chiffon propre qu’il avait sorti de son sac juste avant de mettre le liquide sur sa gaz. Il prit doucement la main de Jane dans la sienne.

-Laisse-moi t’aider.

Il nettoya doucement la plaie, c’était une coupure nette. Elle avait dû se la faire en nettoyant l’animal sans doute. Lorsque la plaie fût propre, il alla chercher d’autre matériel pour bien la panser et s’assurer que les chairs reprendraient bien ensemble. Il ne connaissait pas tous les termes médicaux, mais il savait ce à quoi les choses servaient. La jeune femme semblait réticente à se laisser aider, mais il ne lui laissa pas trop le choix. Lorsque ce fût terminé, il sortit quelque chose de son sac. C’était un pain, leur cuisinière était spécialiste pour leur faire des petits pains plat vraiment excellent. Il le posa près du rongeur écorché, sortant une bouteille d’eau au trois quart plein et la laissant à côté aussi. Sans rien dire de plus. Il se dirigea lentement vers la sortie. Il se doutait que la jeune femme n’avait pas envie de sa compagnie. Il lui rappelait trop de mauvais souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 513
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: “I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” – Confucius [Jane] Jeu 1 Oct - 20:51:28

Jane sentit une décharge d’adrénaline la traverser lorsqu’une silhouette connue apparut dans son champ de vision. Elle n'eut néanmoins aucune réaction, son corps étant trop épuisé pour sursauter. Elle se contenta de plisser les yeux pour affiner sa vue et s’assurer que son esprit ne lui jouait pas des tours. Il s’agissait bien de Leonard. Un certain malaise s’empara instantanément de la jeune femme. Leur dernière entrevue avait laissé des traces. Elle savait que sa réaction était illégitime mais elle ne pouvait s’empêcher de lui en vouloir de l’avoir poussée aussi brutalement dans ses retranchements. Elle resta figée, guettant le prochain mouvement de l’ancien commandant. Ce dernier s’approcha d’elle tout en préparant du matériel médical. Elle le fixa, méfiante. Elle n’avait absolument pas besoin de lui pour se soigner et elle tolérait difficilement les contacts physiques ces derniers temps. Elle fronça les sourcils lorsque Leonard décrocha le rat de la ficelle qui était accrochée à son sac, tentant de lui faire comprendre par le regard qu’il n’avait pas intérêt à jeter son repas à la poubelle sous prétexte qu’il ne respectait pas les normes sanitaires. Elle le regarda déposer le cadavre sur un chiffon, circonspecte. S’il voulait une part du festin, il n’avait qu’à demander. Leonard lui prit soudain la main. Elle eut un mouvement de retrait mais il la retint. Jane n’avait pas suffisamment d’énergie pour protester, elle le laissa faire malgré la gêne croissante qui l’envahissait.

La jeune femme leva les yeux au ciel en soupirant lorsque Sheppard sortit un pain et une bouteille d’eau de son sac. Elle était partagée entre l’envie de se jeter sur la nourriture et le dégoût d’être à nouveau considérée comme une femme faible à qui l'on se doit de faire la charité. Elle était terriblement lasse qu’on l’assiste constamment. Avait-elle l’air si misérable ? Quand bien même ce fut le cas, elle avait pris une décision concernant son mode de vie et elle aurait aimé qu’on la laisse l’assumer jusqu’au bout. La jeune femme dirigea son regard vers Leonard qui s’approchait du seuil de la porte. « Toi aussi tu vas te mettre à me gaver comme une oie ? Je me débrouille très bien toute seule, merci. », dit-elle sur un ton quelque peu agressif tout en brandissant le rat en l’air comme on exposerait une preuve. Elle reposa sèchement le cadavre sur le torchon puis sortit son couteau et l’enfonça violemment au milieu du thorax de la bête dont le sternum céda, émettant un craquement sourd. Jane était à nouveau en colère, elle sentait que ses mâchoires étaient crispées. Elle poursuivit son dépeçage, incisant les parties molles du rat jusqu’à la symphyse pubienne puis plongeant ses doigts à l’intérieur de l’animal afin d’en extraire les viscères qu’elle ne comptait pas consommer. Elle eut une pensée amusée lorsqu’elle réalisa qu’elle s’adonnait à une telle boucherie dans un bloc opératoire mais elle ne tarda pas à être rattrapée par la culpabilité. Elle avait tout de même été particulièrement abrupte envers Leonard qui ne cherchait in fine qu’à l’aider. Elle releva à nouveau les yeux. « Désolée, je n’aurais pas dû te parler sur ce ton. S’il te plait, ne dis pas à mes frères que j’en suis réduite à faire ce genre de choses. », dit-elle d’une voix plus douce en désignant le rongeur du regard.

