Boutique

Pour avoir accès à la boutique,
clique sur le panier!

Bon shopping!






 

Partagez | .
 

 We really need some sibling time - Birmingham⁴

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 512
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: We really need some sibling time - Birmingham⁴ Mer 12 Aoû - 21:23:02

Jane se réveilla aux premiers rayons du soleil. Elle repoussa doucement la couette  dans laquelle elle s'était enveloppée et s’assit sur le lit douillet qui l'avait accueillie le temps d'une nuit, agréablement surprise de ne pas ressentir les courbatures qui accompagnaient usuellement ses matins. Elle n’était pas habituée à tant de confort. En général, elle préférait s’astreindre à la dureté du sol afin de ne pas sombrer dans un sommeil trop profond. La veille pourtant, elle avait décidé de faire une exception et de prendre soin d’elle, choisissant comme abri un charmant pavillon à l’ouest du centre-ville. Par chance, aucun indésirable n’était venu tirer avantage de la situation. Jane se leva et fit quelques pas, pieds nus sur la moquette. Elle croisa son image dans le miroir d’une coiffeuse sur laquelle traînaient quelques produits de maquillage. Elle hésita quelques secondes puis s’assit en face de la glace et s’appliqua un léger trait d’eye-liner ainsi qu’une fine couche de rouge à lèvres. Elle esquissa un petit sourire puis fronça les sourcils, légèrement mal à l’aise, comme si la Jane d’avant la fixait à travers son reflet.

La jeune femme alla enfiler ses chaussures puis se dirigea vers la cuisine. La pièce aux murs blancs était baignée de lumière. Elle tira le rideau afin de se dissimuler aux yeux du monde puis ouvrit les portes d’un placard et en sortit un petit paquet de biscuits avant de s’installer à table. Alors qu’elle entamait son deuxième gâteau, une larme se mit à couler le long de sa joue. Ces derniers jours, Jane pleurait beaucoup, souvent. Les perles d’eau salée qui s’échappaient du coin de ses yeux s’échouaient parfois sur les contours d’un sourire. Les souvenirs enfouis des moments heureux reprenaient peu à peu leur place dans sa mémoire. Elle les dépoussiérait un à un, leur rendant leur éclat, leur saveur d’antan. Ces mêmes biscuits, Jane les servait pendant ses vols. Elle guettait le moment où le copilote se déciderait à prendre une pause pour se glisser dans la cabine de pilotage où l'attendait Warren, armée de quelques gâteaux et de son plus beau sourire. C’était l'un de leurs petits rituels. La jeune femme passa sa main sur sa joue. Heureusement que l’eye-liner était waterproof.

Jane jeta un oeil à sa montre. Il fallait qu’elle se hâte, elle avait rendez-vous avec ses frères une trentaine de minutes plus tard, au bord de la rivière, à quelques centaines de mètres de l’hôtel. Ils avaient décidé d’aller tous trois rendre visite à Alicia. Une visite sans mauvaise nouvelle, sans révélation tonitruante, sans sutures à vif. Une visite sans aucun but précis. La jeune femme savait que sa soeur en avait besoin, ils en avaient tous besoin. Les liens qui les unissaient étaient tellement forts qu’ils avaient parfois l’impression qu’ils pourraient résister à tout. Or, rien n’était indestructible. S’ils continuaient à se négliger les uns les autres, ils pourraient se perdre. Jane en avait pris conscience en réfléchissant aux paroles prononcées par sa jumelle la dernière fois qu’ils avaient tous les quatre été réunis. Cette discussion avait été décisive à bien des égards. Depuis ce jour, la jeune femme avait réellement évolué. Certes, ses démons continuaient à la rattraper. Elle oscillait entre espoir et découragement et un rien pouvait plonger une journée ayant débuté sous le signe de l'optimisme et de la combattivité dans les ténèbres de la douleur et de la mélancolie. Néanmoins, globalement, elle progressait. Elle ne vivait plus dans le déni et elle commençait à dompter sa culpabilité. Grâce à sa famille.

La jeune femme rassembla rapidement ses affaires puis dégagea la sortie des barricades installées la veille. Après quelques secondes d’hésitation, elle rangea également la boîte de biscuits dans son sac. Elle ferma soigneusement la porte de la maison derrière elle puis se mit en route, longeant les eaux troubles du Buffalo Bayou. Sur le chemin, elle ne croisa que deux rôdeurs qu’elle évita soigneusement afin de ne pas gaspiller son énergie. Une fois arrivée au point de rendez-vous, elle s’assit dans l’herbe au bord de la rivière. Ses frères ne devraient plus tarder.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.


Dernière édition par Jane Birmingham le Jeu 13 Aoû - 22:20:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t67-for-the-two-of-us-home-isn-t-a-place-it-is-a-person-and-we-are-finally-home#358
avatar


■ En ville depuis le : 03/06/2015
■ Messages : 172
■ J'ai : 37 ans
■ Boulot/Études : Propriétaire du Dusk

■ Célébrité : Joe Manganiello
■ © Avatar : Shiya
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : Non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Raffael Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: We really need some sibling time - Birmingham⁴ Mer 12 Aoû - 23:45:04

Ils avaient quitté l’hôpital pour se rendre au lieu de rencontre avec Jane. Ils avaient choisi d’aller voir Alicia. Elle avait eu raison la dernière fois, ils ne la visitaient pas assez souvent et la faisait se sentir à part. C’était leur faute. Ils avaient pris pour acquis qu’elle avait James, comme si ce fait faisait qu’elle n’avait pas besoin d’eux. Erreur importante qu’elle leur avait rappelée. Ce n’avait pas été facile pour Kaleb d’entendre les propos d’Ally, il l’avait pris plus personnel que lui, il fallait dire que c’était Kal le « chef » de famille. Il regarda son frère à la dérober pendant qu’il conduisait. Ils avaient pris une petite voiture pour faire le trajet et allaient prendre Jane sur le chemin. Ils avaient convenus que Kal conduisait, Raffael récupérerait Jane pendant que Kal laissait le monteur tourner. C’était la meilleure façon de quitter rapidement.

Kaleb s’arrêta à distance raisonnable de l’endroit où ils devaient rejoindre leur cadette, ils ne voulaient pas attirer les zombies trop près de leur sœur avec le bruit du moteur. Kal se déplacerait au besoin et avait donné un autre point de rencontre à Raffael pour le cas où ils auraient un problème. Raff sortit sa machette et s’avança veillant à ne pas se laisser surprendre. Il devait avouer que l’endroit était plus calme que ce qu’il croyait. Il se rendit aisément là où ils avaient dit et trouva Jane assise dans l’herbe. La voir ainsi installée, fit un naître un sourire sur ses lèvres. Un souvenir lui était revenue, elle n’était pas assise dans l’herbe cette journée-là, mais près du bord de la piscine. Elle écrivait selon son souvenir. Il l’avait attrapé et lui avait tout juste laissé le temps de laisser tomber crayon et papier avant de la lancer dans l’eau clair tout habillé. Cette image le fit rire. Il le fit suffisamment fort pour que Jane l’entende, mais pas assez pour alerté les bêtes qui pourraient être à proximité. Arrivé aux côtés de sa sœur, il lui tendit la main pour l’aider à se lever. Son sourire s’effaça en voyant que sa sœur s’était servie de maquillage. C’était un choc de la voir ainsi. Un choc car la dernière fois qu’il l’avait vu ainsi reposé et apprêté remontait à avant l’arrivée des zombies. Il avait eu le souffle coupé momentanément.

-Tu es magnifique.

Ce fût tout ce qu’il put lui dire. De toute façon, n’était-il pas l’homme de Cro-Magnon qui ne pouvait rien sortir sans crier ses derniers temps? Alors, mieux valait qu’il limite ses propos au stricte minimum. Il prit la main de Jane dans la sienne.

-Kal nous attends un peu plus loin.