Jane se mordillait l’intérieur de la lèvre, nerveuse. Ses frères savaient qu’elle ne menait pas une vie de château mais il y avait une différence entre avoir une vague notion de la réalité et se retrouver confronté à des exemples concrets. L’image d’Alicia assise en tailleur au milieu d’un terrain vague en train de manger à pleine main un rat grillé, du sang et des sucs coulant le long de son menton s’imposa à son esprit et un frisson lui parcourut l’échine. Non, décidément, Kaleb et Raffael n’avaient pas besoin d’avoir connaissance des détails glauques de son quotidien. La jeune femme repensa soudain au jour où Sheppard et ses hommes l’avaient secourue de ce gang de pilleurs sanguinaires. C’était il y a trois mois, peut-être quatre, au début du printemps. Lorsqu’ils étaient intervenus, elle se trouvait à genoux, le visage ensanglanté au milieu d’un cercle de cinq ou six individus complètement barges. Entre deux coups, leur leader n’avait de cesse d’agiter à quelques centimètres de son visage une tête de femme coupée en lui criant que la sienne allait bientôt la remplacer. Sur le moment, elle ne s’était pas rendue objectivement compte du caractère extrêmement traumatisant de la scène. Elle y avait très peu repensé depuis, se contentant d'intégrer certains détails dans ses cauchemars. Elle espérait sincèrement que Leonard n’avait jamais parlé en détail de cette histoire à ses frères. Elle n’avait certes pas envie de les inquiéter mais, sans réellement pouvoir l’expliquer, elle se sentait également quelque peu honteuse. Jane balança la tête et se concentra sur le rat qu’elle continua à vider, prenant garde à épargner le foie et les reins qu’elle n’avait pas de réticence particulière à consommer.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




avatar
■ En ville depuis le : 30/08/2015
■ Messages : 114
■ J'ai : 40 ans
■ Boulot/Études : Propriétaire du Moonlight Circle et fait de l'import/export

■ Célébrité : Josh Holloway
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Leonard Sheppard

Message(#) Sujet: Re: “I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” – Confucius [Jane] Sam 3 Oct - 10:59:26

Les femmes. Il n’avait jamais été doué pour les comprendre et ne le serait sans aucun doute jamais. Il avait voulu l’aider, il avait même fait exprès de lui laisser sa bouteille d’eau entamée plutôt que de lui donner la pleine afin qu’elle ne soit pas vexée. Mais non, il était voué à faire damner celle qu’il rencontrait sur son chemin et elle le lui fit bien comprendre. Elle ne comprenait pas non plus qu’il aurait fait la même chose pour n’importe qui. C’était dans sa nature d’aider son prochain, c’était l’une des raisons qui l’avait poussé à défendre son pays, l’une des raisons pour laquelle il s’en voulait tant de ne pas avoir pu sauver sa sœur. Il avait un besoin naturel de protéger et d’aider les gens. Il ne lui dit rien de tout ça, en fait, il ne dit rien du tout car la jeune femme s’excusa de lui avoir parlé sur ce ton. Elle n’était pas dans un état complètement normal, le manque de sommeil et de nourriture jouait sur son état d’esprit, il l’avait compris en la voyant se venger sur son rat après qu’il lui ait offert l’eau et le pain. Mais ce qu’elle dit ensuite lui tordit l’estomac. Il n’avait pas la nausée, il souffrait de voir à quel point elle se sentait mal, à quel point elle ne voulait pas inquiéter personne alors qu’il y avait matière à s’inquiéter pour elle. Elle lui demandait de ne rien dire, elle n’avait pas à le faire, il se serait tut de toute façon. Il eut un soupire et s’appuya contre le cadre de la porte. La jeune femme avait repris sa tache et s’y concentrait intensément.

-Jane, nous aussi nous mangeons des rats du sais.

C’était des protéines, ils étaient faciles à débusquer et facile à piéger aussi. La queue de l’animal lui avait fait comprendre ce qu’il était. Ils leur arrivaient d’avoir un peu de variété, Amy leur ramenait du gibier de temps à autre, mais ils étaient nombreux à nourrir et ils avaient tous besoin de manger. Leur ration n’était pas énorme, mais ils mangeaient, c’était l’important. Il regarda la jeune femme faire, on aurait dit qu’elle avait fait ça toute sa vie. Elle était agente de bord et pourtant elle dépeçait cette bestiole comme si elle l’avait fait bien avant tout ça. Ou alors, elle avait appris avec le temps, mais il en doutait, elle était trop précise. Son état de faiblesse lui aurait donné la main moins sur que ce qu’elle présentait. C’était un geste qu’elle connaissait bien avant et qu’elle faisait par cœur. Il l’aurait parié.

-Tu as appris par toi-même ou ce sont ton père ou tes frères qui ton appris à nettoyer un si petit animal?

C’était une question basique, sans rappel de la mort de Warren, sans impliquer le fait qu’elle était seule, il voulait seulement la faire parler un peu. Elle avait honte de son état, il voulait qu’elle comprenne qu’elle n’avait pas a avoir honte. Elle avait choisi de vivre seule et elle faisait pour. Ses frères savaient que ce n’était pas facile tous les jours pour elle, mais il était inutile qu’il lui dise que Raffael et Kaleb l’imaginaient en bien pire état que ce qu’elle présentait maintenant. Ils avaient toujours des images bien pires en tête. Elle savait qu’ils s’inquiétaient, elle jugeait qu’ils s’inquiétaient trop, mais il savait qu’ils avaient raison de le faire. Jane semblait se punir, elle choisissait de vivre seule, il y avait une raison à cela et ce n’était pas seulement le fait de ne pas pouvoir choisir entre sa sœur et ses frères. Il en était persuadé. Comment savait-il tous ses détails?
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 513
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: “I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” – Confucius [Jane] Sam 3 Oct - 21:16:49

Jane jeta quelques regards furtifs en direction de Leonard afin d’apprécier sa réaction. Elle fut quelque peu rassurée de remarquer qu’il n’avait pas l’air de lui tenir rigueur de son emportement. Elle espérait simplement qu’il ne dissimulait pas son réel ressenti. La jeune femme esquissa un sourire lorsqu’il lui dit qu’eux aussi mangeaient des rongeurs. C’était probablement vrai. Ce à quoi elle avait fait allusion à travers sa demande était néanmoins plus large. Au quotidien, elle vivait de manière bien plus sauvage que ses frères, que son interlocuteur, que l’ensemble de ceux qui avaient intégré une communauté. Elle avait parfois l’impression qu’ils ne faisaient plus réellement partie de la même espèce, qu’elle s’était transformée en simple animal mû par ses instincts et avait perdu une part de son humanité. Or, elle n’avait pas nécessairement envie que ses proches le réalisent à leur tour. Jane se demandait souvent si un retour en arrière était encore possible, si elle était encore capable de vivre autrement qu’ainsi, à l’extérieur, bercée par l’action et l’adrénaline. Quelques semaines auparavant, elle avait rencontré une femme qui, après cinq mois de vie en solitaire, avait tenté de rejoindre un groupe. Les premiers jours, elle s’était complue dans le confort que lui procurait ce nouveau cadre mais l’ennui, l’oppression, la sensation de ne pas être à sa place n’avaient pas tardés à la ronger. Le monde du dehors lui manquait tellement qu’elle n’avait pas tenu plus de deux semaines avant de plier bagage et de reprendre la route. Je préfère être libre au milieu des zombies plutôt qu’en sécurité dans une cage, disait-elle. Ce qu’elle n’osait probablement avouer, c’était que les sensations fortes lui manquaient, qu’elle avait désormais besoin du danger pour se sentir en vie.

La jeune femme venait tout juste de terminer son dépeçage lorsque Leonard lui demanda d’où lui venaient ses aptitudes de bouchères. Elle hocha la tête de gauche à droite pour lui signifier que les hypothèses qu’il venait d’émettre étaient toutes erronées. Au début des événements, alors qu’elle vivait encore aux côtés de sa famille, ils se nourrissaient principalement de ce qu’ils trouvaient dans les magasins et les placards. La nécessité de chasser et, par extension, d’apprendre à préparer sa nourriture n’était apparue qu’un certain temps plus tard. Jane haussa les sourcils. « Après avoir quitté le groupe, j’ai fait équipe avec une femme pendant quelques semaines. Disons qu’elle m’a appris… toutes sortes de choses. » Ariane tenait à ce qu’elles chassent le plus souvent possible, arguant que les produits frais étaient plus nutritifs que les conserves et qu’il ne fallait pas qu’elles perdent la main. Jane l’avait toujours suspectée d’y prendre un certain plaisir. La jeune femme essuya ses doigts et sa lame à l’aide du chiffon puis désigna son Ka-Bar du menton. « C’était son couteau. »

Jane rangea l’arme blanche à sa ceinture, referma le chiffon autour de son futur repas et de l’amas de déchets puis emporta le tout dans la pièce adjacente, obligeant Leonard à se décaler pour la laisser passer. Hors de question pour elle de cuisiner dans le bloc opératoire dans la mesure où ce dernier ne disposait pas de fenêtre. La jeune femme posa le chiffon et son contenu sur le bureau, se délesta de son sac à dos qu'elle laissa tomber au sol ainsi que de son sabre qu'elle fit tenir en équilibre contre un mur. Elle commença ensuite à fouiller dans les placards en quête d’un combustible et d’un produit inflammable tel que du gel hydroalcoolique. Elle se retourna soudain vers Sheppard, une boîte d'abaisse-langues en bois à la main. « Qu’est-ce que tu fais ici ? Tu as besoin de quelque chose ? » Si son interlocuteur était décidé à lui tenir compagnie, autant qu’ils fassent la conversation plutôt que de laisser un silence pesant s’installer. Alors qu’elle continuait à s’affairer, Jane fut traversée par une sueur froide. Elle s’appuya un instant contre une étagère, balança la tête puis reprit son exploration. Peut-être qu’elle aurait dû ravaler sa fierté et se jeter sur ce pain après tout.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




avatar
■ En ville depuis le : 30/08/2015
■ Messages : 114
■ J'ai : 40 ans
■ Boulot/Études : Propriétaire du Moonlight Circle et fait de l'import/export

■ Célébrité : Josh Holloway
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Leonard Sheppard

Message(#) Sujet: Re: “I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” – Confucius [Jane] Dim 4 Oct - 22:28:57

La jeune femme lui expliqua que ce n’était ni son père, ni ses frères qui lui avaient appris. Une femme qu’elle avait rencontrée en route lui avait donné des leçons sur plusieurs choses. Il devait avouer qu’il était impressionné. Elle ne connaissait pas tous ses trucs depuis si longtemps et pourtant elle les faisait bien et d’une façon impeccable. Elle passa devant lui, il dut s’écarter légèrement pour lui libérer le passage et elle retourna dans le bureau. Il regarda la jeune femme qui cherchait quelque chose. Elle lui demanda ce qu’il faisait ici. Il réalisa alors qu’elle devait vouloir cuir l’animal. Willow lui avait parlé d’une cuisine où ils préparaient leur repas de temps à autre, mais surtout, il y avait des animaux qui avaient des diètes spécifiques et il leur arrivait de cuisiner des trucs pour eux. Il regarda la jeune femme.

-Une cuisinière ça te dirait?

Il lui fit signe de le suivre en lui montrant les clés. Il retourna dans la salle d’opération, alla vers la porte du fond et tenta quelques clés avant de trouver la bonne. Il ouvrit donc la porte et se retrouva dans la cuisine. Il eut un sourire en se retournant vers la jeune femme.