Il entraîna sa sœur à sa suite, ne lui lâchant pas la main. C’était rassurant de la voir ainsi. Oh, il avait bien remarqué la tristesse dans son regard, mais il n’en avait pas fait état. Il valait mieux se concentrer sur le positif qui entourait Jane et laisser le négatif de côté. Elle était belle, elle l’avait toujours été et aujourd’hui, il avait l’impression de retrouver une partie de la Jane du passée. Il savait qu’elle était en train de revenir, il l’avait vu dans ses yeux à son dernier passage à l’hôpital, quand Kaleb avait dû lui donner des soins, il en avait la confirmation sous les yeux à cet instant. Il ne pouvait dire à quel point ce changement en elle le rendait heureux. Il voyait la lumière au bout de ce tunnel si sombre qu’avait fréquenté sa cadette. Ils trouvèrent facilement la voiture et Kal, comme si cette journée devait être marquée par la facilité, il n’y avait qu’un seul zombie en approche et il était trop loin pour leur faire du mal. Tenant toujours sa sœur par la main, il augmenta la cadence et fit entrer Jane à l’arrière de la voiture, montant à sa suite. Pas de perte de temps à savoir qui montait à l’avant ou à l’arrière, les deux se retrouvèrent à l’arrière.

-On y va.
Revenir en haut Aller en bas




avatar


■ En ville depuis le : 30/11/2014
■ Messages : 766
■ J'ai : 35 ans
■ Boulot/Études : Médecin légiste

■ Célébrité : Jason Momoa
■ © Avatar : Athena
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Kaleb Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: We really need some sibling time - Birmingham⁴ Jeu 13 Aoû - 23:08:02

La journée commençait bien, les rues semblaient étrangement calme, Raffael semblait ne pas avoir eu de problème à trouver Jane, ni a revenir avec elle vers la voiture. C’était bien. Il regarda son frère et sa sœur prendre place sur le siège arrière de la voiture. Il remarqua que Jane avait quelque chose de changer, mais n’eut pas le temps d’observer assez longtemps pour savoir de quoi il s’agissait. Il démarra la voiture et partit en direction de l’hôtel. Ils allaient voir Alicia. Il espérait qu’elle apprécierait leur visite. La dernière fois qu’ils s’étaient vus n’avaient pas été très joyeuse et elle leur avait fait des reproches mérités. Il comptait bien réparer les tords envers elle. Jane, Raffael et lui se rendaient sur place dans aucun autre but que de voir Alicia. Comme elle l’avait demandé. Mais elle n’aurait pas dû avoir à le faire. Kaleb s’en voulait pour ça, mais il ne pouvait pas effacer le passer, seulement faire en sorte de faire mieux dans l’avenir. Il jeta un regard dans son rétroviseur et regarda Jane. Il eut un sourcil interrogateur.

-Tu t’es maquillée?

Il eut un sourire, oui, Jane avait souligné ses yeux et même mit un peu de rouge à lèvre. C’était étrange de la voir ainsi. En même temps, il ressentait un certain plaisir à la voir comme ça.

-C’est très jolie. Alicia sera ravie de te voir ainsi, tu as vraiment bonne mine Jane.

C’était vrai, à comparer avec les derniers fois où il avait vu sa cadette, elle avait vraiment une superbe mine. Il pouvait dire que son inquiétude s’atténuait en la voyant ainsi. Bien sur, il préférerait qu’elle soit avec eux en permanence, mais au moins, il voyait du progrès. Il voyait qu’elle semblait reprendre vie. La partie n’était pas gagné, Jane restait quand même un peu inaccessible, mais l’effort qu’elle faisait était grandiose et méritait qu’il le souligne en la complimentant. Ils arrivèrent près de l’hôtel, il gara la voiture un peu plus loin afin que les zombies attirés par le bruit du moteur ne viennent pas importuner le groupe qui vivait là. Son but n’était pas d’embêter ses gens, mais de venir voir sa sœur.

Il se dirigea vers l’entrée, il remarqua cet homme que Raffael et Hunter étaient venus chercher quand la petite blonde avait été agressé. Joshua s’il se souvenait bien. Ce dernier les laissa entrer sans même poser de question. Il était avec un autre, celui-ci les regarda de bas en haut comme s’il les jaugeait. Kal n’apprécia pas l’examen. Il se dirigea vers l’entrée, Raffael et Jane le suivant. On leur indiqua une petite salle où il pourrait trouver Alicia. Ils entrèrent dans la pièce.

-J’ai entendu dire qu’il y avait une Birmingham ici. C’est vrai?

Il offrit un grand sourire à sa sœur espérant de tout cœur qu’elle ne lui tenait pas rancune pour ses erreurs passées. Il espérait pouvoir retrouver un peu de sa famille dans cette rencontre. Il ne savait pas comment réagirait Ally. Elle pouvait autant être en opposition qu’être contente de les voir là. Il espérait qu’elle serait contente. Il se présenta près d’elle les bras tendu, ouverts. La balle était dans son camp maintenant.
Revenir en haut Aller en bas




http://dontfeartheripper.forum-canada.com/t359-riley-not-double-trouble-but-twice-blessed#5823
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 135
■ J'ai : 28 ans
■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : Athéna
■ © Photo identité : Je l'ignore, malheureusement!

■ Multicomptes : Non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Riley Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: We really need some sibling time - Birmingham⁴ Dim 16 Aoû - 1:27:41

Alicia était dans le bureau qui jouxtait l’accueil de l’hôtel depuis une bonne heure. Depuis leur dernière réunion, elle jonglait avec l’horaire des tours de garde et se faisant, elle avait délaissé la gestion de leur inventaire. Alors ce matin-là, elle avait fait le décompte de tout ce qu’ils avaient dans la réserve pour tout retranscrire dans son dossier. Voilà qui tranchait radicalement avec son boulot de massothérapeute. La paperasse n’avait jamais été son fort et pourtant, c’était elle qui avait hérité du job. Peut-être était-ce seulement parce qu’elle était une véritable maniaque dans l’âme et que tout devait toujours être rangé à sa place. Pour la taquiner, James s’amusait parfois à déplacer un objet, histoire de voir combien de temps elle pourrait tenir avant de se sentir obligée de le replacer. A sa grande honte, ça ne durait jamais bien longtemps. C’était sans doute pourquoi on avait suggéré qu’elle gère l’inventaire et les horaires. Avec une maniaque de l’ordre aux commandes, ça ne pouvait faire autrement que d’aller comme sur des roulettes.

Ça faisait donc une bonne heure qu’elle avait la tête dans la paperasse – et qu’elle regrettait son ordinateur – quand elle entendit la porte du bureau s’ouvrir. Qui que ce soit, la personne était suicidaire. Tous savaient qu’elle n’aimait pas être dérangée quand elle travaillait, c’était reconnu publiquement. Personne ne s’y risquait, pas même James. Alors lorsqu’elle leva la tête et vit ses frères et sa sœur entrer dans le bureau, Alicia fronça les sourcils. C’était quoi ça, encore? Une embuscade parce qu’elle n’était pas retournée à l’hôpital depuis leur dernière… conversation? Le sourire et les bras ouverts de Kaleb ne lui firent ni chaud ni froid. Mais sa remarque sur la Birmingham supposée se trouver dans ce bureau lui donna un coup au cœur. Elle se contenta de croiser les bras sur sa poitrine et de les fixer tour à tour. Tiens, Jane s’était maquillée. C’était nouveau ça. Mais Ally ne se faisait plus d’illusions. Ce n’était pas parce que sa sœur avait été prise par un soudain élan de coquetterie qu’elle était redevenue cette bonne vieille Jane pour autant. Quant à ses frères, ils avaient plutôt bonne mine, c’était déjà ça. Mais ça n’expliquait toujours pas ce qu’ils fichaient tous là. S’ils étaient là parce qu’elle leur avait reproché de ne jamais venir à l’hôtel pour autre chose qu’une négociation quelconque, il était un peu tard. Il était trop tard pour y penser.

- Le nom et l’ADN ça ne fait pas de nous une famille. Je croyais pourtant l’avoir dit la dernière fois.

D’accord. Elle était glaciale, mais ils l’avaient bien cherché. Ses frères tout du moins. Ils en avaient mis du temps avant de lui payer une petite visite. Parce qu’il ne fallait pas se leurrer, c’était ce qu’ils avaient planifié. Pensaient-ils se racheter comme ça? Pensaient-ils qu’elle tomberait dans le panneau comme une idiote? Cette rencontre lui avait tout l’air d’avoir été soigneusement planifiée. Ne serait-ce qu’à cause de la présence de Jane. Elle ne serait pas revenue aussi rapidement à l’hôtel, ça ne lui ressemblait pas. Alors non, Alicia ne croyait pas à une coïncidence. Ça voulait dire que sa sœur avait vu les garçons depuis leur dernière rencontre. Parce qu’elle lui en aurait parlé autrement. Du moins, c’était ce que croyait la jeune femme.