-C’est la clinique vétérinaire de Willow. Elle avait besoin de quelques trucs, j’avais besoin de sortir de l’hôpital alors je me suis proposé. Elle m’a détaillée les lieux. Tu t’imagines, ils cuisinaient des plats pour certains animaux qui avaient une diète spécifique.

Il trouvait drôle que l’on puisse faire ça. Pour lui, les animaux mangeaient de la moulée, des trucs fait par des compagnies, pas des plats cuisinés par des humains et encore moins dans une cuisine attenante à un hôpital vétérinaire. Il retourna dans la salle d’intervention et ramassa le pain et l’eau qu’elle avait laissée là où il l’avait déposé. Il ramena le tout dans la cuisine, il fouilla dans les armoires.

-Tu préfères un poêlon ou un chaudron?

Il avait mis la main sur les deux.

-Et j’aurais fait ce que je suis en train de faire pour n’importe quel être humain dans le besoin Jane. D’accord, ton bien-être me préoccupe plus, mais un étranger se serait vu offrir le pain et une bouteille d’eau pleine. Toi, tu as eu celle entamée pour ne pas te froisser. Mais il faut croire que je ne suis pas très bon dans les rapports qui concernent les femmes. Mon talent est plus de les faire fuir.

Il haussa les épaules comme si ça n’avait pas d’importance. C’était vrai ce qu’il disait, tout être humain ne présentant pas d’agressivité et qui aurait eu besoin d’aide, il le lui aurait offert. C’était en lui, il ne pouvait faire autrement. C’était probablement pour cette raison qu’il collait aussi bien avec la mentalité des dirigeants du groupe de l’hôpital, ils avaient le même but.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 513
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: “I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” – Confucius [Jane] Mar 6 Oct - 18:45:59

Jane rassembla ses affaires et suivit Leonard jusqu’à la cuisine. Habituellement, la jeune femme se contentait d’embrocher ses proies et de les faire cuire quelques minutes au dessus d’un feu de fortune. Elle n’avait jamais cuisiné du rat à la poêle mais il fallait croire que même après sept mois de survie, elle n’en avait pas terminé avec les premières fois. Une étrange sensation s’empara d’elle. Cela faisait fort longtemps qu’elle n’avait pas utilisé d’appareils ménagers dignes de ce nom pour se concocter ses repas. Autrefois, il lui arrivait de passer des heures derrière les fourneaux. Néanmoins, ce jour-là, elle ne comptait pas faire de la haute gastronomie. Son seul objectif était de rendre la viande comestible le plus rapidement possible. La jeune femme haussa les sourcils lorsque Leonard exprima son étonnement concernant l’existence de nourriture faite maison pour animaux. « Ca me parait toujours moins extravagant que les manucures pour chien. »

Pendant que Sheppard fouillait dans les placards, la jeune femme sortit une boîte d’allumettes et une bouteille de son sac puis nettoya le rongeur à l’eau, faisant preuve d’autant de parcimonie que possible. Une fois qu’elle eut terminé de s’occuper du rat, elle attrapa le poêlon que lui tendait Leonard et le posa sur le plan de travail. La marmite avait été éliminée d’emblée, hors-de-question de se lancer dans une préparation nécessitant de gâcher de l’eau. « Ca devrait faire l’affaire. » Elle s’accroupit et se pencha à l’intérieur du placard pour ouvrir l’arrivée de gaz tandis que son interlocuteur continuait à parler, s’efforçant de justifier son comportement, chose qui n’était absolument pas nécessaire. Jane fut heureuse de ne pas lui faire face lorsqu’il la qualifia d’être humain dans le besoin, il n’aurait probablement pas apprécié de voir ses yeux rouler d’exaspération. Elle savait qu’il n’avait pas l’intention de la froisser mais il continuait pourtant à le faire. Elle n’avait pas l’impression d’être traitée en égale et cela heurtait sa fierté. En outre, son commentaire quelque peu à côté de la plaque concernant les femmes lui laissait penser qu’il était probablement encore perturbé à cause de sa fameuse épouse. La jeune femme se releva en mordillant l’intérieur de sa lèvre, tentant de réprimer les répliques acerbes qui se bousculaient dans son esprit. Elle ne put cependant s’empêcher d’ouvrir la bouche. « Ecoute, je t’assure que mon utérus n’a rien à voir avec … »

Jane s’arrêta net et tendit l’oreille, les sourcils froncés. Elle avait cru entendre un bruit sourd provenant de l’entrée du bâtiment. Elle mit rapidement son index contre ses lèvres afin d’enjoindre à Leonard de se taire au cas où il n’aurait pas analysé de lui-même la situation, ce qui paraissait tout de même peu probable étant donné sa formation. Quelques secondes s’égrenèrent dans un silence pesant. Jane se rappelait clairement avoir fermé la porte derrière elle lorsqu’elle avait pénétré dans la clinique vétérinaire. Elle n’avait néanmoins pas sécurisé l’ensemble du bâtiment ni contrôlé les autres entrées. Par ailleurs, l’après-midi était bien entamée et ils étaient en plein dans la période où les nomades de Houston se mettaient à la recherche d’un toit pour la nuit. Si intrus il y avait, il pouvait aussi bien s’agir d’un être humain que d’un rôdeur. Soudain, un grognement lointain se fit entendre. La jeune femme dégaina son sabre puis s’avança vers la porte, prenant garde à se déplacer le plus silencieusement possible. Le destin semblait définitivement tenir à ce qu’elle n’avale pas ce satané rat.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




avatar
■ En ville depuis le : 30/08/2015
■ Messages : 114
■ J'ai : 40 ans
■ Boulot/Études : Propriétaire du Moonlight Circle et fait de l'import/export

■ Célébrité : Josh Holloway
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Leonard Sheppard

Message(#) Sujet: Re: “I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” – Confucius [Jane] Mer 7 Oct - 19:23:24

Elle indiqua que son utérus n’avait pas … mais elle ne put terminer sa phrase. Elle avait mis un doigt sur ses lèvres pour l’intimer au silence, mais elle n’en avait pas besoin. Il était tendu comme un ressort ayant sans aucun doute entendu la même chose qu’elle. Il avait été stupide, il aurait dû tout de suite tout refermer derrière lui. Willow avait pris soin de fermer chaque porte à clé pour éviter les intrus et voilà que lui, l’imbécile, laissait tout ouvert. Il l’avait fait pour éviter les mauvaises surprises en allant plus en avant dans la clinique et avoir une porte de sortie, mais les zombies n’étaient pas les seuls indésirables de la ville. Il sortit sa machette de son fourreau. Il indiqua, d’un signe de la main allant de ses yeux vers l’endroit d’où venait le bruit, qu’il allait vérifier.

Il devait être silencieux. Il avança lentement, doucement. On n’entendait pratiquement pas ses pas sur le sol de linoléum. Il rasait les murs pour ne pas être surpris par derrière non plus. Il savait que Jane était dans son dos, le suivait-elle? Sans doute, elle n’était pas femme à rester inactive devant l’adversité. Il espérait qu’elle resterait derrière lui, non pas parce qu’elle était une femme, mais parce qu’elle était en état de faiblesse. Simplement à écorcher un rat, elle avait failli perdre connaissance. Elle n’avait pas mangé depuis un moment, était aussi en état de déshydratation, ce n’était pas le bon moment pour elle d’affronter quiconque. Mais allez lui dire ça? Non. Il ne s’y risquerait pas. Il avait déjà assez fait de dommage avec elle. Il ne savait vraiment pas y faire.

Il en arrivait à insulter la jeune femme sans même le vouloir. Il se trouvait idiot maintenant qu’il repensait à tout ce qu’il avait dit. Merde, son job c’était de donner des ordres, pas de rassurer les troupes, mais de les envoyer à la guerre. Son job, c’était de motiver ses soldats à foncer vers l’ennemi et à ne pas avoir peur. C’était ça son talent. Alors aussi bien le faire et le faire bien. Il regarda derrière lui, la jeune femme était là bien sur. Il n’en avait pas douté une seule seconde. Le grondement qu’ils avaient entendu un peu plus tôt, quelques temps après le premier bruit, indiquait qu’il s’agissait de zombies. Mais était-il seul ou y avait-il plusieurs? Restait à voir. Il jeta un coup d’œil dans la salle d’opération. Rien. Il indiqua d’un pouce en l’air que la pièce était dégagée. Il s’avança vers le bureau tout aussi silencieusement.

Il regarda dans la pièce. L’odeur du sang devait avoir attiré les copains. Ils étaient trois. Il leva trois doigts pour indiquer à la jeune femme combien d’ennemis ils auraient à affronter. Il lui indiqua ensuite qu’il allait vers la gauche. Elle pourrait prendre la droite. Il releva sa machette et fonça dans la pièce.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 513
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: “I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” – Confucius [Jane] Jeu 8 Oct - 21:32:00

Jane était presque soulagée d’avoir entendu ce grognement. Gérer quelques rôdeurs était relativement simple tandis qu’un seul homme trop borné pouvait aisément transformer une journée sans particularité en véritable cauchemar. Préférer voir débarquer un zombie plutôt qu’un de ses propres congénères pouvait sembler complètement aberrant mais les humains étaient bien plus imprévisibles que les indésirables. La faim, la soif, le manque de tout pouvait facilement métamorphoser un individu bien sous tout rapport en monstre sanguinaire, surtout si la survie de sa progéniture était en jeu. La jeune femme aurait aimé pouvoir affirmer que sur la liste des hommes à qui elle avait ôté la vie ne figuraient que des salopards finis mais ce serait un mensonge. Il était désormais bien plus difficile de distinguer la frontière entre le bien et le mal et, souvent, refuser de frôler cette limite revenait à signer son arrêt de mort. Ils étaient quotidiennement confrontés à des choix bousculant leur conscience morale et Jane vivait constamment rongée par ses scrupules. C’était une réelle souffrance mais elle jugeait que s’y insensibiliser reviendrait à s’engager sur un chemin sans retour, à s’éloigner définitivement de l’humanité qu’il lui restait. Peut-être que c’était le destin qui les attendait tous mais elle n’y était pas prête.