D’accord, elle leur accordait un point pour l’effort, mais ils en avaient mis du temps. Ça ne serait pas aussi facile pour elle de passer l’éponge. Alicia n’aimait pas les disputes, mais elle était d’une nature rancunière. Si elle pouvait pardonner, elle n’oubliait cependant pas. Et elle n’oublierait sans aucun doute jamais comment elle s’était sentie mise de côté par sa propre famille, comment elle s’était sentie carrément délaissée, abandonnée à son sort sous prétexte qu’elle avait James à ses côtés. On pourrait lui reprocher bien des choses, mais jamais on ne pourrait dire qu’elle mettait sa famille de côté. Jamais. Elle avait toujours fait clairement comprendre que sa famille aurait toujours la priorité. On ne pouvait pas en dire autant de tout le monde cependant…
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 512
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: We really need some sibling time - Birmingham⁴ Dim 16 Aoû - 13:04:42

Jane passait sa main dans l’herbe humidifiée par la rosée du matin lorsque le rire de son frère lui fit lever les yeux. Elle s’apprêtait à lui demander ce qu’il y avait de si hilarant mais elle fut prise de court lorsqu’il lui dit qu’elle était magnifique. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas entendu de tels mots sortir de sa bouche. Ces derniers mois, elle s’était habituée à une toute autre sorte de commentaires sur son physique, ayant pour principaux thèmes sa maigreur, sa pâleur ou ses cernes et généralement accompagnés d’un air grave et inquiet. Jane, quelque peu décontenancée, balbutia un merci en fronçant les sourcils puis elle attrapa la main de Raffael et se releva. Ils se mirent rapidement en marche vers la voiture garée non loin de là dans laquelle les attendait l’aîné puis s’engouffrèrent sur la banquette arrière du véhicule qui ne tarda pas à démarrer. Flâner au bord d’une rivière en profitant de la douceur d’une mâtinée estivale était un luxe qu’ils ne pouvaient plus se permettre.

Kaleb, qui était au volant, remarqua qu’elle s’était apprêtée et ne tarda pas lui non plus à la complimenter. La jeune femme sourit, les sourcils légèrement froncés. Cela lui faisait plaisir mais elle se sentait quelque peu gênée. Ses frères avaient l’air de conférer tout un symbole à quelque chose qui n’avait été qu’une pulsion face à une coiffeuse placée sur son chemin. Se maquiller avait toujours été un automatisme pour elle, cela faisait partie de sa tenue de travail. Peut-être que ce réveil après une nuit au calme dans un lit confortable l’avait en quelque sorte propulsée dans son ancienne routine. Etait-ce réellement un signe encourageant, marquant le fait qu’elle était sur la bonne voie ? Elle n’en avait aucune idée, elle n’y avait absolument pas réfléchi. Néanmoins, si quelques touches d’eye-liner et de rouge à lèvres pouvaient suffire à rassurer quelque peu sa famille sur son état général, Jane devrait résolument s’y astreindre plus souvent. Si elle avait su, elle aurait emporté les cosmétiques avec elle.

L’imposante structure de l’Omni Houston Hotel se dressa rapidement devant eux. Ils sortirent de la voiture, se dirigèrent vers l’entrée puis passèrent sans encombre les contrôles de sécurité. Jane ne put toutefois s’empêcher de jeter un regard impertinent à l’homme qui les toisa de la tête au pied. Elle était parvenue à réprimer tout commentaire sarcastique, il ne fallait pas trop lui en demander. On les dirigea vers une petite pièce non loin de l’accueil de l’hôtel. Ils y trouvèrent effectivement Alicia qui semblait se noyer sous une pile de paperasse. Cette dernière laissa Kaleb et ses bras tendus en plan et les gratifia tous d’une réplique glaciale. Jane fut quelque peu bousculée par l’accueil de sa jumelle mais elle n’était pas particulièrement surprise. Alicia avait raison de leur en vouloir et il n’était pas anormal qu’elle leur en fasse un peu baver. La jeune femme fit quelques pas en avant. « T’as tout à fait raison Ally et c’est pour ça qu’on est là. On te doit tous des excuses. »

Jane s’en voulait d’avoir directement blessé sa soeur de par ses choix de vie, arguant que ses problèmes personnels étaient assez graves pour excuser son comportement mais elle culpabilisait également d’avoir autant éclipsé sa souffrance et accaparé l’attention de ses frères. Cela n’avait pas été volontaire, bien au contraire, mais les faits étaient là. Jane aurait pu se justifier en prétextant qu’elle n’avait pas réalisé l’ampleur des conséquences de son attitude mais cela aurait été mentir. La jeune femme en était parfaitement consciente car elle savait à quel point elle aurait été affectée si les rôles avaient été inversés. Un soir, elle avait même écrit noir sur blanc dans une lettre adressée à sa soeur qu’elle se détestait pour ce qu’elle lui faisait subir. Elle savait, mais elle n’avait rien fait pour arranger les choses, submergée et paralysée par sa propre peine. Jane fronça les sourcils tout en regardant sa jumelle. « Moi la première. » Elle avait peut-être des circonstances atténuantes mais cela n'altérait en rien la nécessité de ces excuses.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t67-for-the-two-of-us-home-isn-t-a-place-it-is-a-person-and-we-are-finally-home#358
avatar


■ En ville depuis le : 03/06/2015
■ Messages : 172
■ J'ai : 37 ans
■ Boulot/Études : Propriétaire du Dusk

■ Célébrité : Joe Manganiello
■ © Avatar : Shiya
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : Non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Raffael Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: We really need some sibling time - Birmingham⁴ Mar 18 Aoû - 22:05:22

Un vent glacial avait traversé la pièce en même temps que les paroles d’Alicia. Elle était fermée à leur visite, ce n’était pas bon, pas bon du tout ça. Il regarda Kal qui restait muet. Il lança donc doucement.

-Tu crois que si tu n’étais que de l’ADN pour nous, nous serions là?

Ils venaient de se buter au mur « Alicia ». Oh oui, sa sœur pouvait être une vraie tête de mule et avait la rancune solide. Cependant, la rancune n’avait pas sa place dans leur nouveau monde. Ils allaient tous mourir, qui sait combien de temps ils leur restaient. Personne ne pouvait le dire. Ils pouvaient aussi sortir après cette visite, tomber dans une embuscade de zombie et mourir. C’était aussi simple que ça. Elle avait eu raison d’être en colère, mais ils n’étaient pas les seuls à avoir des tords et il était temps que quelqu’un le lui indique. Kal était l’orateur idéal, mais il ne pouvait quand même pas le laissé tout le temps se démerder ainsi. Surtout qu’il ne disait rien en ce moment, il restait là les bras ouverts pendant que Jane se précipitait vers leur sœur pour lui offrir ses excuses. Il regarda les deux jeunes, il parla sur un ton calme et neutre pour une fois.

- Nous te devons des excuses c’est vrai, nous  avons fait des erreurs, je veux bien l’admettre. Mais nous ne sommes pas seul dans l’histoire.

Kaleb était triste après cette rencontre avec Alicia et Jane, il avait parlé un peu avec Mackenzie mais elle avait senti qu’il n’était pas près à entendre ce qu’elle avait à dire, alors elle était venue le voir. Il savait bien que Kal devait avoir eu cette discussion avec Mac à présent, mais elle lui avait donné des informations qui lui permettait de poursuivre. Il ne le fit pas avec rancœur, non. Il avait compris que sa sœur était triste et leur en voulait, il pouvait l’accepter, mais il se devait quand même de mettre les pendules à l’heure. Il le fit tout en gardant son calme, encore une fois, s’adoucissant même.

- James disait à Mac pendant que Kal , toi et moi avions rejoint Jane, que vous deviez vous trouver des raisons de négocier pour venir nous voir Alicia. Tu peux nous jeter la pierre, mais tu fais exactement la même chose.