La jeune femme suivait de près Sheppard qui s’était engagé dans le bloc opératoire. Collée contre le mur et les sens en alerte, elle progressait en silence tandis que l’adrénaline se répandait dans son organisme. Elle ne sentait même plus la faim qui lui tordait pourtant l’estomac quelques minutes plus tôt. Elle n’était pas réellement inquiète, simplement sur ses gardes. En outre, elle était plutôt rassurée d’être en présence d’une personne sur qui elle pouvait compter et qui saurait couvrir ses arrières. Il lui était parfois arrivé de combattre aux côtés d’individus en qui elle n’avait pas confiance et, dans ces cas-là, elle préférait encore se débrouiller seule. Au moins, lorsqu’elle était l'unique maître à bord, elle savait à quoi s’en tenir et ne craignait pas de se prendre un coup de couteau dans le dos. Ce cas de figure ne devrait néanmoins pas se présenter avec Sheppard, elle ne l’imaginait pas prendre la fuite pour sauver sa peau en la laissant avec quinze zombies sur les bras. Alors qu’ils approchaient de la porte, il lui indiqua la présence de trois rôdeurs dans la pièce suivante. Elle hocha la tête, soulagée. La confrontation ne s’annonçait pas excessivement périlleuse. Jane se demandait néanmoins d’où venaient ces visiteurs. S’ils avaient trouvé le moyen d’entrer, d’autres pourraient suivre.

Leonard lui indiqua qu’il s’occuperait de la partie gauche de la pièce. Elle opina du chef puis s’engagea à l’intérieur du bureau et prit une fraction de secondes pour analyser la situation. La porte menant au couloir était entrouverte. Les trois rôdeurs qui semblaient initialement oisifs avaient aussitôt fondu sur eux. Jane fit quelques pas contre le mur de droite afin de se rapprocher de la sortie puis brandit son sabre à deux mains devant elle et fendit de haut en bas le crâne du premier indésirable qui l’avait approchée. Ses mouvements étaient nettement plus assurés qu’il y quelques jours mais elle avait encore quelques difficultés à bien appréhender le poids et les dimensions de l’arme. Elle s’obstinait néanmoins à l’utiliser quotidiennement car elle savait que c’était la seule manière d’obtenir rapidement la maitrise de son nouveau jouet. Cette fois-ci, elle avait enfoncé sa lame tellement profondément dans l’anatomie du zombie qu’elle fut contrainte de forcer pour l’en extraire. Elle perdit l’équilibre au moment où l’arme fut libérée et fit involontairement plusieurs pas erratiques qui la menèrent dos à la porte entrebâillée. Elle sentit soudain une main l’attraper par la queue de cheval. Elle se dégagea brusquement non sans perdre quelques cheveux au passage, fit volte face et trancha le bras de l’indésirable. C’est alors qu’elle remarqua qu’il n’était pas seul, au moins deux ou trois de ses petits camarades se pressaient derrière lui, dans le couloir. Jane referma précipitamment la porte et mit tout son poids contre cette dernière. Elle sentit la poignée tourner contre son flanc, le corps d’un des zombies devait probablement appuyer dessus de l’autre côté. La jeune femme tourna la tête, attendant que Leonard termine de s’occuper des autres rôdeurs pour l’aviser de la situation afin de ne pas le perturber. Elle en profita pour faire le point. Ils pouvaient s’enfuir par la fenêtre du bureau mais cela reviendrait à laisser les indésirables envahir la clinique de Willow. Or, le bâtiment contenait encore probablement du matériel que le groupe de l’hôpital ne pouvait se permettre de perdre. Une fois le bon moment arrivé, Jane fixa Leonard. « Il y a la queue derrière. Trois, au moins. », indiqua-t-elle le plus calmement possible, luttant pour retenir les indésirables qui se jetaient de tout leur poids contre la porte.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




avatar
■ En ville depuis le : 30/08/2015
■ Messages : 114
■ J'ai : 40 ans
■ Boulot/Études : Propriétaire du Moonlight Circle et fait de l'import/export

■ Célébrité : Josh Holloway
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Leonard Sheppard

Message(#) Sujet: Re: “I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” – Confucius [Jane] Sam 10 Oct - 21:38:45

Oui, la baston il savait faire. Il n’était pas le seul apparemment, Jane se débrouillait bien. Il ne la regardait pas franchement car il avait quand même plein les bras avec les bêtes, mais il la voyait manier son sabre à deux mains et elle se débrouillait mieux que bien. Il venait d’achever le dernier rôdeur lorsqu’il tourna les yeux vers la jeune femme pour voir comment elle allait. Elle semblait en bonne condition physique, mais seulement à voir son expression et la porte qui bougeait derrière elle, elle avait une mauvaise nouvelle pour lui. Son impression se confirma lorsque la jeune femme indiqua qu’il avait trois ennemis de plus derrière la porte. Elle n’en avait vu que trois, ça ne voulait donc pas dire qu’il n’y avait pas plus. Les petits copains imprévus, bon on pouvait détester, mais aujourd’hui il avait demandé à se changer les idées, alors on répondait à sa prière non? Il devait réfléchir vite. Il prit le trousseau de clé et verrouilla la porte derrière lui. Les zombies n’iraient pas plus loin que le bureau. Il ne voulait pas que la salle d’opération ou même la cuisine soient infestées. Ils avaient besoin d’une retraite et il venait de la leur interdire, mais ils pouvaient contrôler la situation.

-Ok, tu ouvres la porte laisse entrer ceux qui sont là et ferme ensuite. On va procéder par étape.

Il lança les clés à la jeune femme.

-Tu verrouilles avec la clé carrée.