Il resta campé près de son aîné sachant que ce dernier devait être aux aguets de ses moindres paroles. Il n’avait pas l’habitude des discours et les derniers avec Jane avaient été désastreux. Mais la dernière fois, Ally était partie blessée et Kaleb aussi. C’était bien la première fois qu’il avait vu son frère aussi atteint par quelque chose.

- Quand nous étions hors du pays Ally, pendant six, dix ou même douze mois, devenions-nous seulement de l’ADN pour toi? Tu n’as jamais été et ne seras jamais que de l’ADN pour moi, pour Kal non et encore moins pour Jane.

Il regarda Kaleb, regarda Jane aussi, il savait qu’il devait approuver au moins cette partie dans ses propos. Il regarda Alicia.

- Ne pas être là, ne veut pas dire que nous ne tenons pas à toi. Je ne remets pas en doute des décisions, cependant, le fait est que tu as fait ton choix en venant dans ce groupe fermé qui est hostile aux visiteurs, tout comme nous avons fait le nôtre en créant un groupe ouvert qui accueil même ceux qui ne sont que de passage. Notre organisation demande du temps, de la patience et beaucoup de sacrifice.

Encore là, il parlait toujours sur un ton neutre, son but n’était pas d’accuser qui que ce soit, mais de mettre les faits sur la table. Des faits établis. Elle savait ce qu’impliquait le travail d’un tel groupe, ils étaient moindres et avaient besoin de tant de choses, alors eux, les ressources étaient manquantes en permanence.  D’accord, les animaux aidaient, mais ils allaient devoir bientôt faire une longue sortie pour en trouver d’autres et trouver de la nourriture à ceux qu’ils avaient déjà. C’était leur responsabilité de veiller à ce genre de choses.

- Nous sommes là pour réparer nos erreurs Ally. Veux-tu faire ça en famille?

Il eut un petit sourire triste en repensant à un adage paternel. Il leur avait répété tellement souvent, surtout à Kal et lui, mais les filles y avaient aussi eu droit.

- Tu te souviens de ce que Papa disait toujours Ly, mieux vaut tard que jamais et que la rancœur ne mène qu’à la peine et la tristesse.

Il avait regardé sa sœur en disant cela. Ly, ça devait faire au moins quinze ans qu’il ne l’avait pas appelée ainsi. À l’adolescence, elle avait décidé que ça faisait trop enfantin et qu’il devrait l’appeler Ally ou Alicia comme les autres. Ce surnom lui avait échappé. Il espérait qu’elle ne lui en voudrait pas pour ça. Il termina en mettant ses mains dans ses poches, ne sachant plus trop sur quel pied danser.

- La balle est dans ton camp maintenant. Tu as le choix, tu envie de nous voir rester, ou veux-tu que nous partions?
Revenir en haut Aller en bas




avatar


■ En ville depuis le : 30/11/2014
■ Messages : 766
■ J'ai : 35 ans
■ Boulot/Études : Médecin légiste

■ Célébrité : Jason Momoa
■ © Avatar : Athena
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Kaleb Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: We really need some sibling time - Birmingham⁴ Ven 21 Aoû - 17:10:58

Hum la balle venait de lui rebondir en plein visage. Alicia n’allait pas accepter leur venu ici comme une preuve de bonne volonté. Il restait là, les bras tendu ouvert comme un être stupide et maladroit. Sûrement qu’il méritait cette réplique, mais il n’avait pas cherché à faire du mal à sa sœur. Il n’avait fait que son possible. D’accord, il était coupable de ne pas avoir assez essayé de venir la voir. Elle avait raison, mais la voir aussi hostile le rendait triste. Il comprenait l’ampleur de la douleur de sa sœur, elle avait dû souffrir plus encore. Alicia était ainsi, lorsqu’elle était blessée, elle réagissait avec rancœur et sans aucune pitié. Il écouta Jane. Celle-ci s’excusa. Ce fût ensuite Raffael qui prit la relève. Le fait que Kal n’avait pas ouvert la bouche sembla lui délier la langue, mais Raff fût calme cette fois. Kaleb le laissa parler, en fait, il n’avait pas envie de parler en ce moment, il n’avait même pas pris la peine de baisser les bras. Raffael s’excusa à son tour, expliquant qu’ils n’étaient pas les seuls à avoir fait des erreurs. Il continua en racontant les propos que James avaient tenus auprès de Mackenzie. Sa femme lui en avait parlé, eux aussi devait trouver des raisons pour venir les voir et ils ne pouvaient pas passer très souvent.

Kaleb écouta son frère cadet parler du temps qu’ils étaient à la guerre, lui raconter que ce n’était pas parce qu’ils n’étaient pas là qu’il n’y avait plus de lien entre eux. Il continua en parlant de leur groupe respectif et la tâche colossale qui leur incombait. Tout ça était bien beau, mais ce n’était pas ce dont Alicia avait besoin d’entendre. Il mit enfin sur le doigt sur le problème en parlant qu’ils étaient là pour réparer les erreurs. C’était vrai. Ils étaient là pour ça. Est-ce que sa sœur en avait envie? Là aussi c’était une autre histoire. Il écouta la suite, écoutant l’adage de leur père. Si lui avait pensé à la balle, Raffael l’exposa. C’était comme s’il s’agissait d’un ultimatum. Kaleb laissa finalement ses bras retomber le long de son corps, elle ne viendra pas de toute façon. Il y avait une chaise appuyé contre le mur, il se dirigea vers elle et s’installa dessus en silence. Il ne bougerait pas de là. Ce n’était pas une question d’ultimatum, pas une question de différence de groupe. Oui, ils étaient tous très occupé, Raffael avait raison. Mais il était le chef de la famille, c’était à lui que revenait la responsabilité de garder sa famille unie. C’était ainsi qu’il l’avait toujours vu et ainsi qu’il le verrait sans doute toujours. C’était probablement pour cette raison que les propos de sa petite sœur l’avaient tellement atteint. Il regarda Alicia, pas Jane, ni Raffael, seulement elle.

-Je suis désolé Ally.

Si entendre Raffael l’appeler comme lorsqu’elle était adolescente pouvait lui faire plaisir, lui il préférait encore utiliser son surnom habituel.

-Je t’aime petite sœur.

C’était tout ce qu’il avait à dire. Il savait que Jane comprendrait, elle savait qu’il l’aimait elle aussi. Mais pour le moment ce n’était pas Jane ou Raffael qui avait besoin d’entendre ses mots, elle avait besoin que ce soit pour elle et pour elle seule. Elle avait été dissociée de la famille selon elle, Alicia avait besoin de savoir qu’ils l’aimaient toujours aussi fort et qu’elle faisait toujours partie d’eux même s’ils n’étaient pas venus la voir et avaient pris pour acquis qu’elle allait bien. Il ne referait pas l’erreur et elle espérait qu’elle pourrait lui pardonner son manque de présence. Il voulait bien réparer, mais il fallait qu’elle accepte pour cela.
Revenir en haut Aller en bas




http://dontfeartheripper.forum-canada.com/t359-riley-not-double-trouble-but-twice-blessed#5823
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 135
■ J'ai : 28 ans
■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : Athéna
■ © Photo identité : Je l'ignore, malheureusement!

■ Multicomptes : Non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Riley Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: We really need some sibling time - Birmingham⁴ Jeu 27 Aoû - 21:38:01

Ils lui devaient des excuses. Voilà ce que venait de dire Jane. Mais non, ce n’était pas des excuses dont elle avait besoin. Le mal était fait depuis longtemps. Aucune excuse au monde ne pourrait lui faire oublier à quel point ça faisait mal de se rendre compte qu’elle était invisible aux yeux de sa propre famille, qu’elle devait taper du poing pour leur faire réaliser qu’elle était là, qu’elle existait. Ce n’est que lorsque Raffael parla de la conversation que James avait eue avec Mackenzie qu’elle lança son crayon sur le bureau, furieuse. De toute évidence, soit James s’était mal exprimé, soit Mac avait mal compris. Ou bien son homme ne la comprenait tout simplement plus. Il était grand temps de remettre les pendules à l’heure.

- Pour ton information, Raffael, si je suis obligée de trouver des excuses bidon pour passer à l’hôpital, c’est uniquement parce que je me suis fait accuser de nombreuses fois de vous faire passer avant mon propre groupe! Peux-tu en dire autant? Tu m’excuseras, mais j’en doute! lança-t-elle avant d’inspirer profondément par le nez dans une vaine tentative de garder son calme.

Ça la démangeait de lui rappeler son dernier passage à l’hôtel, quand il était venu avec Hunter pour prévenir Joshua au sujet de Taylor. Il aurait pu demander à la voir et il ne l’avait pas fait. Alors de quel droit Raffael se permettait-il de lui faire la morale? Contrairement à eux, elle faisait l’effort d’aller les voir, même quand il n’y avait absolument rien à négocier. A chaque fois qu’il sentait qu’elle avait besoin de voir sa famille, James lui trouvait une excuse pour aller à l’hôpital, histoire qu’on ne l’accuse pas de passer plus de temps avec sa famille qu’avec les survivants de son propre groupe. Même si elle n’avait jamais fait de mystère sur le fait que sa famille passerait toujours avant les autres, même si plusieurs comprenaient et ne lui en tenaient pas rigueur, Alicia savait pertinemment que ce n’était pas tout le monde qui se montrait aussi compréhensif. Les rares fois où elle était allée à l’hôpital sans ramener quelque chose d’utile, certaines personnes lui avaient clairement fait comprendre ce qu’ils en pensaient. Depuis, ils essayaient toujours d’avoir une raison, aussi bidon soit-elle, pour pouvoir aller rejoindre la famille à l’hôpital sans qu’au retour on ne l’accuse de se ficher de son propre groupe.

Mais comment son frère osait-il lui rappeler quand ils partaient en mission pour l’armée? C’était tellement loin d’être la même chose! Quand ils partaient, c’était leur job. S’ils étaient loin, ils faisaient leur possible pour donner régulièrement de leurs nouvelles, pour en prendre également. La différence était là. Depuis 6 mois, Alicia avait l’impression d’être transparente, chose qui ne lui était jamais arrivée par le passé. Jamais sa propre famille ne l’avait fait se sentir aussi… rejetée. Alors entendre Raffael lui seriner les paroles de leur père n’aida pas sa cause. Pensait-il réellement qu’essayer de la rallier à la famille en utilisant les propos de leur père allait être efficace? Au contraire, ça ne faisait que lui montrer à quel point le fossé s’était creusé entre eux en six mois. Par le passé, même quand ils n’étaient pas dans la même ville, ils prenaient régulièrement des nouvelles des autres. Mais maintenant qu’ils étaient tous à Houston, c’était le silence radio.

- Tu penses que mon groupe ne me demande pas de boulot, des sacrifices? Tu penses qu’on n’a pas non plus des problèmes d’organisation? Tu penses que je suis bête au point de ne pas me rendre compte de tout ce que ça représente?

Les larmes lui montèrent aux yeux, mais Alicia les chassa d’un revers de la main avant de se lever lentement pour regarder son frère droit dans les yeux. Pour la première fois de sa vie, Ally eut le sentiment que Raffael la prenait de haut et elle sentit la nausée monter peu à peu. C’était la même chose à chaque fois qu’elle vivait une… émotion trop forte. Ça tournait en nausée et ça ne passerait qu’une fois qu’elle aurait été malade comme un chien. Mais il était hors de question qu’elle leur donne cette satisfaction-là.

- La différence entre nous, c’est que moi je faisais passer ma putain de famille avant le reste. C’était ça ma priorité. On ne peut pas dire que nos priorités sont les mêmes, pas vrai? Ou bien notre définition du mot «famille» est bien différente.

C’est à peine si elle avait vu que Kaleb avait pris possession de l’autre chaise. Elle le vit du coin de l’œil et compris qu’il serait difficile de l’en déloger. Tout comme c'était à peine si elle l'avait entendu lui dire qu'il l'aimait. Qu’importe. Pour le moment, c’était Raff qui lui sortait par les yeux, qui la mettait dans une rage folle. Le grand moralisateur qu'il était! Comme s'il était le seul à avoir un avis qui comptait, peu importe le sujet! Il se sentait le droit de la rabaisser parce que ses choix n’étaient pas les mêmes que les siens? Si c’était ce qu’il pensait d’elle, la porte était là. Personne ne le retenait.

- Si tu es venu ici dans le but de me rabaisser, bravo, c’est réussi. Je ne pensais pas un jour que j’aurais à me sentir comme de la merde grâce à ma propre famille. Enfin! Je ne vous retiens pas. La sortie est sur votre gauche.

Ally repris brusquement place dans son fauteuil et ouvrit violemment le tiroir à la recherche du fouttu dossier contenant tous ses relevés des inventaires précédents. La colère avait quand même ça de bon, elle était tellement furieuse qu’elle n’avait plus envie de pleurer.

HS: Désolée, si ç'a été long. J'avais du mal avec les réactions de ma chère Ally!
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 512
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: We really need some sibling time - Birmingham⁴ Ven 28 Aoû - 2:31:11

Le visage de Jane se décomposait à mesure que ses illusions s’effondraient. Comment avait-elle pu croire que de simples excuses et quelques traits de khôl suffiraient à éclipser ce passé encore si frais ? Sa propre naïveté l’étouffait. Pendant la période durant laquelle elle s’évertuait à éviter sa famille par tous les moyens, Jane avait eu l’arrogance de penser qu’ils seraient là lorsqu’elle reviendrait vers eux, tous les trois, comme avant, comme si ces mois d’égarement n’étaient qu’une parenthèse sans conséquences. Ce bureau glacial au milieu duquel elle se tenait prenait de plus en plus nettement l’allure d’un champ aride dans lequel elle récoltait les fruits amers semés par son égoïsme et son aveuglement alors qu’elle écoutait sa famille se déchirer, immobile et désemparée. Elle avait tout détruit. Certes, ils avaient chacun leurs torts respectifs mais, de par ses récents agissements, Jane avait ébréché d’un violent coup de hache ce qui aurait dû ne faire que plier sans rompre. La mauvaise fortune avait ôté à la jeune femme l’homme qu’elle aimait mais c’était bien sciemment qu’elle avait tourné le dos à vingt-huit années de cette relation si spéciale et intense qu’elle entretenait avec sa jumelle. Si la culpabilité qu’elle ressentait vis-à-vis de Warren n’était pas rationnellement fondée, celle qui la rongeait à cet instant présent était tout à fait justifiée. Elle s’approcha du mur, tournant le dos à ses frères et sa soeur alors qu’elle sentait ses yeux s’emplir de larmes.

Jane sursauta au bruit de la porte du tiroir qui s’ouvrit avec fracas. Elle se retourna brusquement. « Ca suffit ! » La respiration saccadée de la jeune femme vint troubler les quelques secondes de silence qui suivirent. Elle ne supportait plus la violence de cet échange. Son cauchemar le plus terrible se réalisait en quelque sorte devant ses yeux : sa famille se désintégrait. Elle regarda tour à tour sa soeur et ses frères, les bras croisés et le dos collé contre le mur. « Vous croyez que c’est comme ça qu’on va arranger les choses ? » La jeune femme ouvrit la bouche, s’apprêtant à poursuivre mais sa gorge était tellement nouée qu’aucun mot ne parvint à franchir le seuil de ses lèvres. Elle sentit sa mâchoire se crisper tandis que sa tête se balançait de droite à gauche. Elle avait l’impression d’être sur un navire en perdition, chavirant en pleine tempête, à la merci de la fureur de la houle. Elle aurait tout donné pour arranger les choses et reprendre le contrôle du gouvernail mais elle ne savait comment s’y prendre, que dire, quoi faire. La seule chose dont elle était persuadée, c’était qu’elle n’accepterait jamais de regarder passivement sa famille se disloquer.