Il avait une machette en main, il sortit aussi son couteau de chasse dans l’autre. Il avait demandé de l’action, il allait être servi. Mais ils allaient s’en sortir et la clinique de Willow ne deviendrait pas un nid infesté, il se le promettait. Elle lui avait confié les clés de l’endroit, il ferait en sorte que celui-ci soit dans le même état que lorsqu’il était arrivé. C’était peut-être stupide de penser ainsi, mais pourquoi pas? Et puis, il avait besoin de ça, il s’encrassait à être inactif entre les murs de l’hôpital, ce serait un bon moyen de reprendre la main. Oui, ils étaient capables. Il savait qu’il pouvait compter sur Jane et elle pourrait compter sur lui. Il le lui prouverait. Il fit un signe de la tête à la jeune femme, il était prêt pour le deuxième round de combat.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 513
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: “I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” – Confucius [Jane] Sam 17 Oct - 9:28:42

Jane attrapa la trousseau d’une main, le flanc toujours plaqué contre la porte et les genoux légèrement fléchis. Elle le savait, elle n’arriverait pas à retenir les assaillants très longtemps. A cet instant précis, elle ne ressentait pas vraiment la fatigue ni la faim mais son corps la trahissait en faisant flageoler ses jambes et trembler ses extrémités. La jeune femme passa fébrilement en revue les différentes clés, manquant de les laisser échapper de sa main puis elle parvint enfin à isoler la seule qui était de forme carrée. Elle l’enfonça dans la serrure puis se figea un instant, sourcils froncés. Ils ignoraient l’ampleur du danger qui les attendait dans le couloir, mieux valait arrêter les expérimentations et miser sur des valeurs sûres. Jane verrouilla la porte, rangea son sabre dans son fourreau, chargea son pistolet puis dégaina son bon vieux couteau. Une fois prête, elle déverrouilla la serrure puis prit une grande inspiration. Elle sentait que son endurance était limitée, ce combat avait intérêt à être bref. Elle mit la main sur la poignée. « Je lâche les fauves. »

La jeune femme ouvrit la porte d’un mouvement sec et resta dissimulée derrière le temps que les rôdeurs entrent dans la pièce afin qu’ils ne fondent pas tous simultanément sur elle. Alors qu’elle s’apprêtait à fermer la porte, l’un des quatre indésirables qui venaient de pénétrer à l’intérieur du bureau lui attrapa le bras. Elle le repoussa promptement contre le cadre de la porte d’un violent coup de pied puis enfonça sa lame dans son crâne. Alors que le cadavre de l’indésirable s’effondrait au sol, le regard de Jane qui s’était égaré dans le couloir fut attiré par un corps d’apparence humaine gisant à terre, non loin de l’accueil. Elle s’empressa néanmoins de faire volte-face et de se coller au mur afin de ne pas tourner le dos aux ennemis. Le bras tendu d’un deuxième zombie lui frôlait presque la poitrine. Elle le saisit par l’épaule afin de l’approcher d’elle puis s’en débarrassa sans difficulté. La jeune femme jeta ensuite un regard à Leonard qui avait l’air de bien se débrouiller puis se précipita vers l’entrée.

Le couloir était désert, calme, froid, presque lugubre. Une légère brise s’infiltrait dans le bâtiment. En s’approchant de l’accueil, Jane remarqua que la porte principale était entrouverte. Un cadavre de rôdeur en bloquait la fermeture. La jeune femme atteint rapidement l’homme qui était étendu au sol. Elle s’agenouilla à ses côtés et rangea son couteau. Il devait avoir une trentaine d’années. Son cou présentait une large blessure dont giclait du sang rouge vermeil. Sa carotide avait vraisemblablement été lacérée. Il avait probablement tenté de se réfugier dans la clinique pour chercher de l’aide, se soigner ou tout simplement mourir en paix. Par automatisme, Jane se servit du foulard que la victime avait autour du cou pour comprimer la plaie. « Hey, ouvrez les yeux si vous m’entendez ! » Soudain, la poitrine de l’homme se souleva et il se mit à gasper. Ce bruit funeste annonçant un trépas imminent lui glaça le sang. La jeune femme sentit ses yeux s’embuer et son visage se crisper. Elle était stupide, tellement stupide. Cet homme était condamné, s’acharner de la sorte en manipulant une plaie qui devait lui faire souffrir le martyr lui faisait sans doute bien plus de mal que de bien. Un autre détail la bouleversait; cette scène avait un désagréable parfum de déjà-vu. Warren avait succombé à une blessure similaire. Elle s’était retrouvée aussi impuissante devant lui qu’elle l’était devant cet inconnu, tentant en vain d'exécuter les mêmes gestes. Jane était à bout. Elle n’avait plus aucune force et sa résistance psychologique était mise à rude épreuve face à cet homme agonisant. Elle lâcha le foulard, lui prit la main puis éclata d’un irrépressible mélange de rires et de sanglots.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




avatar
■ En ville depuis le : 30/08/2015
■ Messages : 114
■ J'ai : 40 ans
■ Boulot/Études : Propriétaire du Moonlight Circle et fait de l'import/export

■ Célébrité : Josh Holloway
■ © Avatar : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Leonard Sheppard

Message(#) Sujet: Re: “I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” – Confucius [Jane] Dim 1 Nov - 15:25:38