La jeune femme décolla son dos du mur et fit quelques pas vers le bureau, laissant filer quelques secondes afin de retrouver la force de s’exprimer. « On est plus fort que ça. On est plus fort que les erreurs qu’on a pu commettre, on est plus fort que la séparation, que ces conneries de groupes, que les rôdeurs, on est plus fort que mon putain de deuil. » Jane chassa la larme qui venait de perler au coin de son oeil d’un revers de main puis retourna se prostrer dans un coin de la pièce, les yeux baissés vers le sol.  « Qu’est-ce qu’il nous restera si on se perd, tous les quatre ? » Elle avait murmuré d’une voix quasiment inaudible, comme si sa dernière réflexion s’adressait principalement à sa propre personne. Jane avait peur, terriblement peur. Si Ally, Kaleb et Raffael avaient tous un être cher sur qui se reposer en dehors de leur fratrie, elle ne pouvait pas en dire autant. Ses frères et sa soeur étaient clairement les derniers maillons qui la rattachaient à la vie. Si sa famille venait à éclater pour de bon, si elle se retrouvait réellement seule, elle n’aurait plus aucune raison de continuer à se battre. La jeune femme n’aurait plus qu’à se laisser mourir comme elle avait si bien commencé à le faire.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t67-for-the-two-of-us-home-isn-t-a-place-it-is-a-person-and-we-are-finally-home#358
avatar


■ En ville depuis le : 03/06/2015
■ Messages : 172
■ J'ai : 37 ans
■ Boulot/Études : Propriétaire du Dusk

■ Célébrité : Joe Manganiello
■ © Avatar : Shiya
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : Non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Raffael Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: We really need some sibling time - Birmingham⁴ Jeu 10 Sep - 19:59:40

Il l’avait encore fait, il avait pourtant tout fait pour garder un ton neutre et n’émettre aucune espèce d’accusation. Il avait simplement voulu lui expliquer son point de vue. Tout ce qu’il avait fait était de blesser encore plus sa petite sœur. Décidément, il devait apprendre à se taire. Alicia parlait et chacun des mots qui sortaient de sa bouche lui trouaient l’âme comme une lame dans sa chair. C’était difficile de l’entendre parler ainsi, difficile de comprendre à quel point elle avait souffert. Il n’avait jamais eu l’intention de la faire se sentir comme une merde, loin de là. Pourquoi elle en arrivait à cette conclusion? Pourquoi elle en arrivait à se sentir ainsi alors que les propos de Raffael n’avaient rien d’agressifs? Jane s’interposa en disant qu’ils n’arriveraient à rien ainsi et qu’ils étaient plus forts que ça. Il devait avouer qu’Ally l’avait troublé et qu’il n’était pas sûr qu’elle leur pardonnerait un jour. Jane avait raison sur un point, que leur resteraient-ils s’ils se perdaient? Alicia dirait qu’il resterait les Wright et elle aurait raison de le dire, mais les Wright, ce n’était pas les Birmingham. Il avait beau aimer Amy de tout son cœur, toute son âme, il lui manquerait quelque chose si Ally, Jane ou même Kaleb ne faisaient plus partie de sa vie. Il perdrait carrément un morceau de lui-même.

- Mon intention n’a jamais été de te faire sentir ainsi Alicia. Je suis désolé si mes propos t’ont paru être des reproches, ça n’a jamais été mon intention.

Il avait dit à sa sœur que la balle était dans son camp, il comprenait qu’elle la rejetait. Elle venait de leur indiquer la sortie, c’était la deuxième fois non? La deuxième fois en moins de cinq minutes qu’elle leur indiquait de partir. Mais non, il ne le ferait pas. Kaleb était bien installé, assis. Il ne disait rien, mais il restait. Il allait faire pareil. Il se rapprocha de son frère, s’appuya sur le mur à ses côtés. Il allait faire comme lui et rester là sans rien dire. De toute façon, il ne faisait qu’empirer les choses, alors autant se faire et assiéger sa sœur. Elle disait qu’ils n’avaient pas fait leur possible pour venir et qu’ils ne priorisaient pas leur famille? Elle n’avait peut-être pas tort, mais pas entièrement raison non plus. Tout le monde à l’hôpital savait que Jane et Alicia étaient les bienvenues et qu’elles avaient droit à des choses que d’autres devaient avoir en passant par la case négociation alors qu’elles, elles les obtenaient sans rien en échange. Chaque fois que James et elle venaient les voir, ils prenaient du temps pour eux, restaient là le plus longtemps possible, les invitaient à partager leur repas. Il comprenait que sa sœur ne trouvait pas suffisant leurs efforts, le temps accordé ne comptait pas pour elle, car elle ne voyait que leur absence. Lorsqu’on ne voyait que le manque et pas ce que l’on recevait, c’était que l’on était blessé et le positif ne prenait plus le dessus sur le négatif.

Il regarda Jane. S’ils n’étaient plus ensembles, elle n’aurait plus personne. Voilà ce qu’elle expliquait. Il le comprenait, Warren était mort et tout ce qu’elle avait était désormais sa famille. La pauvre, elle devait se sentir bien seule contre tous en ce moment. Prise entre sa jumelle et ses frères, elle devait souffrir elle aussi. Comment en étaient-ils tous arrivés là? Les zombies les avaient séparés. Les circonstances du moins l’avaient fait. Était-ce complètement de leur faute? Peut-être. Peut-être aussi qu’ils avaient tous les quatre des torts, mais c’était difficile à dire. Il n’arrivait plus à réfléchir normalement. La situation le bouleversait et lui enlevait toutes ses facultés de réflexion. Il ferma les yeux un instant, le temps de ses rappeler ce qu’était leurs vies à tous les quatre avant que tout ça ne leur tombe dessus. Oui, quand il était dans l’équipe de déminage au service de police, que son frère était médecin dans ce même hôpital où ils vivaient tous maintenant, que Jane était hôtesse de l’air et Alicia massothérapeute, ils étaient heureux. En ce temps-là, ils se faisaient des repas à quatre. Seulement eux, pas de conjoints/conjointes, seulement frères/sœurs. C’était merveilleux. Raffael donnerait tout ce qu’il possédait pour revivre une de ces soirées à nouveau.

Alicia avait raison, ils n’avaient pas fait en sorte de garder l’unité de la famille. Trop de gens interféraient dans leurs relations et en même temps, ils ne pouvaient pas abandonner ces gens. Ils devaient seulement apprendre à laisser plus de place à Alicia et Jane, c’était primordial. Elles en avaient besoin et il se rendait compte que lui aussi. Kaleb devait le sentir lui aussi, sinon, la situation présente ne lui ferait pas aussi mal. Ne leur ferait pas aussi mal.
Revenir en haut Aller en bas




avatar


■ En ville depuis le : 30/11/2014
■ Messages : 766
■ J'ai : 35 ans
■ Boulot/Études : Médecin légiste

■ Célébrité : Jason Momoa
■ © Avatar : Athena
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Kaleb Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: We really need some sibling time - Birmingham⁴ Mar 22 Sep - 20:47:53

Kaleb les écoutait tout en observant Alicia. Jane avait fait des frasques pendant six mois. Il avait été six mois a avoir le ventre noué pour elle, à se faire un sang d’encre et pendant ce temps, il laissait à James la responsabilité de s’occuper d’Alicia seul. Il se passa la main au visage, Raffael n’avait pas voulu culpabiliser sa sœur, mais elle l’avait pris ainsi. Alicia était rancunière, mais de la à se sentir comme de la « merde » selon ses propres termes, ce n’était pas seulement dû aux propos de Raffael. Non, elle devait se sentir ainsi bien avant qu’il dise quelque chose qu’elle avait pris de travers. Elle devait se sentir ainsi depuis des mois et n’en avoir rien dit avant l’autre jour à l’hôpital. Il comprenait qu’elle se sente aussi mal et comprenait aussi que c’était sa faute.

Alicia avait refusé la balle que lui tendait Kaleb, elle refusait celle que Raffael lui avait aussi tendue et elle n’était pas prête à entendre leur excuse, leur parole d’amour ou même tout geste d’affection. Ils avaient du chemin à faire avant que la jeune femme ne veuille bien leur pardonner. Il avait tout observé très attentivement, Raffael était venu le rejoindre pour faire le piquet avec lui, son frangin allait sans doute être déçu par la suite du programme que venait de réfléchir l’aîné. Oui, c’était la meilleure façon de faire, il en était sur. Il se leva lentement et alla vers Alicia qui s’était assise au bureau et farfouillait rageusement dans un tiroir. Elle semblait se concentrer un peu trop à trouver ce qu’elle cherchait. Il l’obligea à le regarda dans les yeux.

-Tu es fâchée, je le comprends. Tu ne veux pas nous voir en ce moment, ça me va. Je vais partir, mais demain je reviens et tous les jours suivants s’il le faut.

Il l’embrassa sur la tête, il dû la forcer un peu, elle avait tenté de détourner la tête, mais il était arrivé à ses fins quand même. Difficile d’éviter une marque d’affection lorsque l’on ait assise dans un fauteuil et l’autre nous bloque la seule échappatoire possible. Il se redressa et la regarda.

-Je t’aime Ally.

C’était la deuxième fois qu’il le lui disait en très peu de temps. Ça ne suffirait pas, il en avait conscience et il avait bien l’intention de revenir dès le lendemain, le surlendemain et tous les jours suivants. Il ne resterait peut-être que dix minutes, cinq, tout dépendant de la jeune femme, mais il serait là. Il réparerait, qu’elle le veuille ou non. Jane avait raison, ils étaient plus forts que ça. Il prit la direction de la porte, il se tourna vers Jane et Raffael.

-Prenez la voiture, je vais rentrer à pieds.

Il avait besoin de prendre l’air, de rester seul un peu. Il n’était pas si loin de l’hôpital et connaissait des chemins qui étaient presque surs. Il n’avait pas envie de rentrer chez lui, il avait besoin de réfléchir et parfois tuer quelques zombies vous vidait plus la tête que n’importe quel exercice physique. Il avait besoin de s’activer. Il sortit de la pièce laissant sa famille derrière, bien déterminer à faire tout ce qui fallait pour que sa cadette lui pardonne son comportement tout à fait inapproprié.
Revenir en haut Aller en bas




http://dontfeartheripper.forum-canada.com/t359-riley-not-double-trouble-but-twice-blessed#5823
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 135
■ J'ai : 28 ans
■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : Athéna
■ © Photo identité : Je l'ignore, malheureusement!

■ Multicomptes : Non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Riley Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: We really need some sibling time - Birmingham⁴ Dim 4 Oct - 22:23:54

Si Alicia fut surprise d’entendre sa sœur élever la voix, elle n’en montra rien. Selon Jane, ils étaient «plus forts que ça». Ce fut cependant d’entendre Jane demander ce qui leur resterait s’ils se perdaient tous les quatre qui lui fit baisser les yeux. Si c’était ce que sa jumelle craignait, Ally de son côté l’expérimentait depuis plusieurs mois. Elle avait l’impression d’être toute seule sur une île et de ramer à contre-courant. Depuis que cet enfer avait commencé, Alicia avait tout tenté pour maintenir ce lien qu’ils avaient, ce lien mis à mal à cause de la solitude que Jane s’imposait. Sans réel succès. Maintenant, six mois plus tard, elle avait fini par réaliser que c’était devenu chacun pour soi. Kaleb avait Mackenzie et Ayana. Raff avait Amy. Jane avait ses nouveaux copains. De son côté, elle avait James. Non pas qu’elle se plaignait d’avoir son homme à ses côtés, au contraire, mais jamais il ne pourrait prendre la place de ses frères et de sa sœur. Tandis qu’eux semblaient bien l’avoir reléguée aux oubliettes. Bien sûr qu’ils diraient que c’était faux, qu’ils avaient fait une belle bourde en ne cherchant pas à prendre soin d'elle car son amoureux savait si bien le faire.

Quant aux intentions de Raffael… qu’est-ce que ça changeait au final? Il n’avait peut-être pas eu l’intention de la faire se sentir de la sorte, mais c’était tout de-même le résultat obtenu. Ses paroles avaient sonné comme des reproches à ses oreilles, comme s’il voulait lui remettre sous le nez qu’elle ne faisait apparemment pas suffisamment d’efforts pour aller leur rendre visite. Ça ne servait strictement à rien de répondre à ça. C’était facile de s’excuser, tout le monde pouvait prétendre à présenter des excuses et plus ou moins être sincère. Concernant son frère, Alicia savait qu’il le pensait vraiment, mais ce n’était pas des excuses qu’elle attendait de sa famille. Ce qu’elle attendait d’eux, c’était qu’ils agissent une fois pour toute, mais ça semblait difficile de le leur faire comprendre. Et non, Ally n’allait pas leur faciliter le boulot. A eux de comprendre tous seuls. Peut-être qu’en leur infligeant à leur tour le traitement du silence, peut-être comprendraient-ils enfin ce qu’elle avait pu vivre durant tout ce temps? Elle était peut-être rancunière, peut-être un peu trop, mais Alicia les connaissait. Parler ne servait pas toujours à quelque chose. Démontrer son point aurait peut-être plus d’impact.

Si Ally s’attendait à ce que ses frères décident de camper dans son bureau jusqu’à ce qu’elle arrête de leur faire la tête – parce qu’ils en étaient bien capables – elle fut surprise de voir Kaleb se lever et décréter qu’il partait puisqu’elle ne voulait pas les voir. Il promettait cependant de venir la voir le lendemain et les jours suivants s’il le fallait. Encore une fois, il en était bien capable et Alicia savait que ce n’était pas une vaine promesse. Kal tenait toujours les promesses qu’il faisait, du mieux qu’il le pouvait. Alors s’il promettait de revenir, il le ferait, peu importe le temps que le manège durerait. Après avoir posé un baiser sur sa tête et avoir dit qu’il l’aimait, Kaleb dit à Raffael et à Jane de garder la voiture, que lui allait rentrer à pied et il sortit comme il était entré dans le bureau. Ça ne faisait que quelques secondes que Kal était parti quand Ally regarda son frère et sa sœur et dit:

- Il ne devrait pas partir seul. Vous devriez aller le rejoindre et le raccompagner, malgré ce qu’il a dit.

Inutile de leur faire la leçon en leur disant que c’était dangereux là-dehors. Tout le monde le savait. Kaleb était tout à fait en mesure de se défendre tout seul, mais il avait semblé tellement démolit lorsqu’il était sorti du bureau qu’Alicia ne pouvait s’empêcher de se dire qu’il faisait une bêtise. Ils l’énervaient peut-être tous un peu chacun leur tour, mais ils étaient quand même encore sa famille.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t254-lily-blackwell-all-you-have-is-your-fire-and-the-place-you-need-to-reachhttp://risenfromthedead.forum-canada.com/t267-lily-b-come-on-come-on-put-your-hand-into-the-fire
avatar


■ En ville depuis le : 07/06/2015
■ Messages : 512
■ J'ai : 28 ans
■ Boulot/Études : psychologue spécialisée en criminologie

■ Célébrité : Meghan Ory
■ © Avatar : aqualune
■ Multicomptes : non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Elena Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: We really need some sibling time - Birmingham⁴ Lun 5 Oct - 23:16:51

Jane respirait doucement, adossée contre le mur, les bras croisés. Les larmes qu’elle menaçait de verser quelques instants auparavant semblaient s’être évaporées.  Un silence profond s’était installé dans son esprit tandis qu’un voile gelé avait pétrifié son coeur. Son regard s’était vidé et un léger rictus s’était même involontairement invité au coin de ses lèvres. La jeune femme se fermait, laissant sa carapace de glace se former à nouveau autour d’elle. Elle avait besoin de cette distance pour ne pas perdre sa contenance. En vérité, Jane était dépitée. Elle s’était levée ce matin atteinte de cette terrible affliction qu'on appelle l'espoir. Or, cet espoir était aussi factice que le rose de ses lèvres. Elle y avait cru, pourtant. Elle avait tenté de se battre, elle avait ouvert la bouche, elle avait fait preuve de sincérité. Ses dernières paroles qui avaient pris leur source au plus profond d’elle-même semblaient cependant avoir résonné dans le vide, comme si elle avait crié en plein néant. Ally semblait impassible, ses frères abattus. Quant à Jane, elle avait opté pour la stratégie du repli, de la facilité peut-être, s’enfermant à nouveau dans une froide rigidité pour se protéger.  