Jane avait relâché les bêtes et il se battait avec acharnement sachant que la jeune femme devait être faible et devait sans aucun doute puisé dans ses dernières réserves d’énergie. Il tentait d’attirer les monstres vers lui le plus possible, mais il savait que Jane se battait avec courage et avec détermination. Il tentait de garder un visuel sur elle, mais ce n’était pas toujours évident. Puis, il l’entendit. Merde. C’était un cri du cœur qui n’avait rien à voir avec de la douleur physique. Il devait se rendre à elle. Il se dépêcha à abattre le dernier zombie qui restait, il attrapa les clés que la jeune femme avait laissées dans serrure de la porte. Il sortit de la pièce et analysa rapidement la situation. Elle allait bien, elle avait un corps humain qui mourrait devant elle, mais elle allait physiquement bien. L’homme allait se transformer rapidement, il en était sur. Il regarda la porte, il ne semblait pas y avoir d’autre ennemi visible, cependant le cri de la jeune femme pouvait en avoir attiré. Il alla donc vers la porte, dégagea le corps qui bloquait la porte et tira cette dernière pour la fermer et la verrouiller. Il se rendit ensuite vers Jane et le cadavre. Il enfonça sa lame dans la tête de cet homme qu’elle avait visiblement tenté de sauver. Il souleva ensuite la jeune femme pour la mettre sur ses pieds.

-Jane, Jane regarde-moi!

Elle était sous le choc, c’était visible. Il la souleva de terre et la déposa en travers de son épaule. Il passa dans le bureau, il ferme et verrouilla la porte derrière lui, ouvrit la porte de la salle d’opération, ne s’arrêta pas et se rendit dans la cuisine. Il fermait et verrouillait les portes dès qu’il les traversait. La jeune femme n’était sans aucun doute pas contente qu’il la trimbale ainsi, mais il s’en fichait. Elle était sous le choc et elle avait besoin d’un endroit où elle pourrait piquer sa crise sans attirer sur eux tous les zombies du coin et sans se blesser. Il y veillerait. Arriver dans la cuisine, il la posa au sol, elle semblait faible sur ses jambes alors il la fit asseoir sur une chaise près de la table.

-Jane? Est-ce que tu m’entends?
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 513
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: “I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” – Confucius [Jane] Ven 6 Nov - 16:50:24

Jane plaqua sa main contre sa bouche afin d’étouffer les sons qui en échappaient bien malgré elle. Le sang avait cessé de gicler de la plaie béante. L’homme ne respirait plus du tout. Il était parti. La jeune femme posa sa main sur le manche de son couteau mais elle fut absolument incapable de le dégainer. Elle savait pertinemment qu’il fallait qu’elle enfonce sa lame dans le crâne du cadavre mais elle ne parvenait pas à s’y résoudre. Elle était pétrifiée, prisonnière des vivaces réminiscences de la mort de Warren, la première, la seconde, et tout ce qu’il s’était passé entre les deux. Une lame vint soudain s’enfoncer brusquement dans le crâne de la victime puis Leonard l’attrapa par les épaules pour la relever. Elle n’eut aucune réaction. Ses yeux voyaient, son corps sentait mais son esprit était ailleurs, dans une autre dimension, dans un autre temps. La voix de Sheppard était assourdie, elle lui paraissait tellement lointaine. Elle ne parvenait pas à reprendre contact avec la réalité.

Le silence. Elle revivait cet étrange silence qui les avait enveloppés, elle et lui, malgré les cris de frayeur et d’agonie qui résonnaient alors autour d’eux. Elle revoyait les fragments de boîte crânienne étalés sur le sol, nappés d’une infâme bouillie de cerveau. Elle revoyait ce visage qu’elle parvenait à peine à reconnaître. La jeune femme regarda ses mains maculées de sang, terrassée par cette sensation d’absurdité, de déréalisation. Elle revivait cet instant précis où quelque chose s’était déconnecté en elle, cet instant où, pour survivre, elle s’était damnée.

Leonard l’avait portée jusqu’à la cuisine. Elle s’était tellement enfoncée dans les profondeurs de son esprit qu’elle s’était laissée faire comme une poupée de chiffon. Elle retomba brutalement sur terre lorsque ses pieds touchèrent le sol. Quelque peu confuse, elle mit quelques instants à reprendre possession de ses moyens. Sheppard lui demandait si elle l’entendait, l’air préoccupé. Jane le fixa, les yeux écarquillés. « Il faut qu’on parte d’ici. » Elle ne supportait plus cet endroit. Elle étouffait. Elle avait besoin de sentir l’air libre sur son visage, de prendre une grande inspiration, de quitter cet enfer.

La jeune femme se leva. Elle se sentait faible, vidée, lessivée mais elle parvenait encore à tenir debout. Elle jeta un oeil au rat dépecé qui attendait sagement d’être cuisiné sur le plan de travail. Si sa proie n’avait pas fait partie de l’équation, elle aurait probablement déjà pris ses jambes à son cou et quitté le bâtiment le plus rapidement possible. Sa raison lui intimait néanmoins de ne pas renoncer à ces quelques grammes de protéines. Elle remit correctement son sac sur son dos, attrapa l’animal par la patte puis se dirigea vers la porte, tentant de masquer son empressement pour ne pas paraître complètement folle. Sheppard pouvait bien essayer de l’arrêter, elle ne passerait pas une minute de plus enfermée dans cette clinique de malheur.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: “I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” – Confucius [Jane]

Revenir en haut Aller en bas
“I hear and I forget. I see and I remember. I do and I understand.” – Confucius [Jane]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» If you can hear me now I'm reaching out to let you know that you're not alone PV
» Hello hello, can you hear me? I can be your china doll if you want to see me fall. ₪ 31 jan, 20h15
» ENEYA • « never forget where you came from »
Réponse Rapide
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Terrain de Jeux :: Archives des RP

-