La jeune femme n’en voulait pas à Alicia d’être rancunière. Elle n’avait aucune envie qu’elle se force à les pardonner si elle n’était pas prête à le faire. Néanmoins, depuis qu’elle avait décidé de se battre et de reprendre le contrôle de sa vie, Jane s’était engagée sur un chemin épineux impliquant un engagement émotionnel tel qu’elle avait plus que jamais besoin du soutien de sa famille, de sa famille unie, et avant tout de celui de sa jumelle. Au beau milieu de ce bureau glacial, alors qu’elle n’était parvenue à lire dans les yeux de sa soeur que du rejet, elle avait à nouveau été gagnée par le sentiment d’être complètement seule face à son combat. Or, elle était à bout de forces. Son intention n’était pas de renoncer mais de battre en retraite quelques temps, de prendre une pause, de fermer temporairement la fenêtre qu’elle avait entrouverte sur les autres, de se draper à nouveau dans ce manteau blanc qui savait si bien l’anesthésier.

Jane regarda Kaleb partir, tentant de rester impassible. Certes, ses promesses étaient la preuve qu’il gardait espoir mais, symboliquement, le fait qu’il s’en aille seul, qu’il prenne l’initiative de revenir seul rompait en quelque sorte l’alliance qu’ils avaient formée tous les trois autour d’Alicia. La désagréable sensation d’être en train de perdre quelque chose à laquelle elle tenait lui tordait l’estomac. C’était probablement absurde mais elle avait l’impression que l’unité de sa fratrie lui glissait entre les doigts. La jeune femme releva les yeux lorsqu’Alicia prit la parole pour les inviter à rattraper l’aîné. Jane opina du chef puis fixa quelques instants sa jumelle dans les yeux d’un regard opaque qui exprimait peu de choses excepté cette habituelle tristesse révoltée qui la suivait partout. Elle tourna brièvement la tête vers Raffael, tentant maladroitement de lui adresser un sourire réconfortant qui sonna atrocement faux. Elle fit ensuite volte face et disparut dans le couloir.

La jeune femme ne comptait pas rattraper son aîné. Elle ne s’inquiétait pas pour lui, Kaleb était assez expérimenté pour se défendre dans son sommeil. Si elle avait hoché la tête devant Ally, c’était simplement pour disparaître sans susciter d'inquiétude. Alors qu’elle progressait vers la sortie, Jane sentit une violente vague de colère l’envahir. Refouler ses émotions s’avérait parfois commode mais l’énergie devait toujours trouver le moyen de s’évacuer, d’une manière ou d’une autre. Elle aurait payé cher pour voir débarquer une demi-douzaine de rôdeurs sur lesquels se défouler. Malheureusement, elle ne trouva pour se venger que le mur sur lequel elle envoya valser son poing. Elle déplia sa main devant elle, étouffant un gémissement entre deux respirations saccadées puis se mit à frotter vigoureusement ses lèvres à l'aide de la tranche de sa main. Peut-être qu’elle parviendrait à surmonter les épreuves qu’elle était en train d’endurer mais une chose était sûre, la Jane d’avant était morte, elle ne reviendrait jamais.

__________________________________




All these visions in my head. Should've gone to bed before the water shed. Some are live and some are dead. Makes no difference when they're in your head, head. Keep the door, open a crack. So I can see them when they attack. Some are white and some are black. Makes no difference when they're on your back.
Revenir en haut Aller en bas




http://risenfromthedead.forum-canada.com/t67-for-the-two-of-us-home-isn-t-a-place-it-is-a-person-and-we-are-finally-home#358
avatar


■ En ville depuis le : 03/06/2015
■ Messages : 172
■ J'ai : 37 ans
■ Boulot/Études : Propriétaire du Dusk

■ Célébrité : Joe Manganiello
■ © Avatar : Shiya
■ © Signature : Athena
■ © Photo identité : Athena

■ Multicomptes : Non
■ Libre pour un rp? :
  • Oui


Raffael Birmingham


Feuille de personnage
mes relations... en bref!:
Message(#) Sujet: Re: We really need some sibling time - Birmingham⁴ Jeu 8 Oct - 19:45:09

Il était en colère, il ne pouvait dire si c’était contre sa sœur ou contre lui dans l’histoire. Il en avait assez de tous leurs enfantillages, il en avait assez de leurs caprices. Kaleb venait de partir, il voulait être seul et quand son aîné avait besoin de se retrouver seul, ce n’était jamais bon signe. Kal n’était pas un solitaire. Puis, il avait vu l’expression de Jane changer, il avait vu tout le travail qu’elle avait fait s’envoler en fumée. Son expression lui avait tout dit, elle n’avait pas eu besoin de parler. Elle souffrait tout autant qu’Alicia de la situation et pour se protéger elle venait de remettre tous les murs qui l’entouraient et qu’elle avait commencé à abaisser dernièrement. Il n’était pas sûr qu’il y aurait un retour possible après tout ça. Alicia ouvrit la bouche pour parler, cette fois elle semblait calme, comme si le départ de Kal avait touché quelque chose en elle. Mais il était trop tard. Elle venait de briser quelque chose, c’était sans doute de leur faute, cependant, sa rancœur et son entêtement venait de faire pire. Il regarda la jeune femme et regarda Jane partir. Il savait très bien qu’elle n’allait pas retrouver Kaleb. Lui, il le ferait. Il soupira et secoua la tête.

- À demain Ally.

Oui, il serait là le lendemain quand son frère reviendrait, il serait là tous les jours s’il le fallait. Il n’allait pas abandonner. Il avait beau être en colère, il pouvait quand même comprendre qu’Alicia se soit sentit abandonnée par sa famille. Ce qui lui donnait la rage, c'était de voir que tous les efforts qu’ils avaient faits avec Jane venaient d’être anéantis en l'espace de quelques minutes. Il ne pouvait que s’en prendre à lui-même, s’il avait fait en sorte de s’occuper des jumelles autant de l’une que de l’autre, ils n’en seraient pas là. Kaleb n’était pas un super-héro. Il ne pouvait pas penser à tout. C’était à lui de réfléchir. Son aîné en avait tellement sur les bras. Il avait deux infirmières maintenant pour l’aider, mais avant leur arrivée, il était seul pour gérer tous les blessés et les malades. Il redressa la tête, oui, il allait faire en sorte de mieux aider son aîné à l’avenir, une nouvelle mission. Il sortit de la pièce en faisant un signe de tête à sa sœur, un petit sourire en coin s’affichant sur ses lèvres. Il avança lentement et vit Jane au loin. Il l’avait vue frapper le mur, il ne dit rien cependant lorsqu’il arriva à la hauteur de sa sœur. Il pouvait comprendre ce qu’elle venait de faire, car il avait eu la même envie un peu plutôt.

- Allons chercher Kal, Jane. Il n’abandonne pas, nous n’abandonnerons pas non plus.

Son frère avait dit qu’il allait revenir et Raffael prenait la décision de revenir aussi. Il savait que Kal n’imposerait rien à personne. Il savait que son frère n’avait parlé que de lui, car c’était son choix et il ne voulait forcer la main de personne. Mais Kal apprécierait qu’il soit là et si Jane y était aussi, il serait encore plus heureux. Mais Jane était un cheval sauvage, on ne pouvait décider pour elle ce qu’elle voulait faire. Il tendit la main vers elle, il voulait qu’elle vienne avec lui. Il la regarda le plus sérieusement du monde.

- Tu as raison, tu sais. On est plus forts que ça.

C’était ses propres mots, il y croyait et voulait toujours y croire. Alicia les détestait pour le moment? Bien. Ils n’en resteraient pas là. Récupérer l’aîné était son plan premier, s’il fallait qu’il le ramène abîmé à sa chère femme, elle ne lui pardonnerait pas. Il haussa les épaules, sa sœur pouvant prendre pour une obligation son geste de la main qu’il voulait si simple. Il soupira et la regarda.

- Bien, comme Kal, je ne t’obligerai à rien. Moi, je vais le chercher, si tu as envie de m'accompagner, tu es la bienvenue. Tout comme tu seras la bienvenue si tu viens avec nous demain pour voir Alicia. Et sinon, sache que je t’aime et que j’espère te revoir bientôt.

Il laissa Jane ainsi. Elle pouvait le suivre, pouvait partir de son côté, elle avait le choix. Il ne la forçait pas, il avait énoncé ce qu’il ferait et ce qu’elle pouvait faire. À elle de prendre sa décision.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: We really need some sibling time - Birmingham⁴

Revenir en haut Aller en bas
We really need some sibling time - Birmingham⁴
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» Choucroute time !
Réponse Rapide
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Terrain de Jeux :: Archives des RP

